Pourquoi faire une biopsie de la prostate ?

Une biopsie de la prostate répond à plusieurs objectifs.

biopsie-prostate

Comme se passe les biopsies prostatiques ?

Lors du processus de dépistage du cancer de la prostate, les patients vont faire plusieurs examens.

D’abord, il y a l’analyse sanguine avec le dosage des marqueurs tumoraux et notamment l’antigène spécifique prostatique (taux de PSA) et l’examen clinique avec le toucher rectal.

Puis, il y a les actes d’imagerie avec, entre autres, l’échographie, l’IRM, le scanner.

Enfin, il y a la biopsie de la prostate qui va consister à prélever une partie de la masse suspecte pour, ensuite, l’analyser en anatomopathologie. Cette étude au microscope des tissus sert à la fois au diagnostic en confirmant ou infirmant le caractère malin des cellules observées et au choix du traitement du cancer de la prostate en déterminant quelle est la nature exacte de la tumeur présente.

En oncologie, les biopsies sont réellement l’examen pivot.

Dans les lignes qui vont suivre, je vais vous présenter le déroulement des biopsies de la glande prostatique. Avant le jour J, votre équipe médicale vous détaillera le déroulement de cet examen. Lors de cet échange, il ne faut pas hésiter à poser toutes les questions qui vous passent par la tête. Elles sont toutes légitimes et importantes pour bien appréhender ce moment. Je propose une liste des questions à poser aux médecins dans mon livre de conseils de patient Mieux vivre le cancer : La Bible.

Comment se déroule les biopsies de la prostate avant le futur traitement ?

prostate-biopsie

Biopsies de la prostate

Chaque année, plus de 70 000 cancers de la prostate sont diagnostiqués en France. Pour chacun de ces cancers, une biopsie a été effectuée.

Quelle est la préparation pour cet examen ?

Avant l’examen, le patient devra indiquer à son médecin ses traitements en cours (notamment la prise d’un anticoagulant ou de l’aspirine), ses maladies chroniques, et des signes anormaux qu’il a observés (comme l’apparition spontanée de bleus).

Avant la biopsie, certaines équipes médicales conseillent aux patients de faire un lavement et d’aller uriner. Cette précaution ne réduit pas le risque d’infections, mais rend l’examen plus « confortable » pour la personne malade.

Pour éviter les infections, votre médecin pourra vous prescrire des antibiotiques.

Comment se déroule une biopsie de la prostate ? Quelle est sa durée ?

Dans la très grande majorité des cas, cet examen se fait en ambulatoire, c’est-à-dire en hôpital de jour, sans hospitalisation.

Aujourd’hui, les biopsies de la prostate sont écho-guidées et se font par voie rectale. Le patient est placé, soit couché sur le côté, jambes pliées, soit sur le dos, jambes relevées.

L’échographie va permettre d’avoir des images précises de la glande prostatique, sa taille, ses contours. Chaque prélèvement va être fait avec une aiguille très fine.

À titre d’exemple, voici une vidéo d’une biopsie de la prostate réalisée par l’Institut Mutualiste Montsouris à Paris :

La biopsie de la prostate dure moins d’une heure, le temps de prélèvement un peu moins. L’équipe médicale conseille souvent de rester allongé dans les minutes qui suivent l’examen.

En fonction de la situation médicale des patients, les prélèvements de la prostate peuvent aller jusqu’à 12, voire 24 et permettent une étude de l’ensemble des zones de la prostate.

En cas de suspicion d’une récidive d’un cancer de la prostate, une biopsie est également réalisée.

Quelle anesthésie pour les biopsies prostatiques ? Est-ce que cet examen fait mal ?

Pour une biopsie prostatique, l’anesthésie n’est pas obligatoire… mais plus confortable pour le patient surtout si le nombre de prélèvements est important.

Les biopsies de la prostate sont souvent réalisées sous anesthésie locale avec de la lidocaïne à 1 %. Dans ce cas, il n’est pas nécessaire d’être à jeun.

Les biopsies de la prostate sous anesthésie générale sont rares et réservées à des situations médicales spécifiques.

Dans le cadre d’une recherche de métastases d’un cancer de la prostate, d’autres examens sont prescrits. Ce sont les mêmes que que ceux du dépistage et du bilan d’extension comme avec, notamment un scanner, une IRM ou une scintigraphie osseuse, en plus de l’évolution du taux de PSA.

Quelles sont les conséquences d’une biopsie de la prostate et ses effets secondaires ?

cancer-prostate-chirurgie-alternative

Mieux vivre les biopsies de la prostate

Les conséquences d’une biopsie de la prostate sont principalement :

– un risque d’infection (d’où la prise d’antibiotique en prévention). Il faut impérativement prévenir votre équipe soignante en cas de maux de tête, frissons, fièvre, brûlure urinaire, tremblements et tout signe d’infection après la biopsie,

– un risque d’hémorragie qui peut être prévenu en signalant l’équipe soignante la prise d’anticoagulant ou d’aspirine,

– une douleur, une pesanteur, un inconfort dans le bas du ventre,

– du sang dans les urines,

– du sang dans les selles,

– du sang dans le sperme.

Ces deux derniers effets secondaires d’une biopsie de la prostate peuvent durer quelques jours à semaines.

Si vous ressentez des difficultés d’uriner, il faut en parler à votre médecin.

Traitement des douleurs et biopsies de la prostate

Au moment de la réalisation des prélèvements, une douleur peut-être ressentie. C’est pour cela qu’il est plus confortable pour le patient d’avoir une anesthésie locale. Il ne faut pas hésiter à parler de ce point avec l’urologue et le médecin qui vous suit.

Après l’intervention, toute douleur persistante, notamment au-delà de 48 heures, doit être signalée à l’équipe soignante.

Voici une vidéo qui répond spécifiquement à la question : « une biopsie de la prostate est-elle douloureuse ? »

Résultat d’une biopsie de la prostate (positive ou négative)

En moyenne, il faut attendre une semaine pour avoir les résultats des biopsies de la prostate.

Si aucune cellule cancéreuse n’était présente dans les tissus prélevés, les résultats sont considérés comme négatifs.

Un résultat positif indique la présence de cellules cancéreuses dans les prélèvements du tissu suspect. L’histologie va permettre de définir le cancer de la prostate à traiter précisément.

Dans ce cas, en fonction de la nature de la tumeur, un protocole de soins adapté à la situation médicale précise de la personne malade sera proposé. Il est tout-à-fait possible de demander un second avis, notamment dans un centre unicancer.

Les traitements du cancer de la prostate sont définis dans le protocole de soin. C’est une infirmière qui le présente au malade dans une consultation particulière. Les traitements comme la chirurgie de la prostate (ou les alternatives à l’ablation totale ou partielle de la prostate), l’hormonothérapie du cancer de la prostate, l’immunothérapie, par exemple.

Licence photo de l’article  : © Anatomy Insider – Fotolia.com

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici des trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.