Pourquoi un cancer est inopérable ? Les solutions

pourquoi_cancer_inoperable

Tumeurs inopérables

Dans le cadre des traitements contre le cancer, la chirurgie est souvent le traitement de référence. Seulement, parfois en fonction de la localisation de la tumeur, son retrait par une opération n’est pas possible. Le fait que le cancer ne soit pas opérable, ne veut pas dire que la tumeur n’a pas de traitement. D’autres thérapies peuvent être proposées aux patients (radiothérapie, chimiothérapie, hormonothérapie, thérapies ciblées, etc.).

De plus, de nouvelles formes de soins se développent. Je vous propose cet article est un extrait gratuit de mon livre Mieux vivre le cancer : la Bible, sur les ressources possibles quand un cancer ne peut pas être opéré.

 

Quand un cancer est inopérable… les solutions à réfléchir

La chirurgie est un traitement classique contre le cancer. Quand le cancer a été considéré comme inopérable par vos médecins, voici deux pistes de ressources que vous pouvez explorer.

 

Demander un second avis est nécessaire

Le diagnostic de cancer inopérable a été rendu par une réunion de concertation pluridisciplinaire. Ce sont des spécialistes du cancer (chirurgien, oncologue, radiothérapeute, …) qui se réunissent pour discuter des traitements possibles pour les patients et choisir ceux qui sont les plus appropriés.

D’autres professionnels peuvent potentiellement opter vers des choix thérapeutiques différents, ou demander des examens complémentaires, pour avoir un nouvel éclairage sur la situation médicale d’un malade.

Ainsi, à l’aide de votre dossier médical vous pouvez demander l’avis d’une autre équipe hospitalière, notamment dans les Centres de Références de Lutte contre le Cancer. Ce sont des structures totalement dédiées aux pathologies cancéreuses. Elles allient un pôle de recherche et un centre de traitements (cf. fiche de ce guide Où se faire soigner ?).

Il y en a une vingtaine en métropole. Certaines proposent même une procédure de second avis directement sur leur site internet.

 

Se renseigner sur les nouveaux modes opératoires…

La science en général et la médecine en particulier avancent. De nouvelles techniques sont découvertes et peuvent changer le pronostic d’une pathologie.

À titre d’exemple, l’introduction du platine dans les traitements des tumeurs germinales dans les années 80 a totalement modifié le pronostic de ces pathologies.

Ça peut être le cas en chirurgie ou dans les autres thérapies contre le cancer.

Depuis peu, se développent des techniques de soins comme la radiothérapie stéréotaxique. Elle peut être mise en œuvre en une fois ou en plusieurs séances. Cette technique se décline en trois axes :

  • Le cyberbistouri ou CyberKnife ® : Souvent utilisé pour des tumeurs localisées, sur toutes les régions du corps, cet accélérateur linéaire permet, grâce à son système robotique et ses caméras à rayons X, de s’adapter à la position de la personne et de déplacer les rayons dans toutes les directions en limitant l’atteinte des tissus sains. Elle permet d’intervenir sur des tumeurs du cerveau mais aussi du poumon en s’adaptant à la respiration du patient,
  • Le Scalpel gamma,
  • L’accélérateur linéaire.

 

Cette nouvelle forme de chirurgie peut intervenir sur certaines tumeurs, considérées jusque-là, comme inopérables.

 

… et les nouveaux traitements des cancers inopérables

La radioembolisation pour les cancers du foie et du côlon avec métastases

La radioembolisation interne sélective, forme spécifique de radiothérapie, a été présentée au congrès international du foie en 2017. Initiée par l’hôpital Beaujon à Paris, l’étude Sarah a inclus 400 patients, sur plus de 2 ans et dans plus de 25 centres de soins français. Cette technique s’appuie sur l’obstruction de certains vaisseaux, qui vont permettre à des micro-billes radioactives de se diriger directement vers la tumeur à traiter.

Pour quasiment 20 % des personnes malades, la taille de la tumeur a été réduite. Ce traitement permet de penser que des tumeurs inopérables pourraient être traitées par chirurgie après son administration.

Le prix de la cure est de 12 000 €. En 2017, l’Assurance maladie ne remboursait pas tous les traitements par radioembolisation.

La durée d’une séance est de moins de 2 h, celui de l’hospitalisation moins de 48h.

 

 

Crédit photo de l’article sur les cancers non opérables : © nali – Fotolia.com

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × cinq =


Une newsletter faite pour vous !

Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

Bravo ! Votre inscription est prise en compte