Cancer du nez : Tout savoir sur les tumeurs des fosses nasales et des sinus

© goa novi - Fotolia.com

Cancer du nez 

Cancer du nez : tout savoir sur les tumeurs des fosses nasales et des sinus

Le cancer du nez (tumeurs des fosses nasales et des sinus) fait partie des cancers des voies aérodigestives supérieures (dits cancers VADS). . Les cancers VADS représentent plus de 15 000 nouveaux cas par an en France. Le cancer du nez est très rare, car il touche 3 % des cancers des VADS.

Le cancer du nez touche majoritairement des hommes (8 cas sur 10), de plus de 40 ans.

Face au cancer, je considère que plus une personne sera informée, mieux elle sera armée pour faire face à cette épreuve. Ce ne sera jamais facile, du moins, pas avant que la recherche ne fasse encore d’énormes progrès pour lutter contre le cancer. En revanche, il y a des moyens d’alléger la pénibilité des traitements et de mieux vivre les conséquences du cancer.

C’est pour partager ces solutions que j’ai fait ce site, puis écrit mon livre.

Cependant attention, je ne suis pas médecin. Moi-même, une fois que le diagnostic est tombé, je ne m’adressai qu’à mon oncologue si j’avais des questions sur la maladie ou les traitements. Mais pour le reste, j’ai mis toute mon énergie à chercher des solutions et des astuces pour ne pas rajouter de la crise à la crise et alléger mon quotidien.

Ainsi, prenez les éléments de cet article pour ce qu’ils sont : de simples informations sur le cancer du nez dont vous pouvez vous saisir pour engager un dialogue constructif avec votre équipe soignante. Da manière générale, fuyez les personnes qui vous promettent « la vérité sur le cancer » qui sévissent sur le net ou ailleurs.

Le cancer du nez : qu’est-ce que c’est ?

Le cancer des fosses nasales et des sinus prend naissance dans une cellule du nez ou des cavités des sinus.

Les fosses nasales désignent les narines (ouverture du nez) et le passage creux derrière le nez ; elles permettent de respirer et de sentir. Les sinus paranasaux entourent le nez.

Quels sont les types de tumeurs du nez ?

Les tumeurs du nez peuvent être bénignes, c’est-à-dire, que les cellules ne peuvent pas migrer vers d’autres organes pour former des métastases. Les tumeurs bénignes du nez sont : le polype nasal, le papillome inversé et l’ostéome.

Il existe plusieurs types de cancer du nez (tumeurs malignes) et principalement quatre groupes :

  1. Le carcinome spinocellulaire,
  2. L’adénocarcinome (surtout chez les travailleurs du bois),
  3. Le carcinome adénoïde kystique,
  4. Les tumeurs rares du nez et des sinus : le neuroblastome olfactif (aussi appelé esthésioneuroblastome ou tumeur nerveuse de la placode olfactive), le carcinome naso-sinusal indifférencié (fréquemment désigné sous l’acronyme CNSI), le lymphome non hodgkinien, le mélanome, le carcinome basocellulaire, le sarcome des tissus mous, le sarcome d’Ewing, l’ostéosarcome, la tumeur neuroectodermique.

Quels sont les facteurs de risque des tumeurs des fosses nasales et des sinus paranasaux ?

L’apparition d’un cancer est difficilement traçable, elle est souvent considérée comme étant multifactorielle. Pour autant, il existe des éléments qui augmentent les risques d’avoir un cancer. Pour le cancer du nez, les facteurs de risque possibles sont :

  • Le tabac,
  • L’exposition fréquente et répétée à des produits chimiques (dont les poussières de bois, de cuire, textile, le raffinage de nickel, alcool à friction, radium, chrome, formaldéhydes),
  • Le virus d’Epstein-Barr,
  • Le papillome inversé,
  • ….

Être concerné par un de ces risques, ne veut pas dire que le cancer va apparaître. Cela signifie simplement qu’il vaut mieux exercer une vigilance « de précaution » et, au moindre doute, en parler à son médecin.

En quoi consiste la prévention du cancer du nez et des tumeurs malignes des fosses nasales et des sinus paranasaux ?

La précaution essentielle pour prévenir les tumeurs malignes du nez, des fosses nasales et des sinus paranasaux est d’avoir, en cas de facteur de risque connu, en suivi régulier avec son médecin. Un examen ORL réalisé par un médecin spécialiste participe à la stratégie de prévention.

L’arrêt du tabac (tabagisme passif ou actif) est également un facteur de réduction des risques importants.

En cas d’exposition professionnelle, il faut régulièrement diminuer l’empoussièrement des lieux de travail (système d’aspiration ou port de masques spécifiques).

Si un cancer du nez se développe chez des travailleurs exposés professionnellement à des produits identifiés comme cancérogènes, une demande de prise en charge au titre de la maladie professionnelle pourra être demandée.

Quels sont les symptômes du cancer du nez et des tumeurs malignes des fosses nasales et des sinus paranasaux ?

La plupart des cancers avancent de manière silencieuse, les signes annonciateurs apparaissent comme tout à fait anodins ce qui rend le dépistage précoce difficile. Pour le cancer du nez, les symptômes les plus classiques sont :

  • Un « rhume » ou un nez qui coule de manière prolongée (obstruction nasale),
  • Des saignements de nez,
  • Un nez bouché, surtout d’un côté,
  • Maux de tête,
  • Mucus et écoulement dans la gorge,
  • Douleur au niveau du nez, des yeux, du front,
  • Incisives qui bougent,
  • Baisse nette de l’odorat,
  • Masse au visage (déformation faciale), dans le cou,

Comment se fait le diagnostic du cancer du nez ? Quel est le dépistage des tumeurs malignes des fosses nasales et des sinus paranasaux ?

Le dépistage du cancer du nez et des tumeurs des fosses nasales et des sinus paranasaux se fait de différentes manières souvent complémentaires.

Après un examen clinique (palpation au niveau du visage pour chercher une enflure, une masse) et un échange pour être informé des symptômes, un médecin pourra demander des examens pour confirmer ou infirmer le diagnostic des tumeurs cancéreuses du nez, des fosses nasales et des sinus paranasaux :

  • Radiographie de la face et du cou,
  • Analyse de sang avec numération formule sanguine,
  • Endoscopie nasale,
  • Scanner ou tomodensitométrie cervico-facial, souvent associé à un scanner thoracique, qui permet d’évaluer la propagation du cancer du nez (tumeurs des fosses nasales et des sinus paranasaux) aux ganglions et tissus voisins,
  • I.R.M.,

En fonction des résultats obtenus, une biopsie pourra être effectuée. La biopsie permet de prélever des tissus pour les étudier au microscope, déterminer leur nature (cancéreuse ou pas) et identifier précisément la nature de la tumeur. Elle est indispensable au diagnostic.

Que faire face à un cancer du nez ?

Face au diagnostic du cancer et aux traitements, un fort sentiment de solitude et de désarroi est ressenti.

Pour tous les aspects médicaux, les médecins sont là pour répondre. Ce sont les seuls interlocuteurs légitimes pour le traitement, son suivi et l’analyse de l’évolution de la maladie. Même s’ils sont souvent pressés, il ne faut pas hésiter à s’imposer gentiment pour avoir des informations et des réponses à vos questions. Cela fait partie de leurs missions que de se rendre disponibles pour leurs patients, malgré leur emploi du temps souvent fortement chargé.

En revanche, pour les aspects extra-médicaux, les informations sont difficiles à avoir, les discours sont trop flous. Malheureusement, les aides sont peu adaptées. Or, face aux conséquences du cancer,  il est essentiel d’être bien préparé.

C’est pour remédier à ce vide que j’ai écrit mon livre numérique. Et je suis très fière de son succès car 96 % des lecteurs sont satisfaits.

Mon livre, c’est un guide complet que j’ai écrit comme une boite à outils pour que toutes les personnes confrontées au cancer aient les moyens :

  • De diminuer les effets secondaires des traitements contre le cancer,
  • Daffronter le diagnostic du cancer et s’approprier le traitement,
  • De fédérer ses forces et celles de son entourage.

Pour guérir du cancer, il faut des traitements. Mais pour ne pas rajouter du drame au drame, il faut aussi avoir la bonne information au bon moment. Avec mon guide numérique Mieux vivre le cancer : La Bible vous aurez toutes les solutions pratiques pour vous sortir la tête hors de l’eau.

Les traitements du cancer du nez et les tumeurs malignes des fosses nasales et des sinus paranasaux :

Il existe plusieurs types de traitements pour combattre le cancer du nez les tumeurs des fosses nasales et des sinus paranasaux :

  • la chirurgie est le traitement le plus classique,
  • la radiothérapie externe ou interne (curiethérapie),
  • la chimiothérapie (peu utilisée seule),
  • Thérapie ciblée,

Les traitements peuvent être administrés seuls ou de manière combinée.

Ces thérapies contre le cancer du nez (tumeurs des fosses nasales et des sinus paranasaux) sont déterminées en fonction de la nature de la tumeur, de sa localisation, ses caractéristiques (son grade, son stade), de l’état général du patient.

C’est une commission pluridisciplinaire (RCP) qui va établir le programme de soins du patient. Elle regroupe des spécialistes de domaines complémentaires : des oncologues, des radiologues, des radiothérapeutes, des chirurgiens, des pharmaciens hospitaliers. C’est cette commission pluridisciplinaire qui va proposer le traitement au patient.

Les patients suivant un traitement contre le cancer sont des sujets à risque concernant la thrombose veineuse, et sa complication majeure : l’embolie pulmonaire. Si vous êtes concerné, parlez à votre médecin de vos possibilités pour réduire ce risque (prise d’anticoagulants type héparine, port de bas de contention pour hommes et femmes, etc.).

Crédits photo : © goa novi – Fotolia.com

8 Commentaires

  1. Marc

    Bonjour,

    J’ai également eu un cancer du nez, on me l’a enlevé fin décembre 2011.
    Ensuite radiothérapie.
    En octobre 2012 un premier nez en silicone m’a été fabriqué.
    Au total j’ai eu 3 nez et aucun ne me convient.
    Ce nez est très contraignant, il se décolle en général après 5 ou 9 h de temp.
    Je pense depuis qqs mois à une reconstruction, mais mon chirurgien me le déconseille fortement.
    Avez-vous information à ce sujet ?
    Bien à vous,
    Marc

    Réponse
    • Laetitia LORNIAC

      Bonjour,

      Concernant les prothèses ou une reconstruction éventuelle, peut-être l’idéal serait de demander un second avis auprès d’un centre de référence contre le cancer ? Ou un service très spécialisé dans les cancer ORL ?
      L’avez vous déjà fait ?

      Réponse
  2. Anne-Sophie

    Vous pouvez après un an minimum de fin de traitement, allez chez le dr Lantieri à l hopital Pompidou

    Réponse
    • Laetitia LORNIAC

      Bonjour,

      Que fait ce médecin exactement ?

      Réponse
  3. Mary

    Je souhaite m’inscrire a votre newsletter.

    Réponse
  4. Florent

    Bonjour, voyez vous j’ai 14 ans, et tous les symptômes décrits ici sont présent chez moi (Nez qui coule d’un seule côté, mais ce côté change souvent, un bouton sur la nuque…) Bref cela me fout les jetons que puis-je faire?

    Réponse
    • Laetitia LORNIAC

      Bonjour,
      Il suffit d’aller chez le médecin.

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf − 4 =


Inscrivez-vous à ma newsletter !

Inscrivez-vous à ma newsletter !

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines les trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest