Alopécie et chimiothérapie : foulard, bonnet ou turban ? Lequel choisir ?

Avec l’alopécie chimio-induite (donc la perte des cheveux avec le traitement du cancer) : choisir un foulard, bonnet ou turban à la place des perruques (ou pour une utilisation en alternance pour la nuit par exemple), n’a rien de facile.

chimio-alternative-perruque

Chimiothérapie : quelles alternatives aux perruques ?

En effet, la chimiothérapie rime souvent avec la perte des cheveux. Cet effet secondaire des traitements contre le cancer est fréquent, mais pas systématique. Pour le contrer, il n’y a pas grand-chose à faire. L’utilisation d’un casque réfrigérant peut -parfois- être proposée par l’équipe soignante.

Cela ne fonctionne pas toujours. Et ce n’est pas toujours conseillé.

Lorsque les cheveux tombent, la perruque est la solution la plus spontanée. La plus connue en tout cas. Cependant, cette option n’est ni la plus confortable, ni la moins chère.

En effet, les foulards, bonnets, chapeaux, casquettes et turbans peuvent représenter une bonne alternative pour les femmes au niveau du style mais aussi, et surtout, au niveau du confort.

Ainsi, en ce qui concerne ces déclinaisons du chapeau pour les femmes, les choix sont nombreux (coloris, collection, modèle, matière).

Pour les hommes, l’option se réduit souvent à une casquette.

Un foulard avec bandeau à adopter à la place de la perruque ?

Personnellement, je n’ai pas acheté de perruque en chimiothérapie. Tous mes cheveux sont tombés à peu près 15 jours après la première chimio.

Comme pour beaucoup de femmes, cette étape a été difficile à envisager au début. Je venais de me marier. Ils étaient très longs car je voulais avoir un beau chignon, ce que j’ai eu.

Pour dépasser plus facilement ce « cap » important dans la vie d’une femme, je voulais que ma perruque aient les mêmes cheveux que les miens, donc avec la même couleur. Je suis allée chez un vendeur de perruques très connu pour trouver une collection et des produits qui me remonteraient le moral en plus de me rendre ma chevelure, même factice.

Mauvaise idée.

L’entrevue avec la vendeuse s’est très mal passée. Cette charmante femme semblait vraiment dégoûtée de côtoyer les personnes malades du cancer. Je suis sortie de la boutique en me disant que jamais je n’achèterai de perruque.

Sans perruque, en pleine chimio, j’ai donc essayé plusieurs méthodes et styles comme le bonnet, le turban et le foulard et la casquette. Tout n’était pas forcément très classe (l’élégance n’était pas ma priorité), mais j’ai réussi à trouver les options capillaires qui me convenaient le mieux.

D’où les conseils que je vais détailler dans cet article qui – je l’espère – vous aideront à opter pour la solution avec laquelle vous vous sentirez bien.

Ma solution préférée en chimio pour l’extérieur : le bandeau et le foulard

Finalement, la meilleure des alternatives que j’ai trouvées à la perruque a été le bandeau pour les cheveux en coton (c’est plus confortable) sur lequel j’ai rajouté des mèches. C’est ce que j’appelle le bandeau à mèches que j’ai confectionné moi-même. Chez moi, je ne portais soit rien, soit des foulards (attachés à la manière de Grace Kelly), ou un turban en coton et en bambou (surtout pour dormir) et des bonnets. Je mets le schéma dans mon livre Mieux vivre le cancer : La Bible.

A l’extérieur, je le portais avec un foulard (bien noué).

L’avantage du foulard est qu’il est immédiatement disponible. Il suffit de fouiller dans ses vieux tiroirs pour en trouver de nombreux, souvent oubliés. Par ailleurs, ils sont souvent en soie ou en coton, ce qui les rend confortables.

Pour nouer les foulards, rien de plus simple : un simple nœud à la base de la nuque suffit. Il est aussi possible de porter un chapeau par dessus pour rendre le foulard inaperçu. Il est aussi possible de rajouter un bandeau ou bandana ou d’autres accessoires comme des boucles d’oreilles pour détourner l’attention de vos interlocuteurs. Le foulard peut aussi être porté avec un beau chapeau en été. Cela aura l’avantage supplémentaire de protéger votre peau du soleil car certaines chimio sont photo-sensibles.

Il est facile de trouver des chapeaux et foulards « pas chers » sur les marchés au mois de mai (début de la saison des mariages) ou d’occasion sur le net ou les dépôts-ventes des quartiers huppés (comme les Apprentis d’Auteuil ou Habits 16 dans le 16ème arrondissement de Paris).

Si vous voulez avoir une solution pour attacher le foulard de la chimio plus élaborée, je vous propose cette vidéo avec pour thème : comment nouer son foulard, un bandana ou un turban en chimiothérapie ?

Chimiothérapie et chute des cheveux : la solution du bonnet en laine, en coton ou le turban en bambou à essayer

alopecie-turban-foulard

bonnet de chimio et turban

Le bonnet est comme le foulard, il suffit de fouiller un peu dans ses armoires pour en trouver. Leur tissu est souvent très chaud, ce qui est idéal en hiver. A contrario, ils peuvent vite devenir inconfortables en été. Ils seront aussi pénibles si la personne malade d’un cancer a des bouffées de chaleur qui sont un des effets secondaires possibles de la chimiothérapie.

Un bonnet peut aussi être trop serré sur la tête et laisser des marques. Surtout s’il est en laine et qu’il a rétréci au lavage. Ce point lié au confort du port du bonnet est aussi un point de vigilance à avoir en cas d’achat car sur toute la durée du traitement par chimio, il peut devenir vraiment pénible.

Chimiothérapie et alopécie chez la femme: le turban est une alternative intéressante au bonnet et aux perruques

Le turban est une possibilité intéressante. Plusieurs manières de l’accessoiriser sont possibles chez la femme pendant la chimio :

Outre ces solutions, si vous le souhaitez, vous pouvez toujours choisir une perruque femme spéciale « cancer », en étant attentif aux prix (il y a des écarts très importants pour un même modèle).

Où et comment acheter son foulard, son bonnet ou son turban pour la chimio ?

Comme vous le verrez si vous recherchez des modèles de foulards et de turbans pour la chimio, il y a vraiment beaucoup de  de possibilités différentes pour les femmes. Selon moi, il faut vraiment prendre son temps pour faire le bon choix, surtout pour un achat sur internet. Sur les photos, le « rendu » du coloris et de l’aspect final de ces accessoires est difficile à mesurer.

Ainsi, avant d’acheter son turban, son bonnet, donc son accessoire pour masquer le chute des cheveux due à la chimio, il me semble qu’il faut d’abord faire son choix sur la matière qui vous convient le mieux.

Personnellement, pour le confort, je pense qu’il faut éviter les matières synthétiques. En revanche, les matières naturelles comme la soie, le coton, ou le bambou (parfois bio) sont agréables à porter. De plus, elles n’agressent pas le cuir chevelu qui est plus sensible…. sauf pour la laine du bonnet qui gratte.

Ensuite, il faudra faire une sélection de la teinte qui vous plaît. L’idéal – à mon sens – est de prendre un ton que vous portez dans votre vie de tous les jours, qui vous est familière. Cela évite les originalités d’un jour que l’on regrette ensuite : par exemple, acheter un turban rose fuchsia  ou aux tissus imprimés étoilés, alors que vous détestez cette couleur et ce motif habituellement.

Par ailleurs, il y a certaines gammes de couleurs qui vont plus à la carnation de la peau que d’autres. C’est tout l’avantage d’avoir de bons conseils des boutiques de perruques… quand ils sont professionnels.

Niveau budget, méfiez vous des prix et faîtes jouer la concurrence, même celle d’internet (en faisant attention au délais et frais de livraison).

Comme je le détaille dans mon article sur les différences de prix des perruques, il y a souvent des écarts de tarifs importants (en plus des soldes et des réduction pour fin de collection) entre les boutiques.

Certaines cliniques privées ont même un comptoir de vente d’accessoires pour les malades du cancer avec bonnet, turban pour la chimio et lingerie post opération du sein. J’avoue que même si cette solution est pratique et évite les aléas de la livraison, je trouve cette forme d’achat d’impulsion délicate. Le mieux est de repérer un modèle qui vous plaît et de comparer les tarifs proposés avec ceux proposés dans une collection équivalente sur les boutiques en ligne. Avec les références du produit disponible sur place et un téléphone avec connexion à internet, c’est très facile de le faire depuis le comptoir. Une comparaison rapide évite les mauvaises surprises.

Fin de l’alopécie et repousse des cheveux

Par ailleurs, une fois les traitements derrière vous, les cheveux repoussent à peu près trois semaines après la dernière chimiothérapie. Parfois, la chevelure repousse avec une couleur ou une texture différentes. Sachez qu’il existe des consultations dermatologiques spécialisées pour atténuer les effets secondaires de long terme sur la peau, les cheveux et les ongles. Par exemple, à Paris, l’Hôpital Saint Louis en proposent.

Licence photo de l’article : pixabay et fotolia

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici des trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :

2 Commentaires

  1. Clo

    Bonjour,
    On se s’interesse jamais aux pauvres patientes qui subissent sans comprendre et sans le moindre soutien ni explication , une alopécie post chimio, celles qui restent sans ou avec très peu de cheveux pour le restant de leur vie !qui souffre plus que celles qui ont subit une ablation , elles restent cloitrées car porter une perruque toute sa vie est une contrainte insoupconnable !!!

    • Laetitia LORNIAC

      Bonjour,

      Je ne pense pas qu’il est utile de tracer des parallèles entre les différentes situations qu’engendrent les conséquences des traitements contre le cancer.
      Mais effectivement, perdre ses cheveux et ne pas retrouver leur densité initiale après les traitements peut-être effectivement très dur. Ce ressenti est clairement sous-estimé, en ce sens vous avez raison.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.