Est-ce que la chimiothérapie fait mal ?

Lorsque le diagnostic du cancer tombe, c’est un bouleversement qui s’accompagne de nombreuses questions bien légitimes pour le patient.

Celle de la douleur est cruciale.

En effet, selon moi, il existe encore de nombreux progrès à faire en France pour soulager les douleurs en général et celles liées aux cancers en particulier.

Dans ce cadre, un échange constructif avec l’équipe soignante ne peut être que le bienvenu. Avec l’oncologue d’une part (aussi appelé cancérologue), avec le radiothérapeute s’il y a des soins de radiothérapie mais aussi, en cas de besoin, avec un médecin anesthésiste ou le service des soins palliatifs qui ont des compétences réelles dans la gestion des douleurs et le cancer.

Une chimiothérapie peut-elle faire mal ?

Comme je le détaille dans mon livre Mieux vivre le cancer : La Bible qui reprend tous mes conseils de patiente, il existe plusieurs types de chimio : intraveineuse, par crème, par comprimé, notamment.

La chimiothérapie la plus commune contre les cancers est celle qui s’injecte par intraveineuse, via un petit boitier placé sous la peau qui s’appelle la chambre implantable ou PAC.

Pour prévenir la douleur lors de la perfusion de l’aiguille, un patch avec une crème anesthésiante contenant de la lidocaïne sera placé quelques heures avant, sur la peau.

L’injection des médicaments de chimiothérapie, normalement, ne provoque aucune douleur sur le moment.

En revanche, des effets secondaires peuvent apparaître après, et eux, peuvent faire mal. Votre médecin vous prescrira un traitement pour réduire ces douleurs consécutives à la chimio.

Cependant attention, si lors de l’injection vous ressentez une douleur vive, des démangeaisons intenses ou autres symptômes il faut avoir un avis médical rapidement. Cela peut être une extravasation de la chimio (donc une fuite des produits) ou une réaction allergique qui sont des urgences médicales.

Cancer et douleurs, pourquoi j’ai mal ?

Outre les médicaments de chimio, dans le corps, le cancer en lui-même peut faire mal.

En effet, cela dépend de son site initial, autrement dit, de l’organe sur lequel la tumeur maligne se développe. Si cet organe ne contient pas de nerf, la tumeur grossira sans provoquer de douleur donc sans alerter le malade.

C’est notamment le cas du cancer des ovaires, maladie que j’ai eue. Les ovaires ne contiennent pas de nerf. Ainsi, je me sentais très fatiguée, mais n’avais pas de douleur particulière sauf à un moment… quand la tumeur faisait la taille d’un pamplemousse et appuyait sur les autres organes, provoquant, là, des douleurs intenses.

En revanche, les métastases qui sont des cancers secondaires, peuvent provoquer des douleurs. C’est le cas très connu des métastases osseuses du cancer de la prostate.

Pour lutter contre les douleurs du cancer, il existe un arsenal thérapeutique réel mais qui n’est pas infini. Ainsi, en cas de douleurs intenses du cancer, des antalgiques comme la morphine peuvent être donnés par un médecin. En cas d’inefficacité, il faudra discuter avec l’équipe soignante du dosage donné à la personne malade, qui est parfois trop faible pour la soulager réellement. Ce sont des questions compliquées car un fort dosage augmente forcément les risques et les effets secondaires.

Par ailleurs, il existe toujours le cannabis thérapeutique qui peut être donné en France avec des conditions restreintes.

Effets secondaires de la chimiothérapie et douleurs

En parallèle de la maladie, certains effets secondaires des traitements peuvent être douloureux.

C’est le cas, bien-sûr, des suites des opérations chirurgicales.

Mais c’est aussi le cas des effets secondaires de certains médicaments et notamment leur impact sur les cellules des nerfs. Ces douleurs sont appelées des neuropathies.

Les neuropathies et les cancers

Dans ce cadre, un autre médecin spécialiste peut aider le patient : le neurologue.

Les douleurs des nerfs sont difficiles à soigner et peuvent faire très mal, comme celle du trijumeau, sur le visage.

C’est aussi le cas des inflammations du nerf sciatique dans la jambe ou des neuropathies des extrémités (des mains et des pieds).

Pour les patients, le traitement de la douleur sur les nerfs est difficile et passe par des prises en charge longues. Cependant, la qualité de vie est tellement dégradée avec des neuropathies qu’il serait dommage d’écarter des pistes pour soulager ces problèmes de santé.

Les effets secondaires dans la bouche

Par ailleurs, certains effets secondaires de la chimio peuvent faire particulièrement mal. C’est le cas des mucites qui sont des inflammations de la bouche, comme les aphtes.

Quand il y a une mucite dans la bouche, ça se gère. En revanche, quand la bouche est pleine d’aphtes, cela peut-être si douloureux que le simple fait de parler devient difficile. L’alimentation en est entravée, ce qui est dangereux pour la santé des patients.

C’est pourquoi, comme je le détaille dans mon livre de conseils de patiente, il est important de prendre en charge les effets secondaires constatés dès leur début pour éviter un risque de développement. Cela se fait sur la base d’un dialogue avec votre médecin mais aussi avec les infirmières qui sont des relais importants lors des traitements.

Pour vous y aider, je propose des tableaux de suivis des effets secondaires dans mon livre. Cela permet de transmettre à l’équipe soignante, des données factuelles qui aident à la bonne compréhension de tous.

Découvrez mes autres conseils de patiente avec les articles de chimio-pratique.com :
Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.