Quels traitements pour guérir du cancer du côlon et du rectum (colorectal) ?

Dans le corps humain, le colon (aussi appelé gros intestin) et le rectum font partie du système digestif.

Le cancer-colorectal-photocancer du côlon et du rectum, aussi appelé cancer colorectal, prend naissance dans des cellules normales situées sur la paroi intestinale, qui vont muter en cellules cancéreuses pour se multiplier de façon anarchique. C’est la masse de ces cellules cancéreuses qui vont constituer une tumeur. Le cancer du côlon et du rectum fait partie des pathologies cancéreuses les plus répandues en France.

Plus de 40 000 nouveaux malades sont diagnostiqués tous les ans. Il existe des forte disparités à ce niveau en fonction des pays. A titre d’exemple, le mode de vie occidental, augmente le risque des cancers digestifs, c’est beaucoup moins le cas au Japon.

Cher lecteur, j’ai écrit cette fiche récapitulative sur les traitements du cancer du côlon et des tumeurs malignes colorectales. Servez-vous des informations suivantes pour établir un dialogue avec votre équipe soignante. Je suis convaincue qu’un dialogue de qualité des patients avec leurs médecins, permet de mieux vivre la maladie. Ce n’est pas une solution miracle… cependant face aux cancers, toutes les aides sont les bienvenues.

C’est dans cet été d’esprit que j’ai créé ce site pour les patients et que j’ai écrit mon livre Mieux vivre le cancer : La Bible.

Ainsi, voici les informations qui me semblent essentielles pour suivre le traitement du cancer colorectal et mes conseils de patients pour mieux vivre cette période particulière pour votre santé.

Traitements du cancer colorectal : La RCP premier pas vers la guérison

Les symptômes du cancer colorectal sont parfois peu significatifs. C’est pour cela que des campagnes de dépistage sont organisées régulièrement. En effet, plus les cancers sont traités à un stade précoce, plus les chances de survie sont grandes.

Chez les patients, le dépistage du cancer colorectal est relativement simple, au début en tout cas. En premier lieu, le dépistage consiste à une analyse de recherche de sang dans les selles. Puis le dépistage se poursuit par un examen qui sert aussi de biopsie : la coloscopie. La coloscopie se fait sous anesthésie locale ou générale en fonction de la santé du patient. Elle consiste à retirer les polypes suspects.

photo-colon-tube-digestifGrâce à l’analyse des polypes et à l’étude des lames avec les tissus suspects, la tumeur pourra être identifiée.

Des examens d’imagerie vont permettre de connaître le stade de la maladie. Autrement dit, cela permet de savoir si la tumeur s’est propagée aux ganglions lymphatiques ou à un autre organe. C’est pour cela que, dans le cadre du dépistage et du diagnostic, le patient passe une radiographie du poumon, une IRM ou un scanner. La scintigraphie permet aussi de déterminer le stade avec la recherche de présence de métastases osseuses.

Même si cette recherche est lourde pour les patients, ne pas la faire c’est prendre le risque de passer à côté d’une information importante.

Ensuite, vient l’étape de la discussion entre spécialiste pour trouver le meilleur traitement, celui qui augmentera les chance de guérison  et réduira le risque de récidive du cancer colorectal.

Ainsi, les traitements du cancer du côlon et du rectum sont discutés en réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) digestive où se retrouvent des oncologues, des chirurgiens, des pharmaciens hospitaliers, des radiothérapeutes. Cette diversité permet d’avoir un large panel des connaissances médicales actualisées pour pouvoir adapter le traitement au patient. Ces thérapies contre les cancers sont déterminées sur la base de plusieurs éléments, notamment :

  • Le résultat des examens
  • L’étendue de la tumeur et son stade de développement (le stade qui va de 1 pour un cancer localisé à 4 pour un cancer avec des métastases). Plus les cancers sont traités à un stade précoce, plus le taux de survie augmente.
  • L’âge du patient,
  • Ses habitudes de vie et ses antécédents de santé,
  • La tumeur identifiée,
  • son agressivité (le grade de la tumeur),

Le traitement du cancer du côlon et les tumeurs malignes du rectum est classiquement la chirurgie, la chimiothérapie, la radiothérapie externe ou, rarement, interne (curiethérapie), les thérapies ciblées (notamment avec l’Erbitux et l’Avastin).

Ce sont à peu près les mêmes traitements pour guérir du cancer de l’anus.

En cas d’échec thérapeutique, si vous le souhaitez, vous pouvez vous renseigner sur les essais cliniques relatifs au cancer colorectal en vous rapprochant des centres de référence de lutte contre le cancer.

Si cela vous intéresse, le Docteur Laurent SCHWARTZ et Jean-Paul BRIGHELLI donnent un exemple intéressant de traitement du cancer du côlon le livre de  : Cancer : guérir tous les malades ?

La chirurgie pour guérir cancer du côlon et du rectum

La chirurgie reste le traitement principal pour guérir du cancer du côlon. Elle sera plus ou moins préservatrice en fonction du stade de développement de la tumeur. Deux formes d’opération sont possibles :

traitements_cancer_colon

La chirurgie du cancer du colon

  • La laparotomie : intervention chirurgicale avec ouverture de la paroi abdominale,
  • La cœlioscopie : c’est une opération dite à ventre fermée. Le chirurgien fait trois petites incisions pour opérer. Elle est moins traumatisante pour l’organisme.

La chirurgie envisagée par la réunion de concertation pluridisciplinaire sera présentée au patient lors d’une consultation dédiée.

Il est important de poser toutes les questions souhaitées et de bien se faire expliquer le rapport bénéfices/risques des options de traitement possibles. Le post-opératoire doit également être discuté. Les conséquences de certaines opérations peuvent être lourdes. Les anticiper permet de mieux les vivre. Mon livre avec mes conseils pour les patients vous aidera dans cette démarche.

Pour augmenter le taux de survie, en fonction du stade de la maladie, parfois une stomie est nécessaire. C’est l’ablation totale du côlon. Un anus artificiel est alors créé, les selles seront évacuées dans une poche collée sur le ventre. Pour les patients, cette étape est souvent difficile à vivre.

Sachez qu’il existe des associations de patients du cancer ou « spécialisées » autour de ce thème. Elles permettent de  soutenir les personnes concernées. Elles sont utiles pour les aider à maintenir une bonne qualité de vie. Si vous avez subi une stomie, le site de la Ligue contre le Cancer, qui informe sur les stomathérapeutes pourra sans doute vous être utile.

Trouver une bonne association de patients qui aide vraiment face au cancer colorectal est très important. Ça aide à vivre.

La chimiothérapie du cancer du côlon et du rectum

Les traitements médicamenteux du cancer du côlon se répartissent en deux grands types : la chimiothérapie « classique » et les thérapies ciblées.

Quand elle est administrée en association à la chirurgie, c’est une chimiothérapie adjuvante.

Les médicaments utilisés en chimiothérapie peuvent être administrés de différentes manières : injection par voie intraveineuse et/ou par voie orale. Les molécules utilisées dans le traitement du cancer du côlon sont entre-autres le :

  • 5 fluorouracile (renseignez vous sur le test de dépistage de déficit en DPD pour réduire le risque d’intolérance des patients lié à ce médicament de chimiothérapie),
  • Oxaliplatine,
  • Irinotécan,
  • Raltitrexed.

Le protocole de chimiothérapie Folfox est couramment utilisé contre les tumeurs malignes digestives.

Pour les médicaments dont l’administration se fait par voie intraveineuse, la pose d’une chambre implantable (PAC) est nécessaire pour préserver les veines superficielles. Des explications pratiques sont consacrées à ce sujet dans mon livre Mieux vivre le cancer : La Bible.

La chronochimiothérapie pour le cancer colorectal métastasé

A l’hôpital Paul Brousse à Villejuif (94), le Professeur LEVY propose à ses patients malades d’un cancer colorectal avec métastases, une chimiothérapie administrée en fonction des heures de la journée. Ce mode d’administration de la chimiothérapie permet de s’adapter aux rythmes biologiques du patient et d’augmenter l’efficacité des traitements contre le cancer colorectal.

Voici un reportage en vidéo sur cette technique de chronochimiothérapie à domicile avec l’exemple d’une patiente soigné pour un cancer du côlon avec des métastases au foie et au poumon :

La radiothérapie pour guérir d’un cancer colorectal

La radiothérapie est une forme de traitement des cancers qui peut avoir deux modalités de soins.

Il y a d’abord la radiothérapie externe. Ce sont les rayons qui nécessitent une série de séances quotidiennes. Ces séances engendrent une grande fatigue chez les patients. Par ailleurs, la radiothérapie externe peut provoquer des brûlures des muqueuses et de la peau. Votre équipe médicale vous donnera des indications pour les soulager.

Sur les groupes de malades (notamment sur le mien sur Facebook), il est souvent fait mention des « coupeurs de feu ». C’est un sujet encore assez tabou, car c’est aussi la porte ouverte à toutes les charlataneries. Cela étant, certains malades disent en avoir ressenti des bienfaits.

Ensuite, il y a la radiothérapie interne, plutôt utilisée pour soigner les cancers gynécologiques.

Les nouveaux traitements du cancer colorectal

Il existe plusieurs types de nouveaux traitements du cancer colorectal en cours de développement. En voici quelques.

On dit souvent qu’en médecine, la recherche avance tous les jours… selon moi, c’est partiellement vrai car la découverte de nouvelles molécules réellement révolutionnaire (comme l’a été la pénicilline en son temps) est rare. Une partie de l’avenir de la médecine consiste à l’utilisation de vieilles molécules déjà connues, pour les utiliser dans d’autres pathologies.

L’avantage c’est que ces « nouveaux » médicaments sont bon marché avec une prise de risque limité concernant les effets secondaires. L’inconvénient, c’est qu’elles sont peu rentables pour les producteurs et donc que la recherche vers cet axe de santé n’est pas motivant pour les acteurs en place.

C’est pour cela que cette partie de la recherche autour des cancers et autres maladies graves devrait être prise en charge par un service public de qualité… à ce stade, en France, ce n’est pas d’actualité.

Bref.

Dans tous les cas, les nouveaux traitements du cancer et les résultats des études qui vérifient leur efficacité en terme de survie, sont présentées au congrès international appelé l’ASCO. Ce congrès d’oncologie a lieu tous les ans.

En fonction, des publications scientifiques, j’actualise régulièrement cette rubrique, n’hésitez pas à vous abonner à ma newsletter pour en être informé.

Peut-on guérir d’un cancer du côlon avec les thérapies ciblées ?

Les thérapies ciblées représentent une nouvelle forme de traitements des cancers du côlon et du rectum. Plus précises, elles ont moins d’effets secondaires que la chimiothérapie systémique. Aujourd’hui, elles sont en plein développement mais ne sont pas encore très rependues. Des essais cliniques sont en cours.

Cancer du côlon métastasé au foie inopérable : un nouveau traitement

En 2017, une étude nommée Sarah a été présentée au congrès international du foie. Lancée par l’hôpital Beaujon à Paris, elle avait pour objet la présentation d’un nouveau traitement appelé la radioembolisation. Cette thérapie consiste en l’injection de micro-billes radioactives (Sir-sphères) qui vont attaquer le cancer secondaire (métastase) au foie. Au préalable, des vaisseaux ont été obstrués pour que les micro-billes atteignent la tumeur.

D’après l’étude, ce traitement des métastases au foie a permis de réduire la taille de la tumeur, permettant parfois une chirurgie.

La cure est de 12 000 €. Pour le cancer du côlon métastasé au foie, il est remboursé par l’Assurance maladie. La séance dure moins de 2 heures et l’hospitalisation moins de 48 h.

Les nanotechnologies pour la guérison du cancer du côlon, un traitement futur ?

Les chercheurs de l’Université de Montréal et l’équipe du professeur Sylvain MARTEL ont développé un système qui permet de cibler les cellules très pauvres en oxygène (comme le sont les cellules cancéreuses) pour les détruire. En 2016, des essais cliniques ont été fait sur les souris porteuses de tumeurs colorectales humaines. 50 % des doses injectées ont spécifiquement atteint le cancer à traiter.

Pour aller plus loin sur cette possibilité de traitement futur : O. Felfoul, M. Mohammad, S. Taherkhani et al, Nature Nanotechnology, 2016, 11, 941-946

Pour avoir plus de détails techniques sur les traitements du cancer du colon voici un dossier complet de la Fondation ARC.

Effets secondaires des traitements du cancer colorectal

Tout traitement a des effets secondaires et c’est d’autant plus vrai dans les traitements contre le cancer. Ces effets indésirables sont très variables en fonction des patients.

Pour limiter le risque, le mieux est d’essayer de les anticiper le plus en amont sans en faire une fixation.

Au mieux, la personne malade ne sera pas concernée et tant mieux. Au pire elle sera bien préparée aux effets secondaires vécus, ce qui permet de mieux les vivre.

Classiquement, les effets secondaires des traitements du cancer du côlon comme la chimiothérapie sont :

  • La fatigue,
  • Un rapport plus difficile à l’alimentation avec perte d’appétit, nausées et vomissements,
  • Une modification de la formule sanguine avec notamment des périodes d’aplasie,
  • Des saignements, des hématomes qui surviennent plus facilement,
  • Des troubles de la digestion diarrhée et/ou constipation,
  • Des aphtes et mucites,
  • Une chute des cheveux (alopécie),

Sachez que les effets indésirables des traitements contre les cancers ne sont pas une fatalité. Si les solutions miracles n’existent pas, il existe cependant des moyens d’atténuer les conséquences du cancer et des traitements pour les patients.

Comment faire face au cancer du côlon et à ses traitements ?

Le cancer, son diagnostic et ses traitements sont des épreuves pour la personne malade et son entourage. Même si les solutions miracles n’existent pas (si des personnes affirment le contraire, cela doit inciter à la prudence), il y a des moyens pour être mieux armer pour mieux les vivre. Cela passe par une nouvelle organisation de sa vie quotidienne, être informé des ressources pour faire face aux effets secondaires, des solutions pour établir un échange constructif avec ses médecins et son équipe soignante.

Mais affronter le cancer et trouver l’énergie de chercher des solutions est difficile. C’est pour aider les personnes malades d’un cancer que j’ai écrit mon livre Mieux vivre le cancer : La Bible. Avec lui, vous aurez :

  • Les ressources souvent ignorées du malade pour affronter le diagnostic du cancer et devenir un acteur de son traitement,
  • Tous les trucs et astuces pour faire face aux effets secondaires des traitements contre le cancer,
  • Les moyens dont les patients doivent se servir pour faire de leur entourage et de leurs médecins, une équipe pour combattre le cancer et guérir.

Face aux cancers, mon livre donne à chacun un développement adapté à ses besoins.

Il est disponible sur le site de mon éditeur (laetitialorniac.com/livres), sur Amazon et dans toutes les bonnes librairies. Plus de 9 lecteurs sur 10 considèrent que mon livre les a vraiment aidé à mieux vivre l’épreuve du cancer.

crédits photo de l’article sur les traitements pour guérir du cancer du côlon : © Valentina R. – Fotolia.com – Image par Elionas2 de Pixabay

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici des trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.