Chimiothérapie : comment agit le casque réfrigérant pour ne pas perdre ses cheveux ?

action-casque-refrigerant-chimio

Chimio : pourquoi un casque réfrigérant est utile ?

Dans la vie, surtout au niveau de la santé, il y a beaucoup d’éléments que personne ne peut maîtriser.
Mais parfois, il est possible d’agir.
Lors d’un traitement contre le cancer, certains médicaments de chimiothérapie provoquent la chute des cheveux et des poils (alopécie). Selon les cas, il est possible de prévenir cette perte – ou de la limiter – avec le port d’un casque réfrigérant. Cela dépend des molécules  utilisées dans le traitement.

L’achat du casque réfrigérant se fait par l’hôpital.

Le prix d’un casque simple avec gel est inférieur à 400 € (avec des modèles de casque avec pain de glace sur internet à 200 €), le prix d’un modèle relié à une machine avec casque qui agit par refroidissement est de plus de 15 000 €.

Ce sont les infirmières qui vont gérer ce soin durant les séances de chimiothérapie à l’hôpital.

Côté patient, le plus souvent des femmes, l’usage du casque réfrigérant pour éviter la perte liée au traitement est parfois perçue de manière très contrastée.

Voici ce qui, selon moi, il faut retenir des bénéfices et avantages de ce casque “de santé” pour les patients du cancer qui font de la chimiothérapie.

Casque réfrigérant et contre-indications

Le casque réfrigérant est bien utile dans des des situations précises.

Attention cependant, ce dispositif médical est parfois contre-indiqué dans certaines pathologies cancéreuses comme les leucémies, tumeurs hématologiques, ou lors de la présence (réelles ou possibles) de métastases au niveau du cuir chevelu.

L’usage de ce casque est également exclue en cas de maladies comme la cryoglobulinémie ou la cryofibrinogénémie.

À mon avis, pour les patients et patientes ayant une neuropathie comme les névralgies du trijumeau, ou la névralgie d’Arnold ou encore en cas de migraine, ce casque ne devrait pas être porté. Sauf – bien sûr – si le casque et son action « froide » calment la migraine et ne la déclenchent pas.

Comme je ne suis pas médecin (mais une simple patiente qui a eu un cancer, fait de la chimio, migraineuse et avec une névralgie du trijumeau), demandez l’avis de vos oncologues à ce propos.

Pourquoi l’action par refroidissement du casque en chimio est efficace ?

alopecie-chimio-casque

Combattre la chute des cheveux grâce au casque réfrigérant

L’usage de ce casque est proposée par l’équipe soignante. Par son action, le froid du casque va provoquer une vasoconstriction, réduire la circulation du sang au niveau du cuir chevelu. Cet effet sera protecteur pour les bulbes des cheveux et réduira la chute des cheveux.

En complément, personnellement, avant les premières cures de chimiothérapie, je conseille à mes lecteurs de se couper les cheveux courts, voire très courts et de se munir d’une brosse à cheveux extrêmement douce.

L’efficacité du casque réfrigérant en chimiothérapie dépend de beaucoup de facteurs comme la gestion de ce casque pour conserver une bonne température, le modèle du casque, et autres paramètres. Il existe des études d’impact avec des résultats très hétérogènes sur cette question.

Par ailleurs, si malgré le du casque réfrigérant, la perte de vos cheveux survient quand même, sachez que la perruque n’est pas la seule solution possible. Il existe d‘autres possibilités pour vivre l’alopécie (perruque, turban, bonnet).

Le tout est de choisir la solution qui vous convient vraiment.

Si vous optez pour la perruque, renseignez vous d’abord sur les conseils pour bien l’acheter. C’est un achat important pour vous, il est important de le faire sereinement et sans pression.

Profitez en aussi pour vous informer sur le prix des perruques. Sur ce point, il peut y avoir quelques surprises parfois… relativement désagréables.

Comment utiliser le casque réfrigérant en chimiothérapie ?

Pour être efficace, le casque doit être posé dix minutes avant le début de l’injection du traitement. Il doit être changé toutes les 20 à 30 minutes. C’est une gestion assez lourde pour les équipes soignantes.

Pour pallier cet inconvénient, il existe un type de casque directement relié à une machine réfrigérée qui évite une gestion supplémentaire pour les infirmières et aides-soignantes. Ce dernier modèle est plus rare, plus cher à l’achat, mais plus efficace. Pour le patient, son inconvénient est qu’il ne pourra pas se déplacer avec et devra le laisser à sa place pour aller aux toilettes par exemple.

Pour que la personne malade supporte bien le port de ce casque, il est souvent conseillé de s’équiper avec un vêtement chaud (polaire), d’avoir une écharpe ou un tour de cou. Ces mesures limitent la sensation de « froid ».

Parfois, les patientes en chimiothérapie et portant un casque réfrigérant décrivent des sensations proches de la claustrophobie. Si c’est votre cas, mettez-vous devant une fenêtre avec une vue dégagée lors de l’utilisation du casque et informez-en votre équipe soignante.

Par ailleurs, si vous considérez que l’utilisation de ce casque vous est réellement pénible, demandez à votre oncologue son avis sur les bénéfices / risques pour avoir un éclairage de professionnel et éventuellement cesser son utilisation en toute connaissance de cause, si vous le désirez.

Pour mieux vivre la chimiothérapie et les traitements du cancer, retrouvez tous mes conseils dans mon livre de référence Mieux vivre le cancer : La Bible disponible sur laetitialorniac.com, sur Amazon et dans toutes les bonnes librairies.

De plus, voici, en vidéo, la mise en place d’un casque réfrigérant durant une chimio.

Crédit photo : © Freepik – Fotolia.com

Découvrez mes autres conseils de patiente avec les articles de chimio-pratique.com :
Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.