Les cancers ORL

Les tumeurs VADS / ORL

Les tumeurs VADS / ORL

 

Les cancers ORL englobent les tumeurs malignes des lèvres, de la cavité orale et du pharynx. Plus de 11 300 cas sont diagnostiqués tous les ans et 8 malades sur 10 sont des hommes. Dans 90 % des situations, la personne malade a plus de 50 ans.

Les cancers ORL sont aussi appelés les cancers de la tête et du cou ou encore des « voies aérodigestives supérieures » (VADS). Il est communément admis que la consommation d’alcool et de tabac augmente les risques de ce type de cancer, tout comme le virus HPV.

Voici un condensé des informations qui me semblent indispensables pour faire face à une tumeur maligne ORL. Cela étant, chers lecteurs, rappelez-vous que je ne suis pas médecin. Prenez les informations de cet article comme d’une base pour bâtir un dialogue constructif avec votre oncologue. C’est un élément très important dans votre prise en charge.

 

Avant les traitements contre les cancers ORL, ce que vous devez faire

L’annonce d’un cancer est toujours un choc, qui est suivi par une phase de sidération. C’est une étape que tout le monde (ou presque !) traverse. Pour autant, les traitements vont s’enchaîner très vite après la délivrance du diagnostic. Voici ce que vous devriez faire (selon moi) avant le début des traitements :

  • Faites un bilan financier sur les impacts que le cancer va avoir sur votre vie : s’il y a arrêt de travail, quel sera l’impact sur vos finances ? Devrez-vous payer des dépassements d’honoraires ?
  • Devez-vous faire des examens particuliers (bilan dentaire, explorations du souffle, …) ?
  • Y a-t-il des restrictions alimentaires à intégrer du fait de la chimio (alcool, pamplemousse) ?
  • Transmettez vos antécédents médicaux à votre oncologue, tout comme vos traitements en cours et vos habitudes en automédication.
  • Pour l’organisation du quotidien : des hospitalisations sont-elles à prévoir ? Les thérapies auront-elles lieu à un endroit unique ?

 

Cancers ORL et traitements

La chirurgie est souvent le traitement de référence. Mais cela peut s’avérer délicat, notamment en raison de la localisation de la tumeur.

Parfois, la chimiothérapie est indiquée pour réduire la taille de la tumeur avant la chirurgie, notamment pour les tumeurs du larynx.

D’autres formes de chirurgie se développent :

D’autres formes de chirurgie se développent :

  • la greffe de trachée autologue. La première greffe a eu lieu en 2010 et permet une reconstruction du larynx et de l’œsophage. Elle consiste au prélèvement de tissus sur l’avant-bras du malade, renforcé par du cartilage qui formeront une néotrachée,
  • Au CHU de Toulouse, fin 2016, une prothèse 3D en silicone a été posée avec succès. C’était une première mondiale. Cette prothèse a été conçue et fabriquée par la strat-up AnatomikModeling). Cette réussite ouvre des perspectives formidables pour les personnes chez qui les prothèses de série ne s’adaptent pas. Cette performance a fait l’objet d’un article publié dans American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine le 16 février 2017.
  • La greffe de larynx artificiel, la première a eu lieu au CHU de Strasbourg en 2012.

 

N’hésitez pas à demander à votre médecin s’il vous serait possible et opportun compte tenu de votre situation médicale, d’accéder à ces formes de chirurgies nouvelles.

 

Dans les cas les plus classiques, la chirurgie est suivie d’une radiothérapie et d’une chimiothérapie. Les thérapies ciblées font partie de l’arsenal thérapeutique possible pour ce type de tumeur, notamment avec le cétuximab.

 

Le suivi pendant et après les thérapies

Suite aux traitements des cancers VADS, il est important d’avoir un suivi et une rééducation pour réapprendre des fonctions élémentaires comme la déglutition et apprivoiser le nouveau goût des aliments.

Demandez à avoir un suivi par une diététicienne ou un médecin-nutritionniste peut vous être très utile, tout comme l’accompagnement par une orthophoniste. Parfois, l’hôpital peut vous en proposer spontanément, et d’autres fois, il faut pousser les portes. Il peut exister des ateliers d’éducation thérapeutique qui peuvent être très utiles pour s’adapter aux conséquences des traitements contre le cancer, comme au centre François Baclesse de Caen.

 

Crédits photo : © tashatuvango – Fotolia.com

 

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize + dix-huit =


Inscrivez-vous à ma newsletter !

Inscrivez-vous à ma newsletter !

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines les trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest