cancer-prostate-rayon

Le cancer de la prostate et le traitement par rayons

 

Pour guérir un cancer de la prostate, les traitements fréquemment utilisés sont la radiothérapie, mais aussi la chirurgie ou l’hormonothérapie. Cette pathologie est le premier cancer masculin. Il concerne plus de 70 000 hommes tous les ans.

 

Les traitements du cancer de la prostate sont définis par une réunion de concertation pluridisciplinaire souvent appelée par l’acronyme RCP. Cette instance – très importante dans le parcours de soins du patient – est composée d’oncologue, radiothérapeute, chirurgien et parfois même informaticien tant le séquençage de l’ADN des cellules cancéreuses devient de plus en plus important pour trouver le traitement le plus adapté.

 

Il existe plusieurs formes de radiothérapie du cancer de la prostate. Je vais vous les détailler ci-après. Pour faciliter la lecture de cet article, j’ai inséré plusieurs vidéos que je trouve intéressantes.

 

Par ailleurs, je détaille dans mon livre de référence pour les personnes malades du cancer et leurs proches Mieux vivre le cancer : La Bible l’ensemble des informations indispensables pour faire face au cancer. Ce guide pratique est unique. Il reprend tous les moyens possibles pour mieux vivre l’épreuve de la maladie cancéreuse.

 

Avis sur la radiothérapie du cancer de la prostate (métastatique ou pas)

avis-prostate

Avis et traitement du cancer de la prostate

 

Comme pour tous les traitements du cancer de la prostate, lorsque la réunion de concertation pluridisciplinaire s’est réunie et a retenu la radiothérapie pour soigner la tumeur prostatique, cette thérapie est présentée au patient.

C’est à ce moment-là que vous pouvez demander un second avis, notamment dans un centre de référence de lutte contre le cancer si vous le souhaitez. Ce sont les centres UNICANCER, il y en a une vingtaine sur le territoire français.

 

Pourquoi il est important de demander un second avis ? Voici en détail mon opinion sur la question.

 

Radiothérapie, cancer de la prostate et second avis

Tout d’abord, c’est un droit depuis la loi KOUCHNER. Ce droit est une sécurité pour le patient.

Ensuite, le cancer nécessite une prise en charge optimale que tous les hôpitaux de France ne peuvent proposer de manière uniforme. Il suffit de regarder le classement des hôpitaux pour s’en rendre compte. Or, quand on a un cancer, il s’agit de « sauver sa peau » et de maximiser ses chances de guérison.

Il peut exister des situations intermédiaires. Par exemple, dans mon cas personnel, j’étais suivie aux Diaconesses et les avis étaient pris à l’Institut Gustave Roussy. Ces situations peuvent revêtir un aspect bien pratique quand il n’y a pas de centre unicancer proche de chez soi.

Enfin, il peut être particulièrement important d’avoir accès aux derniers traitements disponibles que cela soit en première intention, en cas de rechute du cancer de la prostate ou de métastase. Ainsi, dans le cas de la radiothérapie des tumeurs prostatiques, la radiothérapie stéréotaxique donne de très bons résultats comme nous allons le voir ci-après, ou encore, les ultrasons du cancer de la prostate.

 

En revanche, attention aux délais. Parfois, si le cancer est très agressif, il n’est pas possible d’attendre et il faut commencer les traitements le plus tôt possible. Cependant, rien n’empêche de demander un second avis au cours du traitement.

 

 

Cancer de la prostate et radiothérapie

La radiothérapie est issue d’une succession de découvertes scientifiques, notamment d’Henri Becquerel, ainsi que de Marie et Pierre Curie.

 

En oncologie, la radiothérapie fait partie des traitements très utilisés, tout comme les opérations du cancer de la prostate (même si les alternatives à la chirurgie du cancer de la prostate sont de plus en plus développées).

En fonction du dossier médical et des résultats des examens, la radiothérapie peut prendre différentes modalités comme je vais le détailler dans les paragraphes suivants.

 

 

Curiethérapie (radiothérapie interne)

La curiethérapie est une technique de traitement du cancer de la prostate beaucoup moins connue que la radiothérapie externe tout en étant largement utilisée.

 

Cette forme de traitement consiste à insérer dans la prostate de minuscules grains radioactifs. La mise en place de ces grains se fait comme dans une chirurgie de la prostate, au bloc opératoire et dure environ 60 minutes.

C’est un urologue qui se charge de l’intervention. Durant sa réalisation, il est guidé par un échographe. Les grains radioactifs sont placés dans la prostate à l’aide de très fines aiguilles, via le périnée.

 

S’il n’y a pas de complication, l’hospitalisation dure environ un jour. Une surveillance est organisée tous les trois mois avec la radiothérapeute.

L’avantage de la curiethérapie, c’est que les effets secondaires les plus fréquents des thérapies de la prostate « classiques » (comme l’incontinence ou les troubles érectiles) sont majoritairement évités.

Avant de continuer cet article sur la radiothérapie du cancer de la prostate, je vous propose cette vidéo faite par le Centre de Cancérologie du Grand Montpellier qui explique la curiethérapie du cancer de la prostate :

 

Cancer de la prostate et radiothérapie externe

cancer-sein-traitement-radiotherapie

cancer de la prostate et radiothérapie externe

 

La radiothérapie externe est aussi appelée « rayons ».

C’est, en effet, un faisceau de plusieurs rayons X qui va être dirigé vers la partie de la prostate à soigner.

De manière générale, ce traitement dure environ 8 semaines. Les séances sont quotidiennes et durent un peu moins de 15 minutes, même si le temps de préparation est plus long.

Mais avant de passer à la présentation des différentes formes de radiothérapie externe du cancer de la prostate, voici une vidéo de présentation générale sur le cancer de la prostate traité par radiothérapie :

 

Radiothérapie conformationnelle de la prostate

Dans cette forme de radiothérapie du cancer de la prostate, le guidage se fait grâce à un scanner.

Il existe trois types de radiothérapie conformationnelle. Dans le premier, le faisceau d’irradiation a une intensité modulée en fonction de la zone à traiter ce qui rend son application extrêmement précise en évitant les tissus sains. Dans le second, l’appareil a plusieurs faisceaux qui vont viser la tumeur depuis plusieurs endroits.

L’arcthérapie du cancer de la prostate est le troisième type de radiothérapie conformationnelle. Avec cette forme de traitement, un ou deux arcs de radiation sont formés autour de la zone à traiter.

 

 

La radiothérapie conformationnelle donne de très bons résultats pour traiter un cancer de la prostate. Malheureusement, tous les hôpitaux ne sont pas équipés de ces appareils spécifiques. Il ne faut donc pas hésiter à poser la question à l’équipe soignante qui vous prend en charge : sont-ils équipés de ces appareils innovants ?

Au risque de me répéter, il est important que vous puissiez bénéficier du traitement le plus adapté à votre pathologie cancéreuse.

 

 

Radiothérapie stéréotaxique du cancer de la prostate (SBRT)

La radiothérapie stéréotaxique est une nouvelle forme de radiothérapie qui s’applique fréquemment au cancer de la prostate.

Cette technique utilise plusieurs faisceaux de rayons qui sont très précis et puissants.

Le radiothérapeute dirige ces faisceaux grâce à l’imagerie en trois dimensions.

 

La radiothérapie stéréotaxique s’applique pour viser des organes qui peuvent « bouger » pendant l’irradiation ; comme c’est le cas pour la prostate ou les poumons. Le faisceau de rayons va suivre le mouvement de l’organe visé. Les tissus sains sont ainsi préservés, les effets secondaires limités.

 

Cette forme de radiothérapie du cancer de la prostate représente un très grand progrès.

 

Les séances sont au nombre de 8 (ou moins) et se font en ambulatoire.

 

Comme pour la radiothérapie conformationnelle, tous les hôpitaux ne disposent pas des équipements pour proposer la radiothérapie stéréotaxique à leurs patients. Là également, il ne faut pas hésiter à se renseigner en amont et changer d’hôpital… si nécessaire.

Si vous souhaitez le faire, il vous faudra l’ensemble de votre dossier médical, avec notamment les résultats de la biopsie de la prostate et votre bilan d’extension.

 

Radiothérapie du cancer de la prostate et effets secondaires

fatigue_effet_radiotherapie

Radiothérapie de la prostate et effets secondaires

 

Comme n’importe quel traitement, la radiothérapie du cancer de la prostate a des conséquences positives (la destruction des cellules cancéreuses) et négatives (les effets secondaires).

 

En fonction du type de radiothérapie, les effets secondaires sont différents.

Ainsi, les radiothérapies « innovantes » comme la stéréotaxique ou conformationnelle sont plus précises et préservent plus les tissus sains, même s’il n’y a pas « d’immunité absolue ».

Je vais faire une synthèse des effets indésirables les plus fréquents. Vous trouverez dans mon guide de référence Mieux vivre le cancer : La Bible, tous les détails sur ces éléments du traitement et les moyens de les combattre.

 

Globalement, les effets secondaires de la radiothérapie du cancer de la prostate sont les suivants :

 

La fatigue

La fatigue est liée à la fois, au cancer en lui-même, à l’ensemble des traitements mis en œuvre pour le combattre et à la fréquence des séances de radiothérapie.

Comme je le détaille dans un autre article, il est important de faire du sport pendant les traitements du cancer de la prostate.

Cela peut paraître paradoxal quand la fatigue est intense, mais essayer de conserver un minimum d’activité physique permet de lutter contre la fatigue.

 

L’incontinence et l’impuissance

Ces deux effets secondaires sont très fréquents avec la chirurgie du cancer de la prostate, mais aussi – dans une moindre mesure – avec la radiothérapie.

Ils peuvent être passagers. Dans ce cas, il faut tout de même un délai pour les résorber. Une rééducation peut être nécessaire.

S’ils sont permanents, il existe aussi des moyens de compenser la perte de la qualité de vie.

Des accompagnements médicaux et paramédicaux peuvent vous être proposés, comme un suivi avec un kinésithérapeute pour apprendre les techniques de KEGEL qui permettent de lutter contre l’incontinence.

 

Les brûlures

Même si ces dernières années, il y a eu de grands progrès sur les brûlures de la radiothérapie du cancer de la prostate, elles peuvent être très présentes.

Si cela n’a pas été fait, demandez à votre équipe soignante ses recommandations pour soulager la peau, limiter les brûlures.

Si votre peau a des plis au niveau de l’endroit « ciblé » par le faisceau des rayons, pensez à demander à avoir des pansements qui réduisent l’humidité de la peau, facteur d’irritation supplémentaire.

Si vous souhaitez des informations et conseils supplémentaires, vous pouvez consulter mon article  soulager les brûlures de la radiothérapie du cancer de la prostate.

 

Les problèmes digestifs

La radiothérapie du cancer de la prostate peut avoir des impacts sur l’intestin, la vessie, le rectum ; trois organes qui participent au processus de digestion.

Dans mon livre Mieux vivre le cancer : La Bible, j’évoque tous les moyens pour limiter ces effets secondaires et les soulager quand ils sont ressentis. Il serait trop long de reprendre l’ensemble de ces éléments ici. Ainsi, pour en savoir, vous pouvez vous référer directement à mon guide pratique exclusif.

En synthèse (très succincte), sachez simplement qu’une modification simple d’habitudes quotidiennes peut être très efficace pour vous soulager. Sachez également que votre équipe médicale peut vous proposer un suivi avec un médecin-nutritionniste ou des ateliers de nutrition.

 

 

Après la radiothérapie, quel suivi ?

Après les séances de radiothérapie, un suivi est toujours mis en place. Il peut y avoir différentes formes de suivi en fonction de la radiothérapie de la prostate appliquée.

Ce suivi a plusieurs objectifs.

D’une part, il permet d’observer les conséquences et les effets secondaires de la radiothérapie du cancer de la prostate et leur évolution.

D’autre part, il permet de voir l’évolution éventuelle de la masse tumorale et d’adapter le protocole de soin en fonction des observations.

Sur le long terme, le suivi permet de surveiller l’impact des traitements sur les autres organes comme la peau, la vessie, ou le colon et rectum.

 

À mon sens, en tant que patient, il ne faut pas hésiter à exercer une vigilance accrue (sans être obsessionnelle) et d’avoir un avis médical sur tous les signes anormaux que vous pourriez ressentir.

 

 

 

Pour avoir des détails techniques sur la radiothérapie du cancer de la prostate, voici un dossier intéressant de l’Institut Curie ici.


Crédits photo de l’article sur la radiothérapie du cancer de la prostate : © Africa Studio – Fotolia.com