Le platine et traitements du cancer

 

ciplatine_cancer

Le platine et le cancer

 

En oncologie, les sels de platine sont fréquemment utilisés pour comme médicament de chimiothérapie. Leurs propriétés thérapeutiques ont été découvertes dans les années 60, par hasard.

Aujourd’hui, trois médicaments chimiothérapeuthiques contenant des sels de platine sont utilisés : le cisplatine (ou Platinol AQ ®), l’oxaliplatine (ou Eloxatin ®) et le carboplatine. Chacun de ces médicaments dérivés du platine ont un développement propre dans cet article.

Les sels de platine font partie de nombreux traitements contre le cancer, notamment du protocole BEP que j’ai suivi.

Pour autant, rappelez-vous que je ne suis pas médecin. Les lignes qui vont suivre sont de simples informations destinées à aider les personnes malades en recherche d’information. J’ai moi-même perdu de nombreuses heures et beaucoup d’énergie à chercher des renseignements fiables. Seulement, rien ne remplace un avis médical, surtout face au cancer.

 

Les médicaments de chimio à base de sels de platine : les précautions avant le traitement

Les médicaments dérivés du platine en chimiotherapie se présentent sous forme de solution liquide, souvent claire et transparente. Leur prise se fait par injection, souvent avec l’aide d’une chambre implantable (PAC).

chimio-cisplatine-intraveineuse-oxaliplatine

Chimiothérapie par intraveineuse et platine

Avant le début du traitement, votre équipe médicale vous conseillera sûrement deux choses :

  1. De faire un bilan dentaire pour prévenir tout risque d’infection
  2. De choisir une méthode de contraception fiable. Les chimiothérapies avec des sels de platine peuvent être nocives pour le fœtus. En pleine chimiothérapie, ce n’est pas vraiment le moment d’envisager une grossesse. En revanche, si vous avez un désir d’enfant, n’hésitez pas à évoquer ce point avec votre oncologue pour mettre en place des moyens de préserver votre fertilité.

De plus, avant le début du traitement, assurez-vous d’avoir eu toutes les réponses à vos questions concernant son déroulement, les bénéfices/risques attendus, les conséquences à prévoir. L’idéal est d’écrire toutes les questions que vous vous posez les jours précédents l’entretien pour n’en oublier aucune lors de votre consultation en oncologie. Vous trouverez une liste des questions indispensables à poser dans mon livre de référence Mieux vivre le cancer : La Bible.

 

Les antécédents médicaux et les évitez les interactions médicamenteuses avec la chimiothérapie

Il est important de transmettre à votre oncologue :

  • Tous vos antécédents médicaux, même lointains, comme : une thrombose veineuse, des migraines, problème de reins, un AVC, …
  • Une liste de tous les médicaments que vous prenez, même ceux sans ordonnance et des médecines dites « douces » phytothérapie, huiles essentielles, compléments alimentaires, etc. Des interactions médicamenteuses peuvent exister et il faut les éviter.

De manière générale, pendant les traitements contre le cancer, il faut éviter l’automédication et toujours avoir un avis médical avant toute prise de médicament.

 

Effets secondaires des chimiothérapies avec des sels de platine

Pour se préparer à une chimiothérapie, il faut d’abord avoir une présentation des médicaments de votre traitement avant son commencement. C’est généralement une infirmière qui va vous présenter les médicaments de votre chimio, les effets secondaires connus et les moyens de les alléger.

Là également, n’hésitez pas à poser toutes vos questions lors de cet entretien.

Au cours de votre traitement, je vous conseille personnellement de suivre vos effets secondaires, leurs fréquences, leurs périodicités, leur durée. Cela facilite le dialogue avec vos soignants. Lors de mon traitement, j’ai construit des tableaux de suivi. Vous pouvez les retrouver dans mon guide pratique de référence  Mieux vivre le cancer : La Bible. Un livre unique, spécifiquement écrit pour pour aider les malades et leurs proches. Il est disponible sur Amazon et en téléchargement immédiat.

 

 

Le cisplatine et la chimiothérapie

Le cisplatine est utilisé pour combattre différents types de cancer comme les tumeurs germinales, certains cancers du col utérin, des tumeurs de la sphère ORL, entre autres.

Les principaux effets secondaires du cisplatine sont les suivants :

  • Problèmes aux reins : cela va nécessiter une hyperhydratation par intraveineuse et vous devrez boire beaucoup, de préférence de l’eau,
  • Nausées et vomissements : un antinauséeux vous sera sûrement prescrit pour les limiter. Évitez les plats gras, avec de fortes odeurs, les épices… parfois, les repas des hôpitaux n’aident pas… il faut bien le reconnaître,
  • La survenue d’acouphènes et la baisse de l’audition : il est important de les suivre : quand apparaissent les acouphènes, de quels types sont-ils (bourdonnements, percutions, sifflements, etc.) et d’en discuter avec votre médecin. Comme je l’indique dans le paragraphe suivant, dans le protocole que j’ai suivi, le cisplatine a été remplacé par l’oxaliplatine en raison des acouphènes,
  • La fatigue : voir les indications données dans le développement sur l’oxaliplatine,
  • Picotements des mains au contact du froid, engourdissement,
  • En cas de saignement, allergie, fièvre, bleus, douleur thoracique, toux, gonflement d’un des membres, convulsions, maux de tête importants : il faut voir votre médecin et/ou aller aux urgences.

 

Combattre le cancer avec l’oxaliplatine

L’oxaliplatine est notamment utilisé dans le traitement de certains cancers colorectaux. Il peut être utilisé en complément avec d’autres protocoles de chimio (comme le 5-flu) ou remplacer le cisplatine dans le protocole BEP. C’est ce qui s’est passé pour moi, les acouphènes liés au cisplatine étant trop importants.

Les effets secondaires de l’oxaliplatine les plus fréquents sont les suivants :

  • La fatigue : elle peut-être intense. Le tout est de tenter de se reposer, ce qui n’est pas simple. Redécouvrir les vertus des siestes et faire de l’exercice modéré, comme la marche, permettent de lutter contre cet état.
  • Nausées et vomissements : voire le point développé pour le cisplatine,
  • Des diarrhées : boire beaucoup, manger du riz, des bananes, des carottes, etc. Si vos selles ont une odeur fétide, il faut en parler à votre médecin sans attendre,
  • La constipation : mangez des pruneaux, mâcher des graines de lin, buvez de l’eau d’Hépar ®, adoptez la bonne position aux toilettes,
  • Les aphtes et mucites : utilisez une brosse à dents extradouce ou une toothette (certaines personnes apprécient, d’autres détestent… il faut tester…), faire les bains de bouche avec la solution prescrite par votre service d’oncologie. Il ne faut pas utiliser les solutions vendues en grande surface, elles contiennent de l’alcool qui est irritant,
  • Gonflement / œdème des jambes ou des bras : surélever le membre concerné. Si le gonflement s’aggrave, il faut consulter un médecin sans attendre,
  • Allergie, brulure au niveau de l’injection, problème respiratoire, douleur thoracique, douleur intense au ventre, maux de tête terribles : allez aux urgences.

Sur les détails techniques de l’oxaliplatine, voici le développement de l’Agence du Médicament ici.

 

Lutter contre les tumeurs avec le carboplatine

Le carboplatine est un médicament de chimio utilisé pour soigner beaucoup de cancers Le carboplatine est notamment utilisé dans le traitements de certaines formes du cancer de l’ovaire.

Certains des effets indésirables ont déjà été développés pour le cisplatine ou l’oxaliplatine. Il vous suffit de vous y rapporter. Vous trouverez également des astuces complémentaires dans mon livre.

 

Les effets secondaires les plus courants du carboplatine sont :

  • La fatigue de la chimio et du cancer,
  • Les nausées et vomissements,
  • Des troubles rénaux, des anomalies liées au fonctionnement du foie (vérifié par des examens),
  • Des pertes de l’audition,
  • Un engourdissement ou des picotements des extrémités,
  • Gonflement, œdème, thrombose veineuse,
  • Allergie, fièvre, maux de tête épouvantables, brûlure, douleur intense : allez aux urgences.

 

Vous aussi vous avez suivi un traitement de chimiothérapie à base de sels de platine ?

Partagez votre expérience en laissant un commentaire !

 

Crédits photo sur l’article « cisplatine cancer »: © Ellerslie – Fotolia.com

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici quatre autres articles de trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :

11 Commentaires

  1. gnanapragassa fredy

    j’ai été traité ,pour un cancer du poumon, pas de chirugie.
    du 25/sept 2015 au 03/mars 2016= 13chimio + 34 rayon.
    Or depuis je n’arrive pas à marcher ,pas plus de 15 metres.
    forte douleurs dans les 2 hanches,mal aux muscle et tendon . D’àprès l’oncologue cela viendrait
    du sel de platine et de navelbine (produit).on est le 31/08/2017.
    Combien de temps faut t’il pour que le produit s’en aille.Ou alors
    cela viendrait d’ailleurs.
    merci pour une réponse.

    • Laetitia LORNIAC

      Bonjour,

      J’imagine que vous l’avez déjà fait, mais l’idéal serait d’en parler avec votre oncologue pour qu’il puisse identifier la cause de vos difficultés et ce que vous pouvez faire pour y remédier.
      Il est communément admis que les produits de chimio mettent un an pour être évacués par l’organisme. Après, les lésions potentielles qu’ils provoquent, c’est autre chose.

  2. F Jacques.

    Cancer de la base de la langue.
    35 séances de radio (chaque jour sauf WE)
    7 séances de chimio (1 par semaine, par cisplatine)
    Fatique, perte d’appétit, perte de poids, gorge en feu par la radio. A la 5e séance de cisplatine, alerte, les reins souffrent, malgré hydratation abndante. Obligation probable de changer de poduit.

  3. clara

    j’ai été traitée avec de la cisplatine pour un cancer de la bouche , 3 séances tous les 21 jours en parallèle de 5 semaines de radiothérapie.ça s’est plutôt bien passé mis à part bien sûr les vomissements, la fatigue et une perte de poids environ 6 kg(peu par rapport à ce qu’on m’annonçait). par contre le traitement fini, j’ai continué à être alimentée en nutrition parentale (via mon pac la nuit à domicile)parce que j’avais des douleurs pour manger (mucites etc…)là c’est le festival : grosse fatigue(une loque), douleurs (morphine),difficultés à manger, perte de cheveux…

  4. Jean Charles

    Pardonnez-moi, j’ai l’esprit d’escalier, pendant ma chimio je prenais aussi des hétéro iso des produits de la chimio dont le cisplatine.

  5. Jean-Charles S

    Le viscum album,le gui, est un médicament de la médecine anthroposophique. Je me fais moi-même les injections sous-cutanées.

    • Laetitia LORNIAC

      Et les interactions avec la chimio ? Voire les effets négatifs de ce propre médicament ne vous rebutent pas ?

      • Jean Charles

        Ma chimio s’est bien passée avec le viscum, si l’on puisse dire cela, et j’aimais bien me retrouver à l’hôpital pour la faire. La lecture, le yoga, le vélo d’appartement ont été de précieux aides, seule la nourriture était infecte.. Je continue le viscum et les bilans sanguins et les scanners sont en amélioration. Certains diront que les médecines homéopathique et surtout anthroposophie sont des supercheries, pourquoi pas ? En ce qui me concerne, j’y crois mais ne rejette pas les opérations et les chimios, l’association des deux me paraît être une bonne alternative.

  6. Jean-Charles S

    J’ai été traité avec du cisplatine pour un cancer de la vessie. J’ai terminé la chimio, 6 séances toutes les 2 semaines, en mi-juillet 2015. Les effets secondaires essentiels étaient et sont encore à un moindre degré, la fatigue, la frilosité, une petite insensibilité des coussinets des pieds ainsi qu’un dégout de certains aliments, surtout sous vide, dû à la nourriture de l’hôpital. Pendant la chimio, je faisais des injections de viscum album, thérapie « mal vue » par les oncologues allopathes. Mais je n’ai pas eu de grands pb avec la chimio.

    • Laetitia LORNIAC

      Bonsoir,

      Qu’est-ce que le « viscum album » ?
      C’est un médecin qui vous faisait les injections ?

    • Nadouu

      Bonjour, mon mari a été traité à la cisplatine piur le cancer d’hodgkin il ya 10 ans ajourd’hui il a 37 ans et nous sommes en essais bébé. .je voulais savoir si ce traitement à affecté votre fertilitė..?

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Une newsletter faite pour vous !
Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer .

Bravo ! Votre inscription est prise en compte