Le protocole BEP : une chimiothérapie particulière

 

Le protocole BEP contre le cancer

La lutte contre le cancer peut emprunter plusieurs axes. Autrement dit, il existe plusieurs moyens thérapeutiques de combattre ces redoutables cellules cancéreuses au développement anarchique.

La chimiothérapie est des traitements classiques et parmi ses protocoles, il existe le protocole BEP. C’est celui que j’ai reçu personnellement pour combattre la tumeur vitelline dont j’étais atteinte.

Avant l’administration de la première cure du protocole BEP, que faut-il faire ?

Avant la première cure de chimiothérapie, protocole BEP ou pas, il est important de faire un bilan dentaire. Une dent en mauvais état peut être une porte d’entrée royale pour les germes en tout genre et vous rendra plus vulnérable aux infections. En revanche, une fois le traitement par chimiothérapie BEP commencé, aller chez le dentiste n’est pas du tout recommandé.

N’hésitez pas à parler de ce point avec votre oncologue.

De plus, si vous prenez des traitements récurrents (diabète, paracétamol, ibuprofène …), faites une synthèse de ces derniers pour en parler avec votre médecin. Les interactions médicamenteuses ne sont pas des fantasmes et lors d’une chimiothérapie il faut être très prudent sur ce point et éviter toute automédication.

Faites-lui également un résumé de tous les antécédents personnels et familiaux. Avez-vous déjà eu une phlébite ? Êtes-vous migraineux ? Souffrez-vous d’hypertension ? D’acouphènes ? D’allergies ? Toutes ces informations pourront servir à votre cancérologue pour adapter le traitement en fonction des nécessités de soins et de votre terrain.

La pose de la chambre implantable avant la première cure de BEP

Pour protéger les vaisseaux sanguins, les médecins vous proposeront sans doute la pose d’une chambre implantable. C’est un appareil posé sous la peau qui va permettre de faire passer la chimiothérapie directement dans un gros vaisseau comme la veine cave. Les veines superficielles seront ainsi préservées.

La pose de la chambre implantable se fait sous anesthésie générale ou locale. Vous trouverez un explicatif à ce sujet dans le livre de chimio-pratique.com

Qu’est-ce que le protocole BEP ? Contre quel type de tumeur est-il appliqué ?

Le protocole BEP associe plusieurs médicaments de chimiothérapie dont il est l’acronyme :

  • B comme bléomycine ou Blenoxane
  • E comme étoposide ou Vepesid ou encore VP-16
  • P comme cisplatine ou Platinol AQ, molécule dérivée du platine.

Parfois, d’autres molécules sont associées au protocole BEP avec les médicaments comme ifosfamide ou le paclitaxel.

C’est lors de la réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) que le protocole BEP est choisi.

En fonction de certains effets secondaires, l’oncologue peut choisir de substituer un médicament par un autre de la même famille. Ça a été mon cas avec le cisplatine qui a été remplacé par l’oxaliplatine à la deuxième cure.

Le protocole BEP est appliqué généralement contre le cancer des testicules et les tumeurs germinales.

Comment se déroule le protocole BEP ? Quels sont les effets secondaires de cette chimiothérapie ?

Les cures de BEP varient de 2 à 4 cures avec un intervalle de 21 jours. C’est la réunion de concertation pluridisciplinaire qui fixe le nombre de cures en fonction de la tumeur et de son avancée.

Personnellement, j’ai eu 4 cures de BEP.

Une hospitalisation est souvent nécessaire sur 3 à 5 jours pour d’administration de l’étoposide et du cisplatine. Pour la bléomycine, l’injection peut se faire en ambulatoire (hôpital de jour). Elle a lieu toutes les semaines.

Quels sont les effets secondaires du protocole BEP ?

Les effets indésirables de la chimiothérapie peuvent faire peur, mais il ne faut pas trop écouter le ressenti des uns ou des autres. Les effets secondaires du protocole BEP, comme pour toute prise de médicaments, sont très variables d’une personne à une autre.

Tout le monde ne les ressent pas et leur intensité n’est pas prévisible.

Avec le protocole BEP, les effets indésirables les plus connus sont :

  • L’alopécie (la perte des cheveux),
  • Des nausées,
  • Des troubles digestifs comme la constipation,
  • Une altération de la fonction rénale (ce qui nécessite souvent une hyperhydratation et de boire beaucoup),
  • Des acouphènes,
  • Des picotements au bout des doigts, notamment au contact du froid (comme le congélateur),
  • Une chute du taux de plaquettes sanguines, de l’anémie,
  • Une grande fatigue,
  • Parfois une baisse de la fertilité est observée. Votre oncologue vous en parlera surement.

Cette liste des effets indésirables du protocole de chimiothérapie BEP est importante, mais rappelez-vous qu’ils sont très variables en fonction des personnes.

De plus, même si les solutions miracles sont comme le Père Noel, elles n’existent pas, il y a des moyens d’atténuer les effets indésirables de la chimiothérapie par protocole BEP. Vous les trouverez dans le livre de chimio-pratique.com disponible en téléchargement immédiat. En plus de 450 pages, ce guide pratique contient des milliers d’astuces pour que vous ayez les  les moyens d’affronter le cancer et ses conséquences. C’est un livre de référence pour les malades suivant un protocole BEP et leurs proches.

Crédits photo : © kraifreedom – Fotolia.com

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 1 =


Inscrivez-vous à ma newsletter !

Inscrivez-vous à ma newsletter !

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines les trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest