hydratation-chimio

Hydratation et chimiothérapie

 

La chimiothérapie peut provoquer une forte perte d’appétit, une répulsion face au repas.

Ce dégoût des repas est un phénomène très connu et sera (normalement) largement évoqué avec la personne malade avant le début des thérapies par l’infirmière chargée d’expliquer les traitements du cancer et ses conséquences.

Une autre conséquence des traitements est le phénomène de la toxicité de la chimiothérapie sur les reins. Dans ce cadre, les équipes soignantes vont inciter la personne malade à bien s’hydrater pour préserver la fonction rénale.

Seulement, « s’hydrater » peut vouloir dire des choses différentes et n’a pas la même signification en fonction des situations qu’il recouvre.

En effet, il existe principalement deux manières de bien s’hydrater lors des traitements contre le cancer comme la chimiothérapie.

 

Boire de l’eau en chimiothérapie

En chimiothérapie et durant les traitements contre le cancer, les médecins vous conseilleront certainement de boire le plus possible, généralement deux litres par jour. Pour faciliter cette précaution nécessaire, il est possible de boire de l’eau, bien sûr, mais aussi des tisanes, infusions, jus de fruits (attention toutefois à l’acidité de certains).

Si vous prenez des boissons sucrées, pensez à bien vous rincer la bouche après pour éviter les aphtes, notamment.

Vous pouvez fractionner cette hydratation ou y consacrer des moments (fin de repas, collation, …). A vous de trouver le rythme qui vous convient.

Par ailleurs et comme je l’explique dans mon livre Mieux vivre le cancer : La Bible, certaines eaux, en raison de leur forte teneur en bicarbonate de sodium réduisent l’acidité et peuvent aider atténuer les nausées même en chimiothérapie mais aussi contre les aphtes.

Ainsi, certaines eaux, en plus d’hydrater et de permettre l’évacuation des médicaments de chimiothérapie par le fonctionnement des reins, peuvent, en plus, aider à mieux supporter les effets secondaires des traitements contre le cancer.

Par exemple, en cas de constipation (troubles du transit fréquent lors de la chimio), l’eau d’Hépar peut aider à faciliter la digestion.

De plus, comme je viens de l’évoquer, en cas d’aphtes et de nausées (effets souvent ressentis lors des traitements contre le cancer), des eaux avec une forte proportion de bicarbonate de sodium, réduisent l’acidité de la bouche et limitent certains effets de la chimiothérapie.

En cas de diarrhée, il est également très important de bien s’hydrater. Sur ce sujet, en cas de diarrhée sévère, renseignez vous auprès de vos médecins sur les solutions de réhydratation orale aussi appelée RSO (comme pour les bébés).

 

L’hyperhydratation

En chimiothérapie, l’hyperhydratation consiste à passer en intraveineuse une solution saline pour faire fortement fonctionner les reins en cas de toxicité rénale avérée des médicaments de chimiothérapie.

Dans cette configuration, le patient doit recueillir ses urines jour et nuit. Elles seront observées par l’équipe soignante pour bien vérifier la bonne évacuation.

En plus de cette hyperhydratation, le patient doit également boire beaucoup d’eau, de tisanes et autres liquides.

L’hyperhydratation est nécessaire en cas de traitement par cisplatine par exemple, médicament du protocole BEP. Ce protocole est notamment donné dans le traitement des tumeurs germinales des testicules ou des ovaires. Cancer que j’ai eu (tumeur vitelline qui fait partie des tumeurs germinales). Dans mon cas, la première cure a été fait avec du cisplatine, les suivantes avec de l’oxaliplatine à cause des accouphènes provoqués.

Lors de l’hospitalisation, le patient qui doit avoir une hyperhydratation sera constamment relié à une perfusion. Ainsi, pensez à bien choisir vos vêtements pour permettre un accès facile à la chambre implantable. Les chemises et pyjamas avec des boutons sur l’avant sont très pratiques dans cette configuration.

 

A titre d’exemple, voici une vidéo de présentation de la chimiothérapie et des traitements mis en place « à côté » de la chimio :

 

 

crédits photo de l’article de présentation de l’hydratation en chimio : photo-libre.fr