Cancer du côlon et du rectum : que faut-il savoir ?

cancer-colon-rectum

Cancer du côlon : que faut-il savoir ?

Le cancer du côlon est aussi appelé le cancer colorectal ou cancer du côlon-rectum. Il prend naissance dans les cellules qui recouvrent l’intérieur du gros intestin. En France, ce cancer digestif particulier concerne plus de 40 000 nouveaux cas tous les ans. Il touche un peu plus les hommes (54 %) que les femmes et l’âge moyen des personnes malades est de 70 ans. Les personnes malades du cancer du côlon après 80 ans ne sont pas des cas isolés.

Le côlon fait partie de l’appareil digestif. Il se situe entre l’intestin grêle et le rectum. Chez l’adulte, il mesure 1,5 mètre pour un diamètre de 8 cm. Son rôle est de finaliser le processus de transformation des aliments. Les déchets, les selles, seront expulsés par le rectum.

J’ai fait cet article pour donner les informations essentielles aux personnes malades d’un cancer du colon et leurs proches. Comme vous le savez, cher lecteur, les informations que vous y trouverez ne remplaceront jamais celles de votre médecin traitant ou de votre oncologue. Seulement, je fais partie de ceux pour qui établir un dialogue constructif avec votre équipe de soignant ne s’improvise pas. Pour que ce dialogue existe il faut, au préalable, que le patient souffrant d’un cancer du côlon ait à sa disposition des éclairages. C’est pour cela que j’ai construit ce site puis écrit mon livre. Les deux sont complémentaires et ont été conçus pour aider toutes les personnes touchées par le cancer : les malades et leurs proches.

Avant toute chose, il faut garder en mémoire que toutes les tumeurs ne sont pas cancéreuses. Elles peuvent être bénignes comme peut l’être un polype colorectal. Voici un schéma qui illustre les différences entre un polype et un cancer du colon :

cancer_colon_polype

Polype et cancer colorectal

 

Seule la biopsie pourra déterminer la nature cancéreuse du polype prélevé.

Les polypes peuvent également être précancéreux comme le polype adénomateux (adénome).

Au niveau des tumeurs cancéreuses du côlon, la plus commune est l’adénocarcinome.

 

Cancer du colon : les causes

L’apparition d’un cancer est souvent considérée comme étant multifactorielle. Les liens causes/effets sont difficiles tracer. Pour autant, il existe des éléments qui augmentent les risques d’avoir un cancer. Pour le cancer du côlon, les causes les plus fréquemment mises en avant sont :

  • Consommation d’alcool,
  • Des polypes dans le gros intestin,
  • Antécédents familiaux,
  • L’obésité,
  • Consommation de viandes transformées comme la charcuterie,
  • Le tabagisme,
  • Les maladies inflammatoires du côlon,

Il semblerait que le cancer du côlon touche de plus en plus de jeunes patients.

 

Les symptômes du cancer colon et des tumeurs colo-rectales

La plupart des cancers avancent « masqués », les signes annonciateurs apparaissent comme tout à fait banaux ce qui rend le dépistage précoce difficile. Pour le cancer du côlon, les symptômes les plus classiques sont :

  • Une modification du transit,
  • Du sang dans les selles,
  • Des saignements constatés s’écoulant par l’anus, en effet, les cellules cancéreuses vont souvent (mais pas systématiquement) provoquer des saignements comme dans le schéma suivant :
Photo d'un cancer du rectum qui saigne

Illustration d’un cancer du rectum et des saignements

  • Une modification du rapport à l’alimentation : nausées, vomissements, perte d’appétit,
  • Une fatigue persistante,
  • Une perte de poids sans cause déterminée,
  • Des douleurs abdominales,

Les symptômes peuvent être nombreux. L’important est de les lister pour les présenter à son médecin de manière exhaustive. C’est sur cette base et avec un examen clinique qu’il pourra décider de l’opportunité de faire d’autres examens.

 

Comment se fait le diagnostic des tumeurs du colon ? Quel est le dépistage ?

Le dépistage du cancer du côlon se fait de manière très simple et est recommandé systématiquement après 50 ans. Il suffit de faire une analyse de selles pour une recherche de sang. Il est donc totalement indolore et fiable.

En fonction des résultats obtenus, une coloscopie pourra être effectuée. Cet examen peut se faire en anesthésie locale ou générale. D’autres examens comme une radiographie des poumons, une prise de sang avec dosage des marqueurs tumoraux (dont l’ACE), scanner, etc.

Les traitements du cancer colorectal peuvent être très différents.

 

Cancer du côlon et âge

L’âge moyen de détection du cancer du colon est de 70 ans. La plupart des cancers colo-rectaux sont détectés après 50 ans. Cela étant, les personnes malades sont de plus en plus jeunes. Avant 50 ans, les causes sont souvent dues à l’hérédité. Des tests génétiques peuvent établir le risque prédictif chez les personnes ayant des antécédents familiaux.

 

Stade du cancer colorectal

Les examens de dépistage du cancer vont permettre de la qualifier en déterminant son grade (son agressivité) et son stade. Le stade du cancer illustre ses étapes de développement. Un cancer de stade 1 désigne une tumeur de moins de 2 centimètre et bien localisée. Le stade 2 signifie que la tumeur est supérieure à 2 centimètres. Le stade 3 indique que les tissus voisins commencent à être touchés. Le stade 4 veut dire que des métastases se sont formées. Pour ce faire, les cellules du cancer primitif (l’organe où le cancer a pris naissance), vont migrer en passant par le système lymphatique ou veineux pour toucher un autre organe.

Pour le cancer du côlon, voici un schéma qui reprend les différents stades :

stade_1_2_3_4_cancer_colorectal

Evolution du cancer du colon et stade

 

Que faire face à une tumeur maligne du cancer colo-rectal ?

Face au diagnostic du cancer et aux traitements, un fort sentiment de solitude et de désarroi est souvent ressenti. Pour tous les aspects médicaux, les médecins sont là pour répondre. Ils sont souvent pressés mais cela fait partie de leurs missions que de se rendre disponible pour leurs patients malgré leur emploi du temps très chargé. En revanche, pour les aspects extra-médicaux, les informations sont difficiles à avoir, les conseils flous ou peu adaptés. C’est pour remédier à ce vide que j’ai écrit le guide  Mieux vivre le cancer : La Bible. Divisé en trois tomes thématiques :

  • Les ressources pour affronter le diagnostic du cancer,
  • Les solutions pour faire face aux effets secondaires,
  • La personne malade, son entourage, ses médecins : une équipe pour combattre le cancer

il permet à la personne malade et à son entourage d’avoir les moyens d’affronter le cancer en prenant cette épreuve en main pour redevenir acteur de son traitement et de sa vie. Le guide Mieux vivre le cancer : La Bible est disponible en téléchargement immédiat sur ce site. Plus de 9 lecteurs sur 10 considèrent que mon livre les a concrètement aidé à affronter l’épreuve de la pathologie cancéreuse.

Un témoignage à lire sur le cancer colon

Être médecin ne vaccine pas contre les maladies. C’est sans doute dommage, mais c’est comme ça.

Le brillant Martin WINCKLER a ouvert son site internet a un collègue médecin-écrivain traité pour un cancer du côlon. Les chroniques du « médecin patraque » sont touchantes, parfois drôles, souvent justes.

L’épreuve de la maladie est difficile pour tous. Lire le témoignage de ce médecin patraque est une bouffée d’oxygène.

 

Cancer colorectal : qui décide des traitements ?

Après les résultats des examens et notamment de la biopsie, dans le cadre de la prise en charge hospitalière, s’organise une réunion de concertation pluridisciplinaire, aussi appelée RCP.

Cette instance met en présence au moins trois professionnels parmi :

  • Des médecins-oncologues,
  • Des radiothérapeutes,
  • Des radiologistes,
  • Des pharmaciens hospitaliers,
  • Et parfois des informaticiens intervenant dans le décodage génétique des tumeurs malignes.

C’est l’échange des points de vue de différentes spécialités qui garantit, au patient, l’établissement du protocole de soin le plus adapté à sa situation.

Pour faire une proposition de prise en charge, la réunion de concertation pluridisciplinaire va prendre en compte :

  • L’âge du patient,
  • Le type de cancer diagnostiqué,
  • Son étendue et son agressivité,
  • Les habitudes de vie du patient,
  • Ses antécédents médicaux personnels et familiaux,

 

Cancer du côlon : les traitements possibles

Il existe plusieurs thérapies pour lutter contre les tumeurs colorectales. L’équipe soignante peut les proposer seules, ou de manière combinée. Classiquement, il y a :

  • La chirurgie,
  • La chimiothérapie,
  • Parfois la radiothérapie.

Consultez l’article Tout savoir sur les traitements du cancer colorectal pour en connaître les détails.

Tous les traitements ont des effets indésirables et ceux destinés à combattre les cancers peuvent être particulièrement lourds. Il n’y a pas d’universalité, chaque patient est différent, et la manière dont il va vivre le cancer et ses conséquences seront également très différents. Il n’y a aucune généralité à faire.

Sachez cependant que si les remèdes miracles n’existent pas, il existe cependant des astuces pour alléger les effets indésirables des traitements contre le cancer. Ça ne change pas la vie, mais ça permet de mieux vivre cette épreuve face à la maladie.

 

crédits photo : © CLIPAREA.com – Fotolia.com, photo polype cancer colon : © Artemida-psy – Fotolia.com, photo stade 1, 2 , 3, 4 cancer © designua – Fotolia.com, saignement cancer rectum : © Artemida-psy – Fotolia.com

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 − 8 =


Une newsletter faite pour vous !

Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

Bravo ! Votre inscription est prise en compte