Tumeur de la parotide: Un cancer O.R.L. particulier

glande-parotide-cancer

Tout savoir des tumeurs de la parotide

La tumeur de la parotide prend naissance dans les cellules des glandes salivaires. La parotide est située, de chaque côté du visage, entre l’oreille et la mâchoire. Elle a pour fonction de produire une partie de la salive. La salive est essentielle à la digestion des aliments d’une part, et d’autre part, elle protège la bouche et la gorge des infections.

Cette glande est traversée par le nerf facial assurant la motricité des muscles du visage.

Avoir une tumeur de la parotide ne veut pas forcément dire « avoir un cancer ». Les tumeurs de la parotide peuvent être bénignes. Autrement dit, toutes les tumeurs de la parotide n’ont pas la capacité de faire des métastases.

Les tumeurs malignes de la parotide sont très rares, car elle concerne moins d’un nouveau cas par an pour 200 000 personnes en France.

Les tumeurs de la parotide font partie des tumeurs des glandes salivaires, elles-mêmes faisant partie de la sphère O.R.L. et sont à distinguer des cancers de la gorge.

Voici un schéma des glandes du visage et notamment celle de la parotide :

Illustration glandes salivaires

Les glandes salivaires du visage et la parotide

 

J’ai fait cet article, sorte de « fiche patient » sur les tumeurs de la parotide car en tant que patiente, je suis convaincue qu’avoir une information claire est essentielle pour mieux vivre l’épreuve de la maladie. C’est dans cet esprit que j’ai fait ce site et écrit mon livre Mieux vivre le cancer : la bible.

Servez-vous des informations que je propose comme des outils pour construire un dialogue avec vos médecins et avoir, avec eux, l’information la plus adaptée à votre situation médicale.

 

Facteurs de risque d’une tumeur de la parotide et cause du cancer

L’apparition d’un cancer est difficilement traçable, elle est souvent considérée comme étant multifactorielle. Pour la tumeur de la parotide, aujourd’hui, les facteurs de risque probables sont :

  • Une exposition aux radiations, notamment médicales de la face et du cou,
  • Le virus d’Epstein-Barr,
  • Le tabagisme.

Les éléments favorisant l’apparition de cellules tumorales reste encore assez mystérieux. Comme tous les autres cancers, pour celui de la parotide, il y a sans doute des facteurs encore non-identifiés clairement aujourd’hui.

 

Quels sont les symptômes de la tumeur de la parotide ?

La plupart des cancers avancent de manière silencieuse, les signes annonciateurs apparaissent comme tout à fait anodins ce qui rend le dépistage précoce difficile. Pour la tumeur de la parotide, les symptômes les plus classiques sont :

  • Présence d’une masse ferme et décelable lors d’un examen clinique (palpation) généralement située sous l’oreille et indolore,
  • Douleurs au niveau du visage, picotements, gênes,
  • Anomalies dans la motricité des muscles du visage,
  • Difficulté à avaler,
  • Paralysie faciale.

Cependant, une tumeur de la parotide peut être découverte alors qu’aucun symptôme n’avait été ressenti.

La présence d’une masse au niveau de la parotide n’est pas toujours synonyme de tumeur. Elle peut être due à la constitution d’un calcul.

 

Quelles sont les différentes formes de tumeur bénigne et maligne de la parotide ?

Les tumeurs de la parotide peuvent être bénignes ou malignes.

Les tumeurs bénignes de la parotide sont :

  • L’adénome pléomorphe
  • Le cystadénolymphome (tumeur de Warthin)
  • L’adénome monomorphe
  • L’adénome basocellulaire
  • L’oncocytome
  • L’adénome sébacé
  • Le lymphadénome sébacé
  • Le myoépithéliome
  • Le cystadénome
  • Le papillome canalaire

Les tumeurs malignes de la parotide, donc qui ont la capacité de former des métastases, il y a :

  • Le carcinome mucoépidermoïde
  • Le carcinome adénoïde kystique ou cylindrome
  • Les adénocarcinomes des glandes salivaires
  • Le carcinome à cellules acineuses ou adénocarcinome à cellules acineuses

 

Diagnostic de la tumeur de la parotide : Quel est le dépistage ?

Le dépistage de la tumeur de la parotide se fait de différentes manières souvent complémentaires.

Après un examen clinique (palpation pour chercher une masse), un échange très détaillé avec le médecin des « anomalies » constatées par le patient est nécessaire. C’est sur cette base, qu’un médecin pourra demander des examens pour confirmer ou infirmer le diagnostic de la tumeur de la parotide :

  • Analyses sanguines,
  • Scanner ou tomodensitométrie thoracique, qui permet d’évaluer la propagation de la tumeur de la parotide aux ganglions et tissus voisins,
  • I.R.M.,
  • Échographie,
  • TEP-Scan (Tomographie par Émission de Positons) souvent connu par l’abréviation anglaise PET-scan

En fonction des résultats obtenus, une biopsie est souvent effectuée. La biopsie permet de prélever des tissus pour les étudier au microscope. Cette étude va déterminer la nature de la tumeur (cancéreuse ou pas) et identifier précisément son type. Elle est indispensable au diagnostic.

Le prélèvement des tissus de la tumeur de la parotide se fait généralement à l’aide d’une aiguille fine ou par une incision.

 

Stade du cancer de la parotide et survie

Les examens de diagnostic et la biopsie vont permettre de classer la tumeur selon différents critères. Parmi eux, il y a le grade (l’agressivité de la tumeur) et le stade. Le stade correspond aux étapes de développement du cancer. Il y en a 4. Le stade du cancer va, en partie, déterminer les options de traitement.

Le stade un correspond à une tumeur, bien localisée de moins de 2 cm.

Au stade 2, la tumeur est toujours bien localisée à la protide mais est de taille plus importante.

Un cancer de la parotide de stade 3 indique la présence de cellules tumorales dans les tissus ou ganglions voisins. Un cancer de stade 4, signale la présence de métastase, c’est-a-dire de cancers secondaires formés à distance du cancer primitif.

Pour développer des métastases, les cellules tumorales passent par le système veineux et lymphatique.

En oncologie, il est classique de dire qu’une tumeur de stade 1 se soigne mieux qu’un cancer de stade 4. Dans les statistiques, c’est sans doute vrai.

Cela étant, en tant que patient, rappelez vous que votre vie ne peut pas se réduire à un pronostic. Vous ferez votre chemin en « prenant ce que la médecine a à offrir de meilleur » et en gardant en tête qu’à chaque jour suffit sa peine. Cela n’apporte rien de positif de penser à des choses négatives.

 

Où être soigné pour une tumeur maligne de la parotide ?

En cas de tumeurs de la parotide et compte tenu de la rareté de cette pathologie cancéreuse, il est utile d’être suivi dans un centre de référence de lutte contre le cancer ou d’avoir leurs avis. Il en existe 20 en France.

Si vous n’êtes pas suivi dans un de ces centres, vous pouvez, si c’est votre souhait, demander un second avis auprès d’un de leur spécialiste.

A mon sens, il n’y a pas de tabou à avoir avec les médecins sur ce sujet. Ce qui compte pour vous, c’est d’avoir un traitement le plus adapté et le plus efficace à votre pathologie. Vos médecins traitant ou oncologue peuvent vous appuyer dans votre recherche d’un centre de référence.

Il y a également les palmarès des hôpitaux qui sortent dans la presse tous les ans, qui peuvent vous renseigner.

Par ailleurs, internet est également une ressource importante pour trouver un centre de référence de lutte contre les cancers de la parotide.

En cas d’échec thérapeutique vous pouvez également réfléchir à intégrer un essai clinique sur les nouveaux traitements en cours d’élaboration. C’est une décision qui ne se prend pas à la légère, mais qui mérite d’être réfléchie dans certains cas.

 

Choix des traitements contre une tumeur parotidienne et RCP

C’est une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) qui va établir le programme de soins du patient. Elle regroupe des spécialistes de domaines complémentaires :

  • des oncologues,
  • des radiologues,
  • des radiothérapeutes,
  • des chirurgiens,
  • des pharmaciens hospitaliers,
  • parfois des informaticiens ou d’autres spécialités.

Une fois que le traitement a été choisi par la RCP, il sera présenté au patient. Sachez, comme je l’ai déjà évoqué, que vous pouvez à tout moment, demander un second avis. C’est un droit du patient.

Certains centres de référence de lutte contre le cancer propose une procédure dématérialisée directement sur leur site internet.

 

Par ailleurs, une consultation spécifique avec une infirmière sera organisée pour présenter à la personne malade les effets secondaires des traitements du cancer de la parotide. J’en parle à de nombreuses reprises dans mon livre, pour moi, ce moment est essentiel. Il faut le préparer à l’avance pour être prêt le jour J et poser toutes les questions que vous avez en tête.

Etre bien préparé aux traitements et à leurs conséquences aide à mieux les vivre.

 

Les traitements de la tumeur de la parotide

Il existe plusieurs types de traitements pour combattre la tumeur de la parotide  :

  • la chirurgie est le traitement le plus classique,
  • la radiothérapie externe
  • la chimiothérapie -peu utilisée- avec notamment des médicaments comme :
    • le cisplatine
    • le doxorubicine
    • le 5-fluorouracile (si vous devez suivre ce traitement, demandez à faire un test de DPD avant)
    • le cyclophosphamide
    • le paclitaxel
    • le vinorelbine
    • le méthotrexate

Ces thérapies contre la tumeur de la parotide sont déterminées en fonction de la nature de la tumeur, de sa localisation, ses caractéristiques (son grade, son stade) et de l’état général du patient.

Des essais cliniques et notamment des thérapies ciblées sont en cours d’élaboration pour combattre les tumeurs de la parotide malignes.

 

Combattre les effets secondaires des traitements des cancers de la parotide

Les effets secondaires sont très variables en fonction des traitements mis en place et des personnes.

Les principaux effets secondaires des traitements des tumeurs de la parotide sont :

  • La fatigue parfois intense,
  • Les nausées et des vomissements,
  • Une modification du goût,
  • Des douleurs dans la bouche,
  • Une sécheresse de la bouche,
  • Une modification de la formule sanguine et des périodes d’aplasie pendant lesquelles il faudra être très vigilant au niveau de la prévention des infections,
  • Des troubles de la glande thyroïde.

Tous les traitements contre le cancer sont lourds et les effets secondaires sont massifs.

Mais ils ne sont pas une fatalité.

Il existe de multiples moyens de les combattre et ces moyens sont tous dans mon guide numérique Mieux vivre le cancer : La Bible. Ce livre est un guide complet et unique qui me permet de partager avec vous toutes solutions pour mieux vivre les traitements contre le cancer tout en suivant scrupuleusement les indications de votre oncologue.

Les bonnes informations sont difficiles à avoir. Je les ai réunies dans mon livre pour qu’elles soient accessibles à un maximum de personnes. Les 96 % des lecteurs satisfaits de mon livre me donnent raison.

 

Sachez également que les patients suivant un traitement contre le cancer sont des sujets à risque concernant la thrombose veineuse, et sa complication majeure : l’embolie pulmonaire. Si vous êtes concerné, parlez à votre médecin de vos possibilités pour réduire ce risque avec le port de bas de contention notamment.

 

Licence photo sur cet article que les cancers de la parotide : © CLIPAREA.com – Fotolia.com, photo glande parotide cancer : © gritsalak – Fotolia.com

11 Commentaires

  1. camille

    si tu vas en allemagne les risque de survis sont de combien,la france serait elle mieux avec cette forma de cancer parotide et avec métatasses

    Réponse
    • Laetitia LORNIAC

      Bonjour,
      Pourquoi l’Allemagne ?

      Réponse
  2. MAR

    Si notre mère de 71 ans (malgache) atteint cette maladie parotide (et ça fait presque 10 ans le gonflement en dessous de son oreille gauche), mais nous n’avons pas le moyen de lui guérir. Est-ce que ce sera dangereux ou non cette maladie?

    Réponse
    • Laetitia LORNIAC

      Bonjour,

      Le plus simple serait de demander à un médecin qui connait le dossier médical de votre mère.

      Réponse
  3. Mitty

    Mon fils, âgé de 44 ans, se fait opérer de la parotide le 17 juillet à Nantes. La biopsie sera effectuée au moment de l’intervention et le médecin saura, à ce moment-là, s’il s’agit d’une tumeur maligne ou non.Vous ne parlez pas du nerf facial… Y a-t-il un risque qu’il soit sectionné au moment de l’opération ? Je suis très inquiète. Merci pour votre réponse.

    Réponse
    • Laetitia LORNIAC

      Bonjour,

      Il faut demander au chirurgien pour le savoir.
      Ce n’est pas toujours évident mais je conseille toujours de préparer les entretiens avec le corps médical et de noter toutes les questions que vous vous posez. Cela permet de ne rien oublier et d’avoir toutes les informations qui sont importantes pour vous à la fin de la consultation.

      Bien à vous,

      Laetitia

      Réponse
  4. Vanessa

    Bonjour , afin de rassurée quelque un , je m’appelle Vanessa j’ai 25 ans au moment où j’ai appris que j’avais une tumeur de la parotide
    (il y a 2ans ) j’étais enceinte de 2 mois , les medecins m’ont suggerer d’avorter et de me faire opérer dans les 40jourd ! Chose que je n’ai pas faite ! Et opérée au 3 mois de ma fille ..
    on m’a prévenu des risques , des conscequences etc ..
    j’étais confiante et faisais confiance aux medecins , tout cest très bien passer , magnifique cicatrice longue mais très peu visible le chirurgien a vraiment ete au top du top !
    Aucune séquelle de paralysie faciale ou autre et la tumeur était bénigne .
    Courage à tous cest un moment de stress

    Réponse
    • Sab

      Bjr ou avez vous fait cette opération ? Je viens de savoir que j avais la même chose.
      Cdlt.

      Réponse
    • A.S

      Bonjour, où avez vous été opérée ? par quel médecin ?
      Merci

      Anne Laure

      Réponse
  5. Sébastien

    Bonjour à tous,

    A l’heure où je vous écris ce commentaire, je viens de subir l’ablation d’une tumeur bénigne de la parotide, plus précisément d’un adénome pléomorphe. Une échographie et une I.R.M. en examens pré-opératoires ont été nécessaires pour le confirmer.

    Même si cette dernière ne me faisait absolument pas souffrir et ne me gênait aucunement, elle me déformait cependant horriblement le visage.

    Je félicite et remercie le docteur Talal Nasser, pour la qualité de son intervention, ainsi que le personnel soignant de la polyclinique Courlancy de Reims pour l’attention qu’il m’a porté. Sans complications post-opératoires, mon hospitalisation n’a durée que deux jours.

    Réponse
  6. MHD

    bonjours a tous je viens moi aussi de me faire opérer d’une tumeur de la parotide,encore les points de suture cela c’est tres bien passé le seul risque que je peut avoir c’est de ne plus sentir le lob de l’oreille a cause de la coupure des nerfs . il ne faut pas attendre qu’en on a ce problème souvent du par le tabagisme ou une exposition a des rayons ce qui est mon cas par mon travail les chirurgiens de la face sont competant pour ce problème pas besion d’aller a perpete

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux + un =


Une newsletter faite pour vous !

Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

Bravo ! Votre inscription est prise en compte