Sarcome : point sur les sarcomes des tissus mous

sarcome_tissus_mous

sarcome des tissus mous

Un cancer, comme le sarcome, désigne une cellule à l’ADN dégradé qui prolifère sans contrôle et peut s’étendre à d’autre partie de l’organisme. Il faut différencier le caractère malin ou bénin des tumeurs.

Les sarcomes sont des tumeurs malignes rares. Il représente 1 % des cancers diagnostiqués chez l’adulte et 15 % chez l’enfant.

Ils sont de nature différente en fonction de leur localisation :

  • Le sarcome osseux : le plus fréquent des sarcomes osseux est l’ostéosarcome. Le sarcome d’Ewing, qui touche principalement les adolescents, fait partie de cette catégorie,
  • Les rhabdomyosarcomes se développent dans les muscles,
  • Les sarcomes des parties molles se développent dans les tissus conjonctifs extra squelettiques (tissus adipeux, musculaire, vaisseaux et nerfs).

Les sarcomes sont situés pour plus de 2/3 des cas sur les membres inférieurs. Dans le tiers restant ils apparaissent sur un membre supérieur ou le tronc.

Les sous-catégories du sarcome des tissus mous

Les personnes souffrant de sarcome des tissus mous sont en majorité des hommes de plus de 60 ans, sauf pour le sarcome synovial qui touche des jeunes adultes de moins de 30 ans.

Le sarcome des parties molles regroupe plusieurs sous-catégories :

  • L’hystiocytome fibreux malin (40 % des cas),
  • Le leiomysarcome prennant naissance dans les muscles lisses (13 % des cas),
  • Le liposarcome prenant naissance dans les cellules graisseuses (10 % des cas),
  • Le sarcome synovial (7 % des cas),
  • Le fibrosarcome.

Sarcome des parties molles  : les signes, les symptômes et le diagnostic

Le sarcome, comme beaucoup de cancers, se développe sans signe ou symptôme spécifique :

  • Une masse / un nodule apparaît subitement et grossit vite,
  • Un nodule existant depuis longtemps se met à croitre rapidement,
  • Un abcès qui ne guérit pas,
  • Une tumeur d’abord considérée comme bénigne, se révèle maligne à l’histologie,
  • Apparition d’un hématome « sans cause », non consécutif à un traumatisme,

Les douleurs liées au sarcome sont rares et apparaissent quand la tumeur exerce une pression sur d’autres organes.

 

Le diagnostic du sarcome des tissus mous

Le diagnostic du sarcome est difficile et nécessite la compétence de plusieurs spécialistes. Seul un prélèvement et l’étude de ce dernier va permettre de confirmer le caractère malin des cellules. Le prélèvement des cellules se fait par la biopsie selon différentes méthodes en fonction de la localisation de la tumeur :

  • Biopsie per cutanée,
  • Biopsie chirurgicale.

Un bilan accompagne souvent cette biopsie. Il va permettre de mesurer l’étendue du sarcome avec identification potentielle de métastases. Cette étude est faite principalement grâce à des I.R.M.. Elles peuvent être accompagnées d’examens complémentaires comme :

  • Des radiographies,
  • Des scanners,
  • Des scintigraphies osseuses.

 

Le traitement du sarcome à tissus mous, les pistes pour guérir et le choix de la RCP

Les traitements du sarcomes des tissus mous sont déterminés par la réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP). Cette instance va analyser les résultats de la biopsie et des différents examens passés pour définir les thérapies les plus adaptées à la situation médicale du patient.

Les sarcomes doivent être pris en charge médicalement dans un centre de référence de traitement du cancer. Il y en a une vingtaine en France. Les thérapies vont nécessiter l’intervention de différents spécialistes : chirurgiens, oncologues, radiothérapeutes, radiologues, pharmaciens hospitaliers.

Tous les traitements contre le cancer sont lourds. C’est particulièrement vrai du traitement du sarcome. Mon livre de référence Mieux vivre le cancer : La Bible vous détaillera tous les moyens possible pour faire face à cette épreuve.

Le principal traitement du sarcome est la chirurgie. Elle consiste à enlever la tumeur et une couche de tissus sains pour limiter les récidives.

La chirurgie est souvent complétée par de la radiothérapie et de la chimiothérapie.

Aujourd’hui, des études concernant l’application des thérapies ciblées contre les sarcomes sont en cours d’évaluation.

 

La radiothérapie et chimiothérapie

La chirurgie est fréquemment accompagnée de radiothérapie externe. Cette technique permet de diminuer le risque de récidives car le rayonnement détruit l’ADN des cellules cancéreuses. Il est possible de pratiquer de la radiothérapie avant la chirurgie pour faciliter l’intervention.

Certains établissements de soins proposent des traitements par radiothérapie interne (curiethérapie).

 

La chimiothérapie du sarcome des parties molles

Certains sarcomes sont très chimio-sensibles, autrement dit, les cellules cancéreuses sont détruites efficacement par les médicaments de chimiothérapie.

Les trois médicaments les plus utilisés pour combattre le sarcome des tissus mous sont : la vincristine, l’ifosfomide et la doxorubicine. Ils sont donnés seuls ou en combiné.

En fonction des avancées thérapeutiques, l’équipe soignante peut proposer d’autres molécules de chimiothérapie.

 

Le nouveau traitement de chimio du sarcome des tissus mous métastatique

Le traitement par trabectédine (commercialisée depuis 2007) a fait l’objet d’une étude T-SAR qui a été présentée à l’ASCO en 2018.

Cette étude portait sur 103 patients et qui révèle un bénéfice sur les sarcomes, notamment les L-sarcomes.

 

 

Pour approfondir votre connaissance du sarcome des tissus mou, voici un article sur ce thème écrit par l’Institut Curie ici.

Licence photo de l’article de présentation sur les sarcomes des tissus mous : © adimas – Fotolia.com

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici trois autres articles de trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Une newsletter faite pour vous !
Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer .

Bravo ! Votre inscription est prise en compte