Quelle est la chirurgie pour guérir du cancer de la prostate ?

Le chirurgie de la prostate est fréquente en France.

cancer-prostate-chirurgie

Cancer de la prostate : comment opérer ?

En effet, les cancers de la prostate touche plus de 70 000 hommes tous les ans en France. C’est le premier cancer masculin.

Sous ce terme générique, il y a plusieurs types de tumeurs malignes prostatiques comme je l’explique dans mon article : connaitre le cancer de la prostate.

En fonction du type de tumeur identifiée, de l’état d’avancement du cancer de la prostate (son stade), son agressivité (son grade) et de l’âge du patient, la réunion de concertation pluridisciplinaire va proposer un traitement pour soigner les tumeurs prostatiques.

Chez les patients, la chirurgie est souvent, le premier traitement mis en place contre le cancer de la prostate qui ne s’est pas propagé.

Pour augmenter le taux de survie, ce traitement peut être complété par de la radiothérapie, de l’hormonothérapie et plus rarement par de la chimiothérapie.

 

Cancer de la prostate et chirurgie : Que faut-il savoir ?

Dans cet article, je vais vous présenter les différents types de chirurgie du cancer de la prostate, l’ablation totale et partielle ainsi que les effets secondaires et conséquences de ces opérations.

Pour faciliter la lecture et parce qu’un dessin vaut souvent mieux qu’un long discours, j’ai intégré beaucoup de vidéos liées au thème « technique chirurgicale du cancer de la prostate ». Certaines images sont des vidéos de chirurgie ou d’anatomie… elles peuvent donc heurter les sensibilités.

Si vous êtes vous-même un patient, n’hésitez pas à laisser un commentaire en fin d’article pour apporter des compléments ou partager votre expérience.

L’opération du cancer de la prostate

La chirurgie fait partie des nombreux traitements pour soigner le cancer de la prostate.

Un traitement chirurgical de la prostate pour soigner un cancer, peut se décliner en plusieurs types de chirurgies qui vont avoir des conséquences différentes comme nous le verrons ci-après.

Sur le déroulement des chirurgies de la prostate, voici une vidéo de présentation d’une chirurgie du cancer de la prostate, réalisée par l’hôpital des Diaconnesses – Croix Saint Simon (Paris XII) :

Cancer : Les différentes chirurgies de la prostate

ablation-prostate-cancer

Cancer de la prostate et les opérations

Pour opérer un cancer de la prostate, plusieurs techniques chirurgicales sont possibles : la laparotomie, la cœlioscopie, et l’assistance par robot.

À ce jour, en 2020, la chirurgie au laser n’est pas indiquée pour soigner un cancer de la prostate. Elle est réservée aux inflammations et tumeurs bénignes.

Le choix de la chirurgie de la prostate se fait par le médecin qui opère en lien avec une réunion de concertation pluridisciplinaire. Une fois la méthode retenue, vous aurez une consultation particulière avec le chirurgien, puis avec l’anesthésiste.

Le médecin présentera au patient la méthode choisie, les bénéfices attendus et les complications à envisager.

Comme je le détaille, dans mon livre de conseils pour les patients Mieux vivre le cancer : La Bible, c’est un moment important pour le patient et ses proches.

Ainsi, il ne faut pas hésiter à poser toutes les questions qui vous taraudent en insistant sur les moyens de prévention ou de soins que vous pouvez d’ores et déjà anticiper. Cette préparation permet de faciliter la convalescence et la future récupération. À titre d’exemple, je propose une liste de questions que j’estime indispensable dans mon livre.

Lors des consultations pré-opératoires, il est également important que vous transmettiez vos antécédents médicaux (allergie, thrombose veineuse, diabète …) ainsi que vos traitements en cours.

Traitement chirurgical du cancer de la prostate par coelioscopie

La cœlioscopie se distingue de la laparotomie en étant une technique moins traumatisante.

En effet, la laparotomie est un traitement chirurgical qui nécessite une large incision de l’abdomen. Pour la cœlioscopie, en revanche, le chirurgien va opérer en insérant l’appareil chirurgical à travers des petites incisions.

Le ventre du patient est gonflé par du CO2. Ainsi, l’espace créé va permettre de voir les organes grâce à une caméra introduite par une des incisions.

Les images sont visualisées sur un écran qui guide le chirurgien. Ce dernier peut donc procéder à l’intervention sur la tumeur.

Ce type de chirurgie de la prostate est plus léger qu’une laparotomie classique même si elle reste un traitement lourd.

La durée de l’intervention chirurgicale de la prostate par cœlioscopie dure environ deux heures. L’hospitalisation du patient dure une petite semaine.

L’ablation du cancer de la prostate par robot avec Da Vinci et convalescence

Depuis près de 10 ans, certaines chirurgies du cancer de la prostate se font avec l’assistance de la robotique avec l’appareil Da Vinci.

L’avantage pour la santé des patients, réside dans la précision du robot. La vision en trois dimensions qu’elle offre et l’agilité du geste opératoire ne sont pas possibles en cœlioscopie.

Ces 3 paramètres font de l’assistance robotique une chirurgie de pointe.

Attention, tous les hôpitaux ne sont pas équipés de cet appareil. N’hésitez pas à vous renseigner au préalable et à poser directement la question à votre équipe médicale.

Par ailleurs, sachez que, si vous le souhaitez, vous pouvez demander un second avis sur le type de chirurgie de la prostate qui vous sera proposé dans un centre Unicancer. Vous pourrez ainsi avoir un éclairage différent et faire votre choix.

Le temps d’hospitalisation pour ce type d’intervention assistée par la robotique est d’environ 2 jours.

Les suites et le temps de récupération sont beaucoup plus rapides dans une chirurgie de la prostate par robot que dans les autres techniques.

Voici une vidéo du Journal de la Santé qui présente cette technique par Da Vinci :

Comment trouver les meilleurs chirurgiens du cancer de la prostate ?

Il est connu que plus un chirurgien pratique un type d’opération précis, plus la qualité du geste opératoire sera bonne.

C’est pour cela que dans les classements des hôpitaux qui paraissent régulièrement dans la presse, il y a souvent, le nombre de cas suivis en fonction des spécialités.

Ainsi, pour choisir un bon chirurgien pour retirer une tumeur, il y a plusieurs étapes à respecter.

Tout d’abord, il est utile d’aller glaner des informations auprès des professionnels de santé de confiance. Votre médecin traitant ou un urologue peuvent vous orienter vers un confrère renommé.

Ensuite, vous pouvez vous rapprocher des chirurgiens des centres unicancer. Ce sont des structures de soins et de recherche  spécialisées dans le cancer. Il y en a une vingtaine sur le territoire français. Les plus célèbres sont l’hôpital Curie (Paris), l’Institut Gustave Roussy (IGR de Villejuif), l’Institut Régional de Cancérologie (ICM de Montpellier).

Avoir différents avis de spécialistes, permet pour le patient d’évoquer les alternatives aux chirurgies de la prostates qui sont parfois possibles.

Enfin, vous pouvez consulter les palmarès des hôpitaux qui paraissent tous les ans dans la presse. Certains sont même spécialisés dans les traitements des pathologies cancéreuses.

Opération de la prostate : Qu’est-ce que la prostatectomie partielle et radicale ?

Dans certains cas, le retrait partiel de la glande prostatique est possible en cas de tumeur très localisée.

Pour soigner le cancer de la prostate, la chirurgie partielle de la prostate est plus rare que le retrait complet. Elle consiste à ne retirer qu’une partie de la prostate. C’est un acte très précis qui permet de limiter les conséquences pénibles.

L’ablation partielle est plus courante pour les affections bénignes de la prostate. C’est le cas de l’adénome de la prostate qui peut être opéré par laser.

Chirurgie : prostatectomie radicale pour soigner un cancer

Cette technique consiste au retrait de la glande prostatique.

L’ablation totale de la prostate peut entraîner différents types d’effets indésirables. Certains sont temporaires, d’autres sont définitifs comme nous allons le voir ci-après.

Lors de ce traitement, un curage ganglionnaire peut –être effectué dans le bassin avec une recherche de cellules cancéreuses dans les ganglions (analyse des ganglions sentinelles). Ce curage ganglionnaire peut entraîner un lymphœdème plusieurs semaines en post-opératoire.

Par ailleurs, sur ce sujet spécifique, le site de la société française d’urologie a rédigé un article très complet disponible sur leur site.

Quelle convalescence après ce type d’intervention ?

prostatectomie

hôpital et chirurgie de la prostate

En fonction du type de chirurgie de la prostate effectué, le temps d’hospitalisation et la convalescence seront variables.

En pré-opératoire, en prévention de la phlébite, renseignez-vous auprès de vos médecins sur l’opportunité de porter des bas de contention. Ces dispositifs médicaux sont souvent conseillés en post-opératoire. En effet, cette période est un moment à risque concernant la thrombose veineuse (phlébite). Les bas de contention permettent de limiter mécaniquement la dilatation des vaisseaux. Pour les mettre, l’aide d’un enfile-bas est parfois bien utile. Par ailleurs, si vous êtes alités, les bas de contention « ouverts » au niveau des pieds sont plus confortables.

Après l’opération, sans morphine, le patient peut manger le soir même.

L’équipe soignante peut aider le malade à se lever dès le lendemain. Le drain sera également retiré. Le mieux est de demander à ce que le vide soit retiré avant le retrait… sinon, ça fait très mal… pour rien.

À l’hôpital, plusieurs prises de températures seront faites, ainsi qu’une prise en charge de la douleur.

Une fois que la période de convalescence est derrière vous, sachez qu’une des manières de bien récupérer votre énergie et capacité en pratiquant un sport adapté au cancer de la prostate.

La convalescence de la chirurgie prostatique peut prendre plusieurs semaines et est suivie par l’oncologue ou l’urologue.

Conséquences et le risque d’effets secondaires d’une ablation totale de la prostate

Les trois principaux risques de complications d’une prostatectomie sont la stérilité, l’incontinence urinaire et les troubles érectiles.

Avant de développer plus en détail les conséquences d’une chirurgie de la prostate, voici une vidéo témoignage de patients ayant eu ce type d’opération :

Chirurgie de la prostate et le risque de stérilité

L’ablation de la prostate entraîne une stérilité.

En fonction de votre âge et puisque l’on ne peut pas savoir de quoi demain sera fait, n’hésitez pas à vous renseigner sur les techniques de conservation du sperme et vous rapprocher d’un CECOS qui sont intégrés aux Centres Hospitaliers Universitaires.

Ce sont des centres spécialisés dans la préservation des gamètes. Un annuaire est disponible sur leur site internet.

Par ailleurs, il convient de rappeler que l’orgasme peut avoir lieu sans éjaculation.

Le risque de complications liées aux fuites urinaires

En fonction des personnes et de la chirurgie de la prostate, l’incontinence peut être très atténuée ou totalement maîtriser dans les 24 mois qui suivent le traitement chirurgical. 

Il existe plusieurs types différents de risque concernant les fuites urinaires : à l’effort, d’urgence, lorsque la vessie est trop pleine.

Pour vous aider dans votre quotidien pour limiter ce risque, vous pouvez programmer des moments où vous irez uriner (toutes les deux heures par exemple). Vous pouvez même planifier ces heures avec votre téléphone (en mettant des alarmes), pour ne pas oublier.

De plus, des techniques de rééducation des muscles du périnée sont possibles. La plus célèbre est la technique de KEGEL (il peut y en avoir d’autres). Elles se font avec un kiné (aussi appelé physiothérapeute). Il est important de trouver un professionnel qualifié à ces problématiques particulières… ce qui est difficile. Parfois un accompagnement médical est possible à l’hôpital. Si vous avez un suivi en ville (en libéral), demandez à votre équipe médical, une liste de professionnels qualifiés.

Par ailleurs, certains médicaments peuvent être prescrits pour réduire les fuites urinaires. Il existe également des dispositifs médicaux (comme l’étui pénien ou condom urinaire, le bouchon, …) qui peuvent être très utiles.

Une chirurgie est parfois envisagée pour mettre en place un sphincter artificiel.

Voici une vidéo qui présente la prévention du risque d’incontinence lors des traitements du cancer de la prostate :

Prostatectomie,  impuissance et sexualité après une chirurgie de la prostate radicale (prostatectomie totale)

Si la chirurgie de la prostate a permis de préserver les nerfs caverneux, la fonction érectile sera toujours possible. Un délai est parfois nécessaire pour récupérer ses capacités.

La difficulté pour une ablation de la prostate, c’est que les nerfs du pénis sont quasiment invisibles pour le chirurgien. Ce dernier connaît leur position théorique, mais non réelle. Une altération est donc toujours possible.

La préservation des capacités d’érection tient donc essentiellement aux conséquences de la chirurgie.

En cas de difficulté d’érection post-opératoire, la prise de médicaments (comprimés ou injection de prostaglandine) peut être indiquée.

Voici une vidéo sur la sexualité après une prostatectomie totale, faite par l’émission Allo Docteur, avec l’intervention du Docteur GALIANO :

En cas de troubles de l’érection persistants, il existe une possibilité de pose d’une prothèse pénienne. Voici une présentation de ce type d’intervention :

Avant de vous lancer dans une chirurgie de la prostate, se renseigner sur les différents types d’alternatives à la chirurgie du cancer prostatique peut être très utile.

Par ailleurs, le site Curie propose un dossier sur les thérapies du cancer de la prostate.

Pour continuer à avoir tous mes conseils, vous pouvez vous procurer mon guide pratique unique Mieux vivre le cancer : La Bible. Il disponible sur Amazon, chez mon éditeur Ganaca avec des frais de port réduit (laetitialorniac.com/livres) et dans toutes les bonnes librairies. Ce livre de référence est la seule ressource complète conçue par une patiente pour les patients et leurs proches victimes du cancer.

Licence photo  : © ira_qiwi – Fotolia.com – © imtmphoto – Fotolia.com

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici des trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.