Diagnostic du cancer : la biopsie

biopsie-cancer

Diagnostic et biopsie

 

 

La biopsie consiste à la fois au prélèvement de tissu et à l’analyse de ces derniers par un anatomopathologiste (étude au microscope).

Cet examen est essentiel dans l’établissement du diagnostic du cancer et se fait en plusieurs techniques différentes en fonction du nodule à étudier et son emplacement.

Outre le diagnostic du cancer, la biopsie sert également à la recherche d’anomalie génétique lors de la grossesse (biopsie du trophoblaste).

 

Dans cet article, je vous propose, tout d’abord, de répondre à la question « à quoi sert la biopsie ? », puis de passer en revue les différentes techniques de biopsie (prise de sang, peau, endoscopie, chirurgicale, aiguille creuse, forage et trophoblaste). Enfin, nous verrons ce qu’est la spécialité médicale qui sert à analyser les tissus prélevés lors de la biopsie : l’anatomopathologie.

 

 

À quoi sert la biopsie ? Définition

La biopsie consiste au prélèvement des tissus, issus du nodule ou d’une masse « suspecte » et leur étude par un anatomopathologiste.

 

La biopsie est un examen qui sert à la fois au diagnostic et à la définition des traitements du cancer.

En effet, l’étude des tissus prélevés va identifier le type de cellules (bénigne, maligne). En cas de tumeur maligne, la biopsie va permettre de dire quel est le cancer à soigner. Par exemple, pour un cancer des ovaires, cela peut-être un carcinome, une tumeur vitelline, une tumeur borderline.

En fonction de la tumeur identifiée, le protocole de soins le plus adapté pour soigner ce cancer sera étudié par une réunion de concertation pluridisciplinaire et présenté au patient.

Autrement dit, pour un même organe, il peut y avoir plusieurs types de tumeurs possibles et des traitements différents.

 

Ainsi, c’est la biopsie qui est l’examen clé pour le diagnostic du cancer.

 

Le plus souvent, la biopsie se fait sous anesthésie locale. Dans certains cas, elle peut être faite sous anesthésie générale. Pour savoir comment se déroulera la biopsie, le patient aura une consultation spécifique avec son oncologue et chirurgien.

 

La biopsie peut laisser des cicatrices, plus ou moins grandes en fonction des incisions pratiquées. Il faudra les protéger durant l’année qui suit en ne l’exposant pas au soleil et en appliquant un écran total.

 

Avant de vous présenter les différentes formes de biopsie, voici une vidéo de présentation synthétique de l’Institut Gustave Roussy sur les prélèvements par biopsie :

 

 

Les différentes formes de biopsie

Dans le cadre de la recherche de diagnostic, en fonction des résultats des différents examens de diagnostic comme la radiographie, l’échographie, l’IRM, le scanner, une biopsie sera organisée.

Si vous avez des traitements spécifiques en cours (anticoagulant par exemple), pensez à en avertir votre médecin avant le jour de la biopsie.

Ces prélèvements peuvent être mis en œuvre selon différentes modalités comme nous allons le voir dans les lignes qui suivent.

 

Biopsie par prise de sang : une révolution dans le diagnostic du cancer

La biopsie par prise de sang (ou biopsie liquide) est un développement majeur dans le diagnostic du cancer.

Dans cet examen, des fragments d’ADN des cellules tumorales et des protéines sont recherchés dans le sang. Ces éléments sont des signes anormaux et permettent d’établir la présence de cellules cancéreuses dans l’organisme.

 

Aujourd’hui, en 2018, la biopsie liquide n’est pas encore mise en œuvre, mais plusieurs études donnent des résultats prometteurs. Elle a notamment fait l’objet d’une publication dans le magazine scientifique Sciences en janvier 2018.

 

Biopsie de la peau (cutanée)

La biopsie cutanée consiste à prélever une partie de la peau, après l’avoir anesthésiée localement.

C’est un acte très courant en dermatologie pour l’analyse des tumeurs de la peau, mais aussi lors de maladie inflammatoire pour établir un diagnostic précis.

Les tissus prélevés sont conservés dans un flacon contenant la plupart du temps du formol.

La cicatrisation se fait à l’aide de fil résorbable et met environ 15 jours pour être complète.

 

Les résultats de l’anatomopathologiste qui va étudier les prélèvements seront disponibles dans un délai de 3 semaines environ.

La biopsie cutanée est un acte pivot dans le diagnostic des cancers de la peau.

 

Biopsie endoscopique

La biopsie endoscopique se fait à l’aide d’un appareil (endoscope) qui va permettre à la fois de voir l’intérieur de l’organisme grâce à une petite caméra et de faire des prélèvements.

La nasoscopie (nasofibroscopie ou endoscopie ORL) et la fibroscopie digestive sont des examens vraiment désagréables. Certains patients les supportent très mal. Pour atténuer leur pénibilité, un spray anesthésiant est utilisé pour endormir la zone de passage de l’endoscope dans le nez ou dans la gorge.

L’examen dure moins de 20 minutes durant lesquelles le patient ne peut pas avaler sa salive. Elle sera évacuée par la bouche.

 

Il faut éviter de manger dans les deux heures qui suivent l’examen. Par ailleurs, une gêne à la déglutition peut survenir de manière passagère.

 

La coloscopie est un examen qui se fait également à l’aide d’un endoscope. Il sert à voir le colon (gros intestin) et faire des prélèvements. La coloscopie se fait généralement sous anesthésie générale en France.

 

Biopsie chirurgicale

La biopsie chirurgicale consiste à prélever soit la totalité de la masse suspecte à étudier, soit un de ses fragments.

En fonction de l’endroit à prélever l’anesthésie peur être locale ou générale.

En fonction de la zone à prélever et de votre situation médicale, une hospitalisation peut être prévue à la suite de la biopsie chirurgicale.

Votre médecin vous donnera tout le déroulé de cet examen dans une consultation de préparation à cet examen. Vous aurez aussi une consultation avec un médecin anesthésiste.

 

Dans le cas du diagnostic du cancer du sein, l’analyse des tissus de la masse et de la recherche du ganglion sentinelle peut se faire quasiment en instantanée ce qui permet d’élargir l’acte chirurgical avec un curage ganglionnaire ou de le limiter.

 

Biopsie à l’aiguille fine ou par forage

La biopsie à l’aiguille fine est une alternative à la biopsie chirurgicale. Cette technique de prélèvement a été élaborée dès les années 1910. La biopsie à l’aiguille fine est fréquemment utilisée pour établir le diagnostic des lymphomes, des tumeurs de la prostate, de la thyroïde, des poumons. Elle est utilisée en cas de masse palpable.

 

La biopsie par forage utilise une aiguille creuse ou une sonde pour faire le prélèvement qui se fait par « carotte ».

Grâce à cette technique de biopsie, les tissus sont préservés ce qui permet de donner plus d’informations sur la masse suspecte lors de l’analyse. L’intervention dure moins de 30 minutes.

 

Biopsie du trophoblaste

La biopsie du trophoblaste est utilisée chez la femme enceinte pour étudier les chromosomes du fœtus.

Le trophoblaste deviendra, au cours de la grossesse, le placenta.

Cette biopsie est effectuée autour de 2,5 mois de grossesse.

La biopsie du trophoblaste permet d’établir le caryotype du fœtus, et la recherche d’autres anomalies génétiques (comme la mucoviscidose).

La biopsie du trophoblaste ne nécessite pas d’hospitalisation. Cependant, il est fortement conseillé de se reposer le jour et le lendemain du prélèvement.

 

Résultats de la biopsie et cancer : L’anatomopathologie

Après la biopsie, l’étude des prélèvements par microscope s’appelle l’anatomopathologie. C’est une spécialité médicale aussi appelée histopathologie.

L’étude anatomopathologique est faite lors d’une biopsie ou après une chirurgie pour analyse des tissus, ou des masses, retirés.

 

L’anatomopathologie permet d’identifier le type de tumeur de l’organe malade et son stade de développement. Cette étude permet également de déterminer les caractéristiques des cellules cancéreuses. C’est particulièrement important, par exemple, dans le diagnostic de certains cancers comme les cancers du sein hormono-dépendants qui vont recevoir un traitement d’hormonothérapie du cancer du sein .

 

La lecture des lames donne lieu à une vérification (relecture) qui permet d’éviter (ou de limiter) les erreurs de diagnostic.

Après l’analyse, l’anatomopathologiste rédige un compte-rendu envoyé aux médecins du patient.

Pour moi, ce document devrait être envoyé systématiquement au patient. Si ce n’est pas le cas, le patient a tout intérêt à le demander tout comme l’ensemble de son dossier médical.

 

Si vous – ou un de vos proches – êtes malade d’un cancer, sachez que vous avez des ressources dans cette épreuve.

C’est dans cet esprit que j’ai construit ce site et que j’ai écrit mon livre de référence Mieux vivre le cancer : La Bible. En plus de 500 pages, vous aurez toutes les aides, les solutions et les trucs et astuces pour alléger la pénibilité des traitements.

Avec un taux de satisfaction de 96 %, mon guide pratique est un véritable succès.

Il est disponible sur Amazon et publié aux Editions GANACA.

 


Crédit photo de l’article sur la définition de la biopsie : © Klekta Darya – Fotolia.com

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici quatre autres articles de trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.