Cancer des ovaires

cancer-ovaire

Cancer des ovaires : que faut-il savoir ?

En France, le cancer des ovaires est le 5ème cancer le plus fréquent chez la femme avec 4 500 nouveaux cas tous les ans.

L’ovaire fait partie du système reproducteur féminin. Ils sont deux, sont situés de chaque côté du bassin et ont la forme d’une amande. Les ovaires sont reliés à l’utérus nommé aussi la matrice, par les trompes de Fallope, du nom de celui qui les a décrites pour la première fois. Les ovaires libèrent, chaque mois et à tour de rôle, un ovule. Ce dernier ira jusqu’à l’utérus par les trompes de Fallope pour une éventuelle fécondation par un spermatozoïde. Si la fécondation n’a pas lieu, l’ovule sera expulsé provoquant les règles ou menstruations. Les ovaires produisent deux hormones principales : les œstrogènes et la progestérone.

Le cancer des ovaires peut prendre différentes formes. C’est ce que nous allons voir ensemble dans cet article.

Chers lecteurs, j’ai fait cet article pour que vous puissiez avoir toutes les informations qui me semblent essentielles pour répondre aux questions simples : qu’est-ce que le cancer des ovaires ? Quelle est sa définition ?

Puisque j’ai moi-même été traitée pour un cancer de l’ovaire, je sais l’importance d’avoir les bonnes informations au bon moment. Pendant sa lecture, rappelez-vous que je ne suis pas médecin, mais une patiente. Servez-vous des informations suivantes pour établir un dialogue avec vos médecins et avoir, ainsi, l’information la plus adaptée à votre situation médicale.

C’est fondamental dans le parcours de soin. C’est dans cet esprit que j’ai fait ce site et écrit mon livre Mieux vivre le cancer : la bible.

 

Quels sont les types de tumeurs des ovaires ?

Toutes les affections des ovaires ou grosseurs ne sont pas cancéreuses. Elles peuvent être bénignes comme l’est un kyste. Seules la biopsie et l’analyse des tissus par un pathologiste pourront déterminer la nature cancéreuse des cellules. Cette étape est nommée l’histologie.

Il existe quatre grands types de cancer des ovaires :

  • Le cancer épithélial (adénocarcinome) qui prend naissance dans les cellules au niveau de la surface externe de l’ovaire. C’est le cancer le plus fréquent et survient généralement après la ménopause, après 55 ans. Le cancer épithélial représente 9 cancers de l’ovaire sur 10. Dans cette catégorie de cancer de l’ovaire, il y a : le carcinome séreux, le carcinome mucineux, le carcinome endométrioïde, le carcinome à cellules claires, le carcinome mixte, le carcinosarcome (tumeur mixte mésodermique maligne), le carcinome indifférencié ;
  • Les tumeurs germinales de l’ovaire qui prennent naissance à l’intérieur de cet organe dans les cellules productrices d’ovules : les follicules ovariens. Elles représentent un peu moins de 5 % des cancers de l’ovaire. Ce type de tumeurs affecte des jeunes femmes, voire des enfants. Parmi les tumeurs germinales de l’ovaire, il y a : le dysgerminome, la tumeur vitelline, le carcinome embryonnaire, le polyembryome, le choriocarcinome, la tumeur germinale mixte, le tératome immature, le carcinome à petites cellules. Pour information, j’ai moi-même été traitée pour une tumeur vitelline de l’ovaire comme je l’explique dans la page d’accueil du site ;
  • Les tumeurs stromales qui apparaissent au sein des cellules des tissus reliant les différents éléments de l’ovaire. Parmi ce type de cancer de l’ovaire, il y a : la tumeur de la granulosa, la tumeur à cellules de Sertoli, la tumeur tubulaire des cordons sexuels, le gynandroblastome, la tumeur à cellules stéroïdiennes (lipidiques)
  • Les tumeurs de l’ovaire frontières ou borderline.

 

Sur l’ovaire, le cancer « ressemble » au schéma suivant avec un organisme sain et un ovaire malade :

Illustration d’un cancer de l’ovaire

 

Les causes du cancer des ovaires et les facteurs de risque

L’apparition d’un cancer est souvent considérée comme étant multifactorielle. Aujourd’hui, les liens causes/effets sont encore difficiles à tracer. Pour autant, il existe des éléments qui augmentent les risques d’avoir un cancer. Pour le cancer de l’ovaire, les facteurs de risque possibles sont :

  • Des antécédents familiaux de cancer de l’ovaire et notamment être porteur de certaines mutations du gène BRCA (5 à 10 % des cancers de l’ovaire) ou ARID1A et PIK3CA,
  • Antécédents de cancer du sein
  • Le tabagisme,
  • Ne pas voir été enceinte,
  • L’obésité.

Être concerné par un de ces risques, ne veut pas dire que le cancer va forcément apparaître. Cela signifie simplement qu’il vaut mieux exercer une vigilance et, au moindre doute, en parler à son médecin. À l’inverse, vous pouvez n’avoir aucun de ces risques et être concernée directement par un cancer de l’ovaire.

A titre personnel, comme je l’explique plus bas, je ne peux m’empêcher de penser que l’implant contraceptif que je portais à l’époque, est impliqué de près ou de loin dans le déclenchement de cette maladie.

 

Symptômes du cancer de l’ovaire

La plupart des cancers avancent de manière silencieuse, les signes annonciateurs apparaissent comme tout à fait anodins ce qui rend le dépistage précoce difficile. C’est particulièrement le cas pour les tumeurs ovairiennes. Pour le cancer de l’ovaire, les symptômes les plus classiques sont :

  • Un saignement vaginal en dehors des règles,
  • Avoir souvent envie d’uriner,
  • Une fatigue inhabituelle,
  • Des douleurs lors des rapports sexuels,
  • Des modifications de l’appétit et de la digestion,
  • Une constipation persistante,
  • Une gêne au niveau de l’abdomen,
  • Une perte de poids inexpliquée.

 

Comment se fait le diagnostic du cancer des ovaires ? Quel est le dépistage de ces tumeurs ?

C’est par un examen clinique que le médecin traitant ou le gynécologue et avec les informations que vous lui avez donné, que des examens complémentaires seront demandés. Il s’agit le plus souvent :

  • D’une échographie abdominopelvienne,
  • D’une analyse sanguine avec les marqueurs tumoraux comme la CA 125, le CA 19.9, l’alpha foetoprotéine, l’ACE, le HCG
  • Un scanner abdominal,
  • Une I.R.M.

En fonction des résultats obtenus, une biopsie pourra être effectuée. Cet examen permet de prélever des tissus pour les étudier au microscope, déterminer leur nature (cancéreuse ou pas) et identifier précisément la nature de la tumeur. D’autres examens comme une radiographie des poumons, une échographie abdominale, un scanner, une scintigraphie osseuse peuvent être effectués pour faire le bilan de l’avancée du cancer avec la localisation d’éventuelles métastases.

Dans cette vidéo proposée par les hôpitaux de Genève, il est assez frappant de constater la difficulté de dépister le cancer des ovaires :

 

Malheureusement, en raison des difficultés de dépistage, le cancer des ovaires est souvent découvert à un stade avancé.

 

Stade du cancer de l’ovaire et survie

Ces examens permettent de définir le type de tumeur concernée et le bilan d’extension avec le stade (1, 2, 3 , 4 en fonction du degré de propagation du cancer) et le grade (agressivité de la tumeur, sa capacité à se reproduire).

Le stade du cancer correspond à des étapes de développement de la tumeur. Le stade 1 veut dire que la tumeur est de petite taille (moins de 2 cm et très localisée). Le stade 2 signifie que la tumeur est de taille plus importante mais reste circonscrite à l’ovaire. Le stade 3 indique la présence de cellules tumorales sur les tissus voisins et les ganglions. Le stade 4 constate la présence de métastase(s).

Voici, en guise d’illustration, un ovaire sain et les deux premiers stades d’un cancer de l’ovaire :

Illustration cancer ovaire

Les stades du cancer de l’ovaire

En oncologie, il est classique de dire qu’une tumeur de stade 1 est plus facile à soigner qu’un cancer de stade 4.

Même si cette affirmation est vraie, il me semble, en tant que patiente, qu’il faut tenir à distance les statistiques. Si on a un cancer avec des métastases, cela ne sert pas à grand chose de ruminer cela. Votre vie ne peut pas se réduire à une statistique, ni à un pronostic de survie. Vous poursuivrez votre chemin et c’est plus facile quand le moral tient bon en éloignant les informations toxiques.

Par ailleurs, tout va se jouer dans la bonne réaction de votre organisme, aux traitements que vous suivrez. La médecine avance. Renseignez vous sur les dernières études publiées auprès d’un centre de référence de lutte contre le cancer par exemple.

 

Le cancer de l’ovaire à l’adolescence, 20 ans et jusqu’à 30 ans

Les tumeurs vitellines de l’ovaire touchent les très jeunes femmes, voire les fillettes. Pour le détecter, il faut demander une prise de sang avec le marqueur alphaprotéine. Une échographie est indispensable, comme une IRM avant la biopsie.

Son traitement se fait par chirurgie qui doit être la plus conservatrice possible, et par chimiothérapie avec le protocole B.E.P pour la combinaison des médicaments Bléomycine, étoposide, cisplatine. Ce cancer est généralement de bon pronostic. La tumeur vitelline est agressive et se propage vite mais est très chimiosensible. Autrement dit, la chimiothérapie est très efficace pour ce type de cancer des ovaires même à un stade avancé (3 ou 4).

Personnellement, j’ai eu ce cancer… à 29 ans. Sur ses causes, je ne peux pas m’empêcher de penser que l’implant contraceptif que j’avais alors est directement responsable de ce cancer de l’ovaire à même pas 30 ans. Je ne saurai jamais le degré de véracité de ce doute. J’ai du d’ailleurs insister lourdement auprès de mon équipe hospitalière pour que l’on me l’enlève rapidement.

 

Que faire face à une tumeur ovarienne ?

Face au diagnostic du cancer et aux traitements, un fort sentiment de solitude et de désarroi est ressenti. Pour tous les aspects médicaux, les médecins sont là pour répondre et ce sont les seuls qui peuvent le faire. Ils sont souvent pressés, mais cela fait partie de leurs missions que de se rendre disponibles pour leurs patients.

En revanche, pour les aspects extramédicaux, les informations sont difficiles à avoir, les conseils flous ou peu adaptés. C’est pour remédier à ce vide que j’ai écrit le livre Mieux vivre le cancer : La Bible avec une partie spécifique Toutes les solutions aux effets secondaires des traitements contre le cancer . Il donne des réponses concrètes aux difficultés vécues.

Ce livre, fruit d’un long travail, permet à la personne malade et à son entourage d’avoir les moyens d’affronter le cancer en redevenant acteur de son traitement et de sa vie. Au fil des années, il est devenu un ouvrage de référence pour toutes les personnes touchées par le cancer (malades, proches et aidants). Ce guide pratique unique et exclusif est disponible en téléchargement immédiat sur ce site :

 


 

Et en format papier sur Amazon   

 

 

 

Qui décide des thérapies pour combattre une tumeur des ovaires ?

Après les résultats des premiers examens, la biopsie est souvent prise en charge par une équipe hospitalière. Les conclusions de l’étude des prélèvements effectués seront prises en compte par une équipe de spécialistes.

Une réunion de concertation pluridisciplinaire est mise en place. Cette instance, aussi appelée RCP, met en présence, notamment :

  • Des médecins-oncologues,
  • Des radiothérapeutes,
  • Des radiologistes,
  • Des chirurgiens,
  • Des pharmaciens hospitaliers,
  • Et parfois des généticiens ou des informaticiens spécialistes du décodage de l’ADN des cellules tumorales.

Cette pluridisciplinarité permet de confronter les points de vue. Elle évite également de tomber dans la vision personnelle et parfois arbitraire d’un seul soignant. C’est une garantie pour la personne malade d’avoir un traitement le plus adapté à sa situation.

 

Cancer des ovaire et second avis : Faut-il en demander un ?

Une fois que la RCP s’est concertée, un protocole de soins est proposé au patient pour définir le traitement le plus adapté pour combattre la tumeur ovarienne.

Ce dernier a tout-à-fait le droit de demander un second avis à une autre équipe de spécialistes. Toutefois, dans certaines situations, la mise en route rapide du traitement augmente sensiblement les chances de guérison. C’est le cas, notamment, lorsque la tumeur diagnostiquée est très agressive (comme c’est le cas des tumeurs vitellines de l’ovaire). Il faut donc être vigilant sur les délais d’obtention d’un second avis médical. D’un autre côté, rien n’empêche le patient de commencer les traitements et de demander un second avis en parallèle sans qu’il y ait rupture dans la délivrance des soins.

Votre médecin traitant peut vous aider dans cette démarche. Par ailleurs, vous pouvez demander un second avis dans un Centre de Référence de Lutte contre le Cancer.

 

Quels sont les traitements contre les cancers des ovaires ?

Contre les tumeurs malignes de l’ovaire, les quatre traitements les plus classiques sont :

  • La chirurgie,
  • La chimiothérapie,
  • La radiothérapie,
  • L’hormonothérapie.

Ces thérapies peuvent être proposées seules ou de manière conjointe. Cela dépend du type de tumeur, de son étendue, de l’âge de la patiente, etc.

Pour connaître les détails des moyens thérapeutiques pour combattre les tumeurs malignes des ovaires, consultez l’article Les traitements du cancer de l’ovaire.

 

Cet article sur le cancer des ovaires vous a été utile ?

Partagez-le sur les réseaux sociaux ! Le partage est aussi un moyen de solidarité contre le cancer. N’hésitez pas également, à laisser un commentaire pour partagez votre expérience.

 

 

Crédits photo de l’article de présentation du cancer ovaire: © CLIPAREA.com – Fotolia.com, photo du cancer sur l’ovaire © blueringmedia – Fotolia.com, sur le stade cancer l’ovaire survie : © blueringmedia – Fotolia.com

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici quatre autres articles de trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :

2 Commentaires

  1. Julien

    c’est une question,j aimerais savoir si apres le resultat d’une sonographie puis le medecin nous dit que l’0vaire est tres rapproché de la matrice est ce tres dangereux ça?

    • Laetitia LORNIAC

      Bonjour,

      Seul un médecin pourra vous éclairer en étudiant les résultats précis des examens.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Une newsletter faite pour vous !
Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer .

Bravo ! Votre inscription est prise en compte