constipe-cancer

Constipation et chimiothérapie

 

Les personnes qui suivent un traitement lourd, comme la chimio, ont souvent des troubles digestifs, parfois très sévères. Lors des thérapies contre le cancer, comme la chimiothérapie, être constipé n’est pas rare. Cela peut entraîner des douleurs, un mal-être. A mon avis, il faut toujours demander un un avis médical pour être suivi pour cela. Des remèdes de la constipation peuvent être trouvés en sollicitant votre médecin traitant, oncologue ou autre spécialiste. Les prises en charge sont très différentes en fonction de votre pathologie : cancer du poumon, cancer des ovaires, cancer du colon, cancers de l’estomac, de la prostate, etc.

 

En complément, ou pour vous donner des pistes de dialogue avec vos médecins, je vous propose un extrait gratuit de mon livre Mieux vivre le cancer : la bible disponible en téléchargement immédiat sur ce site ou en livre « papier » sur Amazon. C’est un livre unique qui n’a qu’un seul objectif : vous donner toutes les aides et ressources possibles pour vivre l’épreuve du cancer et ses nombreuses conséquences. Ca ne change pas la vie, mais ça permet d’alléger ce qui peut l’être et c’est déjà beaucoup.

 

Si vous aussi, vous avez des astuces à partager, n’hésitez pas à laisser un commentaire en fin d’article.

 

Extrait  « chimio et constipation » du livre Mieux vivre le cancer : la bible

 

Les traitements contre le cancer ont une série d’effets secondaires.

La chimiothérapie bouleverse totalement l’organisme. Le transit peut être très perturbé : diarrhée ou constipation peuvent être le lot quotidien des patients. Si ces états persistent, il faut toujours en parler avec un médecin qui étudiera la situation.

 

En cas d’épisodes passagers, voici 11 conseils à connaître en cas de constipation :

  1. Buvez suffisamment: 1.5 litre par jour voire plus et intégrez à vos repas des soupes, bouillons, jus de fruits ;
  2. En cas de constipation, remplacez votre eau habituelle par de l’eau d’Hépar ;
  3. Mâchez tous les matins des graines de lin qui en plus d’être une source importante d’oméga 3, favorisent le transit et ont des propriétés laxatives. Elles peuvent être intégrées dans un bol de céréales, saupoudrées sur des tartines, etc. Vous pouvez également les « ramollir » en en mettant dans votre boisson chaude du matin. Vous pourrez les mâcher plus facilement;
  4. Mangez des pruneaux (pur, en compote, en jus…), de la rhubarbe. Les kiwis ont également des propriétés laxatives, mais il faut être vigilant aux allergies alimentaires, notamment si vous souffrez d’allergie aux pollens ou au latex. Si vous avez des calculs rénaux de type oxalique, il faut éviter de consommer des kiwis[1]. Faîtes également attention à ce que vous mangez en évitant les graisses et l’excès d’épices ;
  5. Supprimez temporairement les carottes et le riz de votre alimentation. Prenez le temps de manger et de mastiquer ;
  6. Massez-vous le ventre en faisant de larges mouvements en rotation, dans le sens des aiguilles d’une montre (cf, la vidéo à la fin de cet article) ;
  7. Pratiquez une activité sportive même légère. Si cela vous paraît difficile, essayez de sortir un peu et de marcher : allez chercher le pain, faites le tour du quartier, doucement, en prenant votre temps ;
  8. Ne vous retenez pas pour aller aux toilettes. Dès que l’envie se fait sentir, allez-y ;
  9. Adoptez la bonne position : en vous installant aux toilettes, placez un marchepied sous vos pieds, écartez vos genoux et penchez-vous en avant. Cette position, qui se rapproche de celle adoptée dans les toilettes à la turc, est la plus physiologique et aide « mécaniquement » à l’évacuation des selles ;
  10. Renseignez-vous sur l’utilisation des plantes médicinales comme le psyllium ou l’ispaghul qui ont des graines laxatives. Pour être efficaces, les graines doivent être absorbées avec une importante quantité d’eau. En général, les doses conseillées sont :
    • Pour le psyllium: 25 à 40 grammes par jour à prendre en trois fois,
    • Pour l’ispaghul : 7 à 11 grammes par jour à prendre en une, deux ou trois fois.

Chaque gramme de graine doit être accompagné de 30 ml d’eau. Les effets se font sentir de un à trois jours après la première prise.

  1. En dernier recours, pensez aux laxatifs en demandant un avis à votre médecin. Le choix de ce médicament doit être adapté à votre traitement de chimiothérapie. Évitez l’automédication car il peut y avoir des contre-indications. Les laxatifs ne doivent pas être considérés comme la solution idéale, votre organisme doit pouvoir se réguler tout seul, mais ils peuvent dépanner. Sachez qu’il existe des tisanes qui peuvent être très efficaces (cf. la fiche suivante du livre).

 

[1] Que choisir Santé n°89

 

En complément à cette article, je vous propose cette vidéo faite par un kiné qui indique comment se masser le ventre pour vous soulager en cas de constipation, troubles digestifs très fréquents lors des traitements contre le cancer :

 

Par ailleurs, les patients souffrants d’un cancer peuvent également avoir des diarrhées importantes qu’il faut suivre avec votre équipe médicale.

 

Crédit photo de l’article « cancer, traitement et constipation » : © Sandor Kacso – Fotolia.com