Les cancers hépatiques

Les cancers du foie

Le foie et les tumeurs malignes

Le cancer du foie touche 9 500 nouvelles personnes tous les ans. 8 malades sur 10 sont des hommes, principalement des jeunes séniors. Il fait partie des cancers digestifs.

Le foie, ou glande hépatique, joue un rôle clé dans l’organisme. Il est situé sur le côté droit, juste en dessous des côtes. C’est le seul organe qui la capacité de se régénérer, comme l’avait déjà senti les Grecs de l’Antiquité par le mythe de Prométhée…

Décidément, je crois que je ne me lasserai jamais de cette merveille qu’est la mythologie grecque.

Bref, chers lecteurs, vous qui lisez ces lignes, soyez attentifs. Le développement qui suit, même s’il a été rédigé avec une grande rigueur, ne peut en aucun cas se substituer à un avis médical. Je ne suis pas médecin, mais une simple personne passée par la case « cancer ».

Une de mes difficultés premières dans cette période, étaient de trouver des informations fiables pour m’aider concrètement dans cette épreuve. C’est pour cette raison que j’ai fait ce site puis écrit mon livre numérique. Ces deux outils sont là pour vous aider face au cancer mais ne peuvent en aucun cas remplacer le regard éclairé de votre médecin.

Les fonctions du foie et les principaux cancers

La glande hépatique a deux fonctions principales :

  • Digestive : le foie produit des enzymes et de la bile qui participent à la digestion des graisses. Il permet de capter les minéraux, les vitamines et le sucre issus de la digestion et les restitue quand l’organisme en a besoin,
  • Filtrante : il élimine les substances toxiques du sang.

Les tumeurs malignes hépatiques

Le fait d’avoir une tumeur, n’est pas synonyme de cancers. Le foie peut avoir une tumeur bénigne comme un hémangiome ou un adénome.

En cas de tumeurs malignes, il s’agit à plus de 90 % d’un carcinome hépatocellulaire. Il apparaît dans les cellules appelées hépatocytes. Cette tumeur peut avoir plusieurs formes : massive, nodulaire ou diffuse.

A côté de cette forme de cancer du foie, il peut aussi y avoir des tumeurs plus rares comme le cholangiocarcinome, l’angiocarcinome, l’hépatoblastome, le fibrosarcome, etc.

Les risques d’avoir un cancer du foie et les signes d’alerte

L’apparition de la maladie cancéreuse est aujourd’hui assez floue. Les spécialistes s’accordent cependant sur un certain nombre de facteurs qui augmentent le risque d’avoir une tumeur maligne. Parmi eux, pour les pathologies cancéreuses hépatiques, les 3 principaux facteurs de risque sont :

  • La consommation importante et prolongée d’alcool,
  • Avoir une cirrhose (qui n’est pas toujours liée à la consommation d’alcool),
  • Souffrir d’une hépatite B ou C.

Les symptômes d’un cancer du foie

Le cancer a la réputation fondée d’avancer masqué. C’est toute la difficulté d’un dépistage précoce. Certains signaux doivent cependant appeler une attention. Cela peut-être :

  • Un amaigrissement sans cause,
  • Une fatigue prolongée, une lassitude pour les choses du quotidien (plus l’envie)
  • Une perte d’appétit prolongé, des nausées, des vomissements,
  • Des douleurs sous les côtes (parfois jusqu’à l’épaule droite),
  • Une coloration jaune de la peau, des yeux,

Comment diagnostiquer une tumeur hépatique ?

Face à ces symptômes, et au moindre doute, avoir un avis médical est indispensable. Votre médecin procédera à un examen clinique (avec une palpation de l’abdomen notamment). Pour conforter le diagnostic, il pourra être amené à demander des examens complémentaires comme :

  • Une prise de sang avec un dosage des marqueurs tumoraux (alpha-foetoprotéine ou AFP) et des valeurs comme la bilirubine, l’albumine, l’ALT,
  • Une échographie,
  • Une tomodensitométrie,
  • Une IRM,
  • Et une biopsie qui prélèvera des tissus pour analyse.

A noter : certains lecteurs m’ont signalé que leur cancer du foie avait été diagnostiqué « par hasard », suite à un examen prescrit pour rechercher une autre cause.

Le choix du traitement d’un cancer hépatique et leurs effets indésirables

C’est en fonction de l’identification de la tumeur, de son stade (son étendue), de son grade (son agressivité) et d’autres critères que le choix du traitement sera discuté lors d’une Réunion de Concertation Pluridisciplinaire (RCP).

Cette instance réunit des spécialistes du cancer comme des oncologues, des radiothérapeutes, des chirurgiens, des pharmaciens-hospitaliers pour échanger leur avis et déterminer conjointement le traitement qui paraît le plus adapté à la personne malade.

Pour résumer, tous les cancers du foie ne se traitent pas de la même façon.

Les thérapies pour lutter contre ces tumeurs malignes du foie sont souvent : la chirurgie, parfois l’ablation avec greffe, la chimio-embolisation, la radiothérapie, la radiofréquence, la chimiothérapie (avec notamment des médicaments comme le cisplatine, le 5-fu) et les thérapies ciblées. Pour ces dernières, en 2015, le sorafenib a été la première molécule autorisée pour traitée l’hépatocarcinome

Votre médecin vous présentera les traitements retenus vous concernant spécifiquement.

Sachez que vous avez parfaitement le droit de demander un second avis. Cela permet d’avoir un éclairage différent. Certains centres de référence de lutte contre le cancer (comme l’Institut Gustave Roussy de Villejuif) propose un service de demande de 2ème avis en ligne, directement sur leur site internet.

De plus, lors de cet échange, transmettez à votre médecin :

  • L’ensemble de vos antécédents médicaux même ceux qui vous semble lointains ou peu importants,
  • Vos traitements en cours, même ceux très communs ou « anodins » comme les médicaments délivrés sans ordonnance, les plantes médicinales, les compléments alimentaires et autres vitamines. Les interactions médicamenteuses existent… et mieux vaut appliquer une politique de prévention stricte à cet égard,

Et demandez ce que vous devez faire avant le début du traitement.

Les effets secondaires des thérapies anticancéreuses

Tous les traitements ont des effets secondaires et c’est particulièrement vrai dans le cas du cancer.

Ces conséquences négatives des traitements ne sont pas systématiques, dépendent des thérapies utilisées, des médicaments et des personnes. Leur ressenti est très variable.

De manière générale, les traitements contre le cancer engendrent :

  • De la fatigue : elle peut être massive,
  • Des troubles digestifs, des nausées,
  • Une modification de la numérisation sanguine avec des périodes d’aplasie, d’anémie et autres.

Une fois le traitement établi, vous aurez sans doute un échange consacré aux effets secondaires avec une personne de l’équipe médicale de votre centre de soins. Ce moment est important. Il vous faudra recueillir le plus d’informations possibles et prendre des notes pour bien anticiper les conséquences des thérapies dans votre vie.

En parallèle, vous trouverez dans mon livre Mieux vivre le cancer : La Bible Plus de 450 pages de trucs et astuces pour vous soutenir concrètement dans cette épreuve et vous faciliter la vie. C’est une référence unique pour aider les personnes malades et leurs proches.

 

Crédits photo : © yodiyim – Fotolia.com

2 Commentaires

  1. michele d

    vous parler de cancer du foie c, est bien mais vous ne dites pas la cause . que la majorite du temps se sont les traitements de chimioterapie qui vous apporte ce cancer. ils vous attaque un foie sain.
    sans foie qui ne fait plus son travail qu arrive t,il?
    QUE POUVEZ VOUS REPONDRE A CELA?.
    VOTRE AVIS M?INTERRESSE
    dans la ttente devous lire cordialement

    Réponse
    • Laetitia LORNIAC

      Bonjour,

      Effectivement, certaines chimiothérapie peuvent avoir des effets néfastes sur le foie. Cela dépend des médicaments utilisés. C’est toute l’importance des choix des traitements et de la balance bénéfice/risque.
      Il est également important, à mon sens et quand cela est possible, de demander un second avis auprès d’un centre de référence de lutte contre le cancer.

      Après, comme je le dis sur toutes les pages de mon site, je ne suis pas médecin et n’ai pas la prétention de l’être. Je veux à travers mon action transmettre le plus d’informations possibles aux malades et leurs proches ce qui est bien éloigné d’un avis médical que je n’aurai jamais.
      Bien cordialement,

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × deux =


Une newsletter faite pour vous !

Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

Bravo ! Votre inscription est prise en compte