Hémorroïdes : symptômes, traitements et solutions

symptomes-hemorroides-traitement

Symptômes des hémorroïdes

 

Dans sa vie, une personne sur deux sera confrontée aux hémorroïdes. Ces dilatations des veines du rectum et de l’anus sont très fréquentes, mais toujours tabou. Les hémorroïdes peuvent être internes ou externes. Dans ce dernier cas, elles sont souvent douloureuses et nécessitent parfois un traitement de crise.

 

En guise d’introduction, voici une présentation des hémorroïdes dans le magazine Comment ça va bien ? par le Docteur LEVY, avec une note historique vers la fin de la vidéo :

 

Ce qui est intéressant dans cette vidéo – outre les informations données par ce médecin – c’est d’observer le sourire en coin, légèrement goguenard des chroniqueurs autour de la table en début d’intervention. Puis, ce sourire se meut en intérêt véritable… ce qui prouve bien que cette problématique de santé est loin d’être neutre.

 

Concrètement, avoir des hémorroïdes, même si ce mal est courant, ne doit pas être banalisé et un suivi médical est toujours utile. Le médecin des hémorroïdes est le gastro-entérologue et le proctologue.

 

Comme vous le verrez, j’ai mis dans cet article plusieurs vidéos que je trouve intéressantes. Attention, cependant, certaines images, photos et vidéos sur les hémorroïdes peuvent heurter les sensibilités.

suppositoire-hemorroides

Soulager les hémorroïdes

Prévention, symptômes et complication des hémorroïdes

À mon sens, en cas de désagrément, pesanteur et douleur dans la zone anale, il faut toujours prendre un avis médical rapidement.

 

En effet, un patient peut souffrir d’hémorroïdes, mais aussi d’un abcès et, très rarement, d’un cancer de l’anus (c’est très rare, mais ça arrive). Seul un médecin peut réellement poser un avis sur le mal dont souffre un patient. Avoir un avis médical permet de ne pas perdre de temps et de mettre en place des traitements adaptés rapidement.

 

À Paris, il existe des services d’urgences « proctologie », sans rendez-vous. L’hôpital des Diaconnesses dans le 12ème arrondissement a ouvert ce type de consultations. Mieux vaut tout de même appeler le standard pour savoir si ce service est toujours ouvert au moment où vous projetez de vous y rendre.

 

Avant les symptômes et l’apparition de la maladie hémorroïdaire, comment mettre en place une stratégie de prévention ?

astuce-hemorroides

Hémorroïdes et symptômes

 

Il existe plusieurs moyens de prévenir les hémorroïdes. Cela passe essentiellement par une modification de l’hygiène de vie :

  • Avoir un minimum d’exercice physique et éviter certains sports (équitation, vélo),
  • évitez absolument la constipation. Voici un article que j’ai rédigé sur la prévention et astuces contre la constipation. Il est destiné aux personnes suivant un traitement contre le cancer, puisque la constipation est un effet secondaire fréquent des traitements. Cela étant, les informations de cet article peuvent être appliquées dans tous les autres cas, à condition, bien-sûr, de s’assurer qu’il n’existe pas de contre-indication,
  • Boire suffisamment et régulièrement tout au long de la journée (l’eau d’Hépar permet de mieux évacuer),
  • Privilégier une alimentation équilibrée, riche en fibres,
  • Aux toilettes, adopter une position physiologique respectueuse de votre organisme, comme sur cette photo :
bonne-position-toilettes-constipation

Avoir la bonne position aux toilettes

Les symptômes des hémorroïdes et complications

Les hémorroïdes peuvent être internes ou externes.

Les symptômes des hémorroïdes sont fréquemment :

  • Une gêne au niveau de l’anus, une pesanteur,
  • Des démangeaisons,
  • Des brûlures, surtout au passage des selles,
  • À la palpation, présence d’une « grosseur » souple (la veine dilatée) au niveau de l’anus,
  • Des saignements (parfois visibles sur le papier hygiénique),

 

Par ailleurs, les hémorroïdes peuvent avoir des complications. Les voici expliquées en vidéo :

 

Les complications des hémorroïdes

Avant de savoir si vous avez des hémorroïdes, il faut d’abord écarter le risque de prolapsus (descente d’organe) et de thrombose/ phlébite (formation d’un caillot sanguin dans la veine). Par ailleurs, la douleur peut aussi être considérée comme une complication à traiter. Pour cela, avoir l’expertise d’un médecin généraliste ou proctologue est indispensable.

Voici une vidéo qui présente les moyens de soulager les hémorroïdes, réalisée par l’émission Allo Docteur :

 

Dans la vie quotidienne, s’équiper d’un cousin anti-escarre, anti-hémorroïdes peut aider à s’asseoir sans avoir mal. Les bouées, quelquefois recommandées, peuvent créer un effet garrot… et parfois accentuer le mal. Comme souvent dans ce genre de cas, il faut tester. À vous de voir ce qui vous convient le mieux. Pour les acheter, il suffit de se rendre dans un magasin d’orthopédie. Il y a aussi beaucoup de boutiques en ligne qui en proposent.

Si pour vous cela représente un budget trop conséquent, sachez que vous pourrez trouver certains modèles sur les sites de vente d’occasion.

 

Hemorroïdes et saignements

Lors des crises hémorroïdaires et de saignements, il faut absolument veiller à avoir une hygiène impeccable. Faite une toilette intime après chaque selle : de l’eau et du savon, un bon rinçage, un séchage doux, sont la recette la plus efficace.

En cas d’hémorroïdes externes et de saignements, vous pouvez appliquer une crème cicatrisante type Homéoplasmine ® des laboratoires Boiron.

Vous pouvez également, pour une action plus générale, faire une cure de gélules d’intrait de marronnier d’Inde qui est un veinotonique reconnu. Ces gélules se trouvent en pharmacie et (parfois) dans les magasins bio. C’est un vieux remède, très utilisé en Angleterre, mais peu connu en France.

 

Mais avant de mettre en place ces « remèdes », mieux vaut avoir l’avis de votre médecin au plus vite.

 

hemorroides-interne

Ne plus souffrir des hémorroïdes

 

Les traitements des hémorroïdes : les locaux

 

Pour traiter les hémorroïdes, il existe plusieurs pistes possibles. Voici une présentation du docteur Sapoval pour traiter les hémorroïdes sans chirurgie :

 

 

Les remèdes contre les hémorroïdes ont plusieurs actions. Ils peuvent d’abord avoir une action vasoconstrictrice qui va limiter la dilatation des veines de l’anus et du rectum que sont les hémorroïdes.

Les remèdes contre les hémorroïdes peuvent également agir sur la tonicité de la circulation sanguine. C’est, par exemple, un des effets de l’intrait de marronnier d’Inde.

Ils peuvent, enfin, avoir une action anti-inflammatoire.

 

 

Les remèdes de grand-mères contre les hémorroïdes

Selon moi, il est toujours utile de prendre connaissance des remèdes de grands-mères. Je ne sais pas s’ils marchent à tous les coups… mais parfois les essayer ne peut pas faire de mal. Même si, pour un médecin, ces remèdes relèvent plutôt de la superstition plutôt que de la vérité scientifique. Et ils ont bien raison. Cela étant, sans vouloir être obscurantiste, je serais plutôt pragmatique : si ça aide et que c’est sans risque, pourquoi ne pas essayer ?

 

Ainsi, en prévention, placer un marron d’Indes proche de la zone anale, dans une poche par exemple. Il paraît que certains chauffeurs de taxi ont recours à ce procédé pour éviter les crises d’hémorroïdes.

 

Par ailleurs, s’asseoir sur un pain de glace (type cold-hot) permet d’exercer une vasoconstriction des veines dilatées.

 

traitement-hemorroides

Connaître tous les traitements des hémorroïdes

Les suppositoires contre les hémorroïdes

Comme nous l’avons vu, les hémorroïdes sont des veines dilatées, formant des excroissances, au niveau de l’anus et du rectum. Les crises hémorroïdaires peuvent être très douloureuses pour les personnes qui en souffrent. Ces veines peuvent également saigner.

 

Il existe plusieurs remèdes pour les soigner. Parmi eux, les suppositoires sont souvent utilisés. Certains suppositoires peuvent être faits « maison » ou achetés dans le commerce avec ou sans ordonnance.

 

Les suppositoires « faits maison » pour soulager la crise hémorroïdaire

Il existe des plantes qui ont des vertus astringentes. Autrement dit, elles évitent la dilatation des veines grâce à leurs composés naturels. Ces plantes sont souvent déjà dans votre réfrigérateur : ail, oignons et autres.

Il est parfaitement possible de faire des suppositoires contre les hémorroïdes soi-même.

Personnellement, je me dis que c’est relativement hasardeux. Il peut y avoir des réactions d’intolérance et l’allergie comme avec n’importe quelle substance active.

En revanche, intégrer à son alimentation des plantes veinotoniques, peut être un plan B intéressant.

 

Les suppositoires contre les hémorroïdes disponibles dans le commerce

Dans les suppositoires pour lutter contre la maladie hémorroïdaire disponibles dans le commerce, il y a ceux en libre accès, et ceux pour lesquels une prescription médicale est obligatoire.

Pour chaque suppositoire, mieux vaut vérifier les composants (pour prévenir les éventuelles allergies) et contre-indications avant de les acheter.

Si l’introduction des suppositoires est douloureuse, vous pouvez les enrober d’une crème anti-hémorroïdaire ; à condition, comme toujours, qu’il n’y ait pas de contre-indication.

 

Hémorroïdes : les suppositoires disponibles sans ordonnance

Parmi cette catégorie de remèdes de suppositoires (homéopathiques et autres) contre les hémorroïdes, il y a :

  • Avenoc © suppositoires homéopathiques des laboratoires Boiron,
  • Les suppositoires contre les hémorroïdes du laboratoire Weleda,
  • Titanoreïne ©, laboratoire Johnson & Johnson
  • Sédorrhoïde ©, laboratoire Coopération Pharmaceutique Française.

 

Les suppositoires contre les hémorroïdes avec prescription médicale

Pour cette catégorie de médicaments contre les hémorroïdes, une ordonnance sera indispensable pour les obtenir :

  • Proctolog suppositoire ©, laboratoire Pfizer,
  • Déliproct suppositoire ©, laboratoire Bayer,
  • Cirkan suppositoire ©, laboratoire Pierre Fabre,
  • Ultraproct suppositoire ©, laboratoire Bayer.

 

La chirurgie des hémorroïdes : techniques et méthodes

Avant de poursuivre cet article, je vous propose une vidéo de Magazine de la Santé sur les traitements des hémorroïdes :

 

 

Ainsi, il existe plusieurs types de chirurgie des hémorroïdes.

 

Avant d’être opéré, il est important d’échanger avec ses médecins et chirurgiens pour être parfaitement informé des avantages, mais aussi des risques, de chacune d’elle. Aucun acte chirurgical ne doit être considéré comme bénin. Il y a simplement des opérations plus légères que d’autres. Cependant, toutes comportent des risques.

Avant l’opération, une préparation est souvent demandée avec, notamment, un lavement.

 

L’hémorroïdectomie, l’opération des hémorroïdes la plus classique

Cette technique opératoire contre les hémorroïdes est également appelée intervention de Milligan et Morgan.

Elle est pratiquée depuis la fin des années 1930.

Elle consiste au retrait pur et simple des hémorroïdes, par paquet.

Cette opération est considérée comme douloureuse. L’intensité de la douleur dépend du nombre d’hémorroïdes retirées.

Un arrêt de travail de deux à trois semaines est souvent donné pour l’hémorroïdectomie.

 

L’hémorroïdopexie, une nouvelle technique opératoire face à la maladie hémorroïdaire

Ce type de chirurgie est également nommé opération de Longo ou anopexie circulaire par agrafage. Elle est pratiquée depuis 1995.

Elle concerne les hémorroïdes internes. Son objectif principal est d’éviter l’expulsion des paquets hémorroïdaires avec les selles en les retenant mécaniquement dans le rectum. L’Hémorroïdopexie ne supprime pas les veines dilatées et malades du rectum, mais les repositionne.

L’intervention dure moins de 30 minutes. L’hospitalisation est d’une journée en moyenne. L’arrêt de travail pour ce type d’acte chirurgical contre les hémorroïdes internes est inférieur à 5 jours.

 

La désartérialisation guidée par le Doppler, une chirurgie des hémorroïdes en plein développement

Cette opération de la maladie hémorroïdaire interne est également appelée technique Hal-Doppler RAR.

Les artères hémorroïdaires sont préalablement repérées par Doppler.

L’acte opératoire va consister à ligaturer les artères hémorroïdaires, qui alimentent en flux sanguin les veines de l’anus et du rectum. Cette ligature va mécaniquement diminuer le volume des hémorroïdes dans les jours suivant l’opération.

 

Par ailleurs, l’opération des hémorroïdes peut se faire en utilisant différentes technologies.

 

L’opération des hémorroïdes par infrarouge et au laser

Parmi les nouvelles modalités pour opérer les hémorroïdes, il y a les techniques par infrarouge et laser qui se développent. Elles sont censées être moins traumatisantes que les techniques « historiques ».

À mon sens, il ne faut pas hésiter à parler des différentes possibilités opératoires avec son médecin traitant ET avec son chirurgien, voire de demander un second avis. Cela permet d’avoir des éclairages différents et de faire votre choix en sachant pourquoi vous l’avez fait.

Voici une présentation de l’opération des hémorroïdes par infrarouge :

 

Les soins postopératoires après une chirurgie des hémorroïdes

Après une opération des hémorroïdes, il y a différentes informations à connaître pour faire en sorte que tout se passe au mieux.

Une infirmière vous expliquera ce que vous devez connaître et notamment identifier les signes d’alerte.

Par ailleurs, certains hôpitaux ont tourné des films courts, pour transmettre ces informations aux patients qui n’osent pas toujours poser des questions. Je trouve ces initiatives vraiment intéressantes et à encourager.

Dommage d’ailleurs, qu’elles ne soient pas systématisées pour que tous les hôpitaux en bénéficient et, par répercussions, tous les patients.

À titre d’exemple, voici un film fait par l’hôpital des Diaconesses sur la période post-chirurgicale du traitement des hémorroïdes :

 

Maladie hémorroïdaire et opération : la prise en charge de la douleur est un impératif

La prise en charge de la douleur après une chirurgie des hémorroïdes est très importante.

La douleur, même si elle est très variable d’un patient à l’autre et d’un type de chirurgie à l’autre, est fréquente juste après l’opération et lors des premières selles.

Avant l’acte chirurgical, lors des consultations, il est essentiel d’évoquer les moyens de soulager la douleur postopératoire. Et cela d’autant plus que la durée des hospitalisations est de plus en plus courte.

Il faut éviter de rentrer chez vous en souffrant et cela s’organise avant le retour à domicile.

 

Crédits photo : © theartofphoto – Fotolia.com- © Nobilior – Fotolia.com – © diecidodici – Fotolia.com

 

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici des trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.