La biopsie mammaire

biopsie-mammaire

La biopsie mammaire

 

Lors de la suspicion d’un cancer du sein, une biopsie va être réalisée.

La biopsie se fait en deux étapes. La première étape est celle du prélèvement dans la masse suspecte. Cette anomalie du sein peut être palpable ou visible sur les examens d’imagerie (mammographie, échographie mammaire, IRM du sein). La deuxième étape est l’analyse du prélèvement et de son étude au microscope par un anatomopathologiste.

 

Il existe plusieurs méthodes de biopsie du sein. Dans les lignes qui suivent, pour être au fidèle au proverbe « un dessin vaut mieux qu’un long discours », j’ai intégré des vidéos sur les différentes manières de procéder à des biopsies mammaires.

 

Les biopsies du sein

Dans les paragraphes suivants, je vais vous présenter les trois formes principales de biopsie mammaire.

Pour information, Missfrotis, médecin gynécologue et blogueuse, déconseille fortement la biopsie à l’aiguille fine.

Ainsi, si vous devez faire une biopsie, demandez clairement à votre médecin quelle est la méthode qu’il considère comme la plus efficace.

 

Le prélèvement par ponction mammaire (biopsie à l’aiguille fine)

La cytoponction est une méthode de prélèvement qui peut se faire avec ou sans guidage par une échographie.

Elle est réalisée après avoir passé une mammographie ou une échographie mammaire.

Après le prélèvement, les cellules sont analysées au microscope. Les prélèvements effectués sont parfois insuffisants pour établir la nature cancéreuse de l’anomalie du sein.

 

À titre d’exemple, voici la présentation d’une cytoponction faite par un centre de radiologie privé à Paris :

Outre le diagnostic d’une lésion cancéreuse du sein, la cytoponction peut être réalisée pour effectuer le drainage d’un abcès.

 

La macro-biopsie mammaire sous stéréotaxie

La biopsie mammaire utilise une aiguille creuse. Elle permet de reconstituer les images du sein en trois dimensions.

L’intervention dure environ une heure et est réalisée sous anesthésie locale.

Durant cet examen, la patiente est installée sur une table spécifique avec un emplacement pour les seins. La peau est légèrement incisée de quelques millimètres. Plusieurs prélèvements sont effectués. Les tissus sont prélevés à l’aide d’une aiguille creuse puis envoyés à l’analyse anatomopathologique.

Après la biopsie, de la glace est appliquée pour éviter une inflammation et un pansement est appliqué. Aucun point de suture n’est nécessaire.

 

Voici une vidéo didactique sur la biopsie mammaire sous stéréotaxie faite par le CHU de Montpellier :

 

La biopsie mammaire chirurgicale

La biopsie du sein peut se réaliser lors d’une opération.

Cette forme de biopsie consiste à l’ablation de l’anomalie du sein repérée lors des examens de diagnostic (mammographie, échographie, IRM).

Cette forme de biopsie du sein est rarement pratiquée. Elle est faite sous anesthésie générale.

Quand le prélèvement des tissus est effectué, ils sont immédiatement analysés par un anatomopathologiste qui va confirmer ou informer la nature cancéreuse de la lésion.

En cas de présence de cellules cancéreuses, le chirurgien adaptera son geste chirurgical pour extraire la totalité de la masse tumorale.

Cette possibilité est présentée et discutée avec la patiente avant de réaliser la biopsie mammaire.

Les effets secondaires de la biopsie du sein chirurgicale sont les mêmes que ceux d’une chirurgie classique d’un cancer du sein.

 

L’après biopsie du sein

Après le prélèvement, les tissus sont analysés par un anatomopathologiste pour une étude au microscope.

Cette analyse est fondamentale dans le parcours de soin de la personne malade pour deux raisons.

D’une part, l’étude des tissus va permettre d’établir la présence (ou l’absence) de cellules cancéreuses.

D’autre part, en cas de cellules cancéreuses, l’anatomopathologiste va identifier le type de tumeur présent. Un cancer du sein peut être une tumeur de type adénocarcinome, carcinome canalaire in situ, carcinome canalaire infiltrant, pour les formes de tumeurs mammaires les plus fréquentes.

Cette identification de la tumeur, couplée au bilan d’extension, va permettre de choisir un protocole de soins le plus adapté à la situation médicale de la personne malade.

En cas de recherche du ganglion sentinelle, il y a également une étude des ganglions prélevés lors du curage axillaire. Cette recherche va déterminer les étapes d’extension du cancer, autrement dit, cela va permettre de savoir si les cellules cancéreuses ont commencé à se propager via le système lymphatique. Comme je l’explique dans mon livre Mieux vivre le cancer : La Bible, le curage axillaire peut provoquer le phénomène des gros bras (lymphoedème du bras). Ce dernier peut être maîtrisé et soulagé par des exercices précis ou du sport adapté « cancer du sein », le port d’un manchon, des drainages lymphatiques et des cures thermales.

Ces recherches et analyses, vont permettre d’établir le programme personnalisé de soins pour la personne malade avec la définition des traitements du cancer du sein retenus.


Crédit photo de l’article de présentation sur la biopsie du sein : © Voyagerix – Fotolia.com

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici quatre autres articles de trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.