chimio_cheveux_perruque

Les chimios et les perruques, un duo qui ne va pas forcément de soi

 

Face au cancer, il est coutume du faire des raccourcis : cancer = chimiothérapie = perte des cheveux = perruque. Or pour différentes raisons, les prothèses capillaires ne riment pas systématiquement avec un traitement chimiothérapeutique.

D’ailleurs, le traitement du cancer ne se fait pas obligatoirement par chimiothérapie. C’est une possibilité parmi d’autres.

En effet, pour certains types de tumeur la chimiothérapie n’est pas très efficace. Les cellules tumorales sont donc peu chimiosensibles. Dans ce cas, d’autres traitements seront envisagés comme la radiothérapie interne, externe ou les opérations notamment.

Concernant l’alopécie, c’est un effet secondaire classique des traitements contre le cancer comme la chimiothérapie. Cela étant en fonction de la localisation de la masse tumorale, la radiothérapie peut elle-même entraîner une chute des cheveux.

 

Toutes les chimiothérapies n’entraînent pas une chute des cheveux (alopécie)

La chimio est un terme générique qui regroupe de nombreux médicaments. Ces derniers auront des actions spécifiques et des effets indésirables différents. Ainsi, toutes les chimiothérapies n’entraîneront pas forcément une alopécie. Pour savoir si une perte des cheveux est à envisager suite à votre traitement du cancer, le mieux est de le demander :

  • Soit à votre oncologue. Connaître les effets secondaires de la chimiothérapie fait partie des questions de base à poser à votre médecin-référent, comme je le détaille dans mon livre Mieux vivre le cancer : La Bible,
  • Soit à l’infirmière-cadre (autrement dit la « chef des infirmières ») de votre service d’oncologie.

 

cheveux-cancer-perruque

Cancer et l’effet perruque

 

Par ailleurs, tous les effets secondaires connus des médicaments de chimio ne concernent pas tous les patients.

Lors de vos échanges avec votre médecin ou l’infirmière sur les effets indésirables de votre traitement par chimiothérapie, vous allez avoir une liste de toutes les conséquences connues des médicaments dont l’alopécie chimio-induite. S’ils sont connus du corps médical, ils ne vous concerneront pas forcément, ou à un degré peu significatif.

À titre d’exemple, je n’ai eu que très peu de nausées, juste le coeur au bord des lèvres en permanence pendant mon traitement par B.E.P, ce qui ne m’empêchait pas de m’alimenter correctement. En revanche, j’ai perdu tous mes cheveux. J’ai sans doute eu de la chance au niveau des nausées. Dans le même esprit, en échangeant avec un patient lors de mes hospitalisations en oncologie, il me disait que, contre toute attente, il avait conservé ses cheveux. Comme à chaque fois pour les témoignages, il faut se garder de toutes généralités. Ce qu’il faut retenir, c’est que les effets secondaires de la chimio n’affectent pas tous les malades.

 

Même quand les cheveux tombent à cause de la chimio, la perruque n’est pas une obligation

cancer-perruque

Cancer et alopécie

Personnellement, je n’ai jamais acheté de perruque et pourtant, j’appréhendais énormément le moment de la chute des cheveux et ayant, à l’époque, des cheveux au milieu du dos, je voulais conserver exactement la même apparence. La perruque était donc un indispensable pour moi et j’avais prévu le budget pour. Pas le choix.

Et puis, est venu le jour où je me suis rendue au magasin de postiches « spéciales cancer ». Et là, ça a été la CATASTROPHE.

Vraiment.

J’avais encore mes cheveux d’origine et au téléphone on m’avait dit que l’on pourrait me les couper. Une fois sur place, une vendeuse au visage fermé m’a asséné un :

Non, on vous les rase !

Et ça, pour moi, à ce moment-là, c’était impossible. Raser mes cheveux était beaucoup trop violent à ce stade.

Après quelques autres impairs (et c’est un euphémisme), je suis sortie de ce magasin complètement bouleversée et sans avoir rien acheté. Après un moment pour digérer ce mauvais épisode, je me suis confectionnée ma propre postiche. Au regard du résultat très satisfaisant, j’en ai fait d’autres. J’allais donc à mes séances de chimio en blonde, puis en rousse, puis en châtain. Ça mettait un peu de pep’s dans un quotidien éprouvant et de ce tout petit point de détail, j’en garde un bon souvenir.

Si ça vous intéresse, je mets les schémas de mes « créations perruquières » dans mon guide pratique Mieux vivre le cancer : La Bible.

Et, à côté de la perruque et de l’alternative que je propose, vous avez une panoplie de turbans (souvent très confortables voire en coton bio), foulards, … ou tête nue. Certaines femmes optent pour cette option même si elle est marginale… et si c’est leur choix, qu’elles assument et se sentent bien, c’est la meilleure des choses pour faire face à la perte des cheveux en chimio. Le tout est d’être en cohérence avec soi-même.

 

Pour choisir sa perruque, il y a deux règles d’or

perruque-cancer-alopecie

Cancer, perruque et accessoires

 

Attention, je ne suis pas en train de dire (d’écrire) qu’il ne faut pas acheter de perruque. Selon moi, ce qu’il faut faire c’est :

  1. Opter pour la solution capillaire avec laquelle vous vous sentirez le mieux,
  2. Choisir un établissement où règne la bienveillance et où les vendeuses ne sont pas dégoûtées à côtoyer des « cancéreux », manifestement considérés par certaines comme des lépreux des temps modernes. Pour bien choisir sa boutique de perruques, le mieux c’est le bouche-à-oreille. N’hésitez pas à échanger avec les patients que vous croiserez lors des séances de chimio ou lors des groupes de paroles destinés aux personnes malades du cancer. J’avais été, à l’époque, à ceux organisés par le Ligue Contre le Cancer du Comité de Paris, et ça m’avait fait beaucoup de bien.

De plus sur le choix de la perruque, vous aurez des perruques en cheveux naturels, plus « haut de gamme » donc plus chères. Après le lavage, elles sont besoin d’un brushing pour une remise en forme.

Vous aurez aussi le choix entre les perruques aux cheveux synthétiques, dont l’entretien est plus facile.

Par ailleurs, accessoiriser la tenue avec des lunettes, des boucles d’oreilles, permet de gommer l’aspect changeant de la physionomie.

 

Bien acheter sa perruque « cancer »

En conclusion sur le duo chimio et perruque, il est essentiel de dédramatiser la case « perruque » dans votre parcours contre le cancer, c’est encore le meilleur moyen de mieux vivre cette étape.

Et puis rappelez-vous qu’historiquement, de nombreuses femmes ont porté des perruques, à commencer par les reines de France et de Navarre. Ça ne console pas vraiment… mais ça permet de relativiser un peu.

Par ailleurs, comme je le détaille dans l’article sur le prix des perruques cancer, je ne saurai trop vous conseiller de comparer les tarifs proposés et le coût final pour vous après remboursement de l’Assurance Maladie et de votre complémentaire santé.

Par ailleurs, pour voir la diversité des modèles de perruques médicales, je vous propose cette vidéo d’un vendeur de prothèse capillaire. Ce n’est pas de la publicité, je n’ai aucun intérêt avec lui et d’ailleurs je ne le connais pas. Mais je mets sa vidéo car je la trouve bien faite sur le côté présentation de ses produits :

Découvrez mon livre de référence Mieux vivre le cancer : La Bible. Un guide pratique unique écrit pour les malades du cancer et leurs proches.

 

Mon livre est disponible sur Amazon.

 

 

En complément à cet article sur le cancer et le choix des perruques, fait par l’association SOS.

Crédit photo sur l’article « perruque et chimio » : © cosma – Fotolia.com – ©vladimirfloyd – stock.adobe.com – ©ismotionprem – stock.adobe.com