Cancer de la peau : Que faut-il savoir sur ces tumeurs ?

cancer-peau

cancers de la peau

 

La peau est l’organe le plus important chez l’Homme. A l’âge adulte, la peau pèse plus de 5 kg. Le cancer de la peau représente un peu moins de 80 000 nouveaux cas chaque année. En raison des habitudes de vie, la progression des cancers de la peau ne cesse de croître de 5 % tous les ans. La prévention pour ce type de cancers est un enjeu de santé publique.

Pour les cancers de la peau, il existe plusieurs tumeurs comme nous allons le voir dans cette fiche pratique sur le cancer de la peau.

 

Quels sont les types de cancer de la peau ?

Toutes les affections de la peau ou grosseurs ne sont pas cancéreuses. Elles peuvent être bénignes comme l’est un kyste ou un grain de beauté. Seule la biopsie et l’analyse des tissus par un pathologiste pourront déterminer la nature cancéreuse des cellules.

Il existe deux grands types de cancer de la peau :

  • Les carcinomes (9 cancers de la peau sur 10), eux-mêmes divisés entre les carcinomes basocellulaires et les carcinomes spinocellulaires (ou épithélial) ;
  • Les mélanomes (1 cancer de la peau sur 10).

 

Voici un schéma qui illustre les différents cancers de la peau :

Les différents cancers de la peau

 

Les causes du cancer de la peau

L’apparition d’un cancer est souvent considérée comme étant multifactorielle. Aujourd’hui, les liens causes/effets sont encore difficiles tracer. Pour autant, il existe des éléments qui augmentent les risques d’avoir un cancer. Pour le cancer de la peau, les facteurs de risque sont :

  • Avoir eu des coups de soleil sévères et/ou répétés particulièrement pendant l’enfance,
  • S’exposer au soleil sans protection,
  • Fréquenter les cabines de bronzage artificiel,
  • Avoir des antécédents familiaux de cancer de la peau,
  • Avoir la peau claire très sensible aux coups de soleil, qui ne bronze pas,
  • Avoir les yeux clairs, les cheveux blonds ou roux,
  • Avoir un grand nombre de grains de beauté (plus de cinquante),
  • Être porteur de la mutation génétique du gène CDKN2A ou du gène MC1R,
  • Prendre des immunodépresseurs comme dans le cas des traitements post-greffe d’organe.

Être concerné par un de ces risques, ne veut pas dire que le cancer va forcément apparaître. Cela signifie simplement qu’il vaut mieux exercer une vigilance et, au moindre doute, en parler à son médecin.

 

Prévention des tumeurs malignes de la peau : ABCD

La prévention principale des cancers de la peau réside dans l’évitement des conduites à risque :

  • En cas d’ensoleillement fort bien protéger ses enfants du soleil en les habillant de vêtements avec filtre anti-uv, chapeau, lunettes
  • Ne jamais s’exposer à un ensoleillement important sans préparation préalable,
  • Utiliser une crème solaire adaptée à votre carnation en sachant que certaines de ces crèmes utilisent des ingrédients cancérigènes comme le prouve, tous les ans, les tests des associations de consommateurs,
  • Ne pas pratiquer le bronzage artificiel (cabines uv),
  • Surveiller sa peau avec la méthode ABCDE : A pour asymétrie, B pour bordure irrégulière, C pour couleur, D pour dimension, E pour évolution, comme dans le schéma suivant :
cancer_peau_photo

Les signes d’alerte pour un mélanome

  • Aller régulièrement chez son dermatologue pour un contrôle.

 

 

Cancer de la peau : symptômes

La plupart des cancers avancent de manière silencieuse, les signes annonciateurs apparaissent d’abord comme tout à fait anodins ce qui rend le dépistage précoce difficile. Pour le cancer de la peau, les symptômes les plus classiques sont :

  • Une modification de la couleur, de la forme, de la texture, de la taille, des contours d’un grain de beauté (cf. la méthode ABCDE exposée dans le schéma ci-dessus ou  dans cette brochure),
  • Une plaie qui ne guérit pas,
  • Une région de la peau qui devient lisse, perlée, qui forme une petite boule,
  • L’apparition d’une nouvelle tache sur la peau,
  • Une région de la peau qui démange, qui picote,
  • Une grande fatigue,
  • Un essoufflement,
  • Une perte d’appétit.

 

Dépistage du cancer de la peau et diagnostic

Aujourd’hui, il est recommandé d’aller voir son dermatologue pour une visite annuelle de contrôle.

Le dépistage du cancer de la peau se fait de manière très simple par un examen clinique du médecin. L’examen clinique doit se faire sur toute la peau et donc ne pas oublier :

  • le cuir chevelu, derrière les oreilles,
  • les mains (dos et paumes),
  • les aisselles,
  • les fesses (et entre les fesses … les cellules cancéreuses peuvent se développer partout, la pudeur ne fait pas vraiment partie de leurs valeurs…),
  • les dessous de pieds et entre les orteils.

En fonction des résultats obtenus, une biopsie pourra être effectuée. Cet examen permet de prélever des tissus pour les étudier au microscope, déterminer leur nature (cancéreuse ou pas) et identifier précisément la nature de la tumeur. Cet examen peut se faire en anesthésie locale. D’autres examens comme une radiographie des poumons, une échographie abdominale, un scanner, une scintigraphie osseuse peuvent être effectués pour faire le bilan de l’avancée du cancer avec la localisation d’éventuelles métastases.

 

Que faire face à un cancer de la peau ?

Face au diagnostic du cancer et aux traitements, un fort sentiment de solitude et de désarroi est ressenti.

Pour tous les aspects médicaux, les médecins sont là pour répondre. Ils sont souvent pressés mais cela fait partie de leurs missions que de se rendre disponibles pour leurs patients, malgré leur emploi du temps qui est très chargé.

En revanche, pour les aspects extra-médicaux, les informations sont difficiles à avoir, les conseils flous ou peu adaptés. C’est pour remédier à ce vide que j’ai écrit mon livre, qui est un ouvrage de référence pour mieux vivre le cancer et ses conséquences.

Cette bible qui abordent toutes les facettes de la vie d’une personne malade et de son entourage permet d’être mieux outiller face à cette épreuve.  Avoir des réponses concrètes sur les difficultés rencontrées permet de redevenir un acteur de son traitement et de sa vie.

 

Choix des traitements des cancers de la peau

Les traitements possibles contre le cancer de la peau sont discutés en réunion de concertation pluridisciplinaire, aussi connue sous le sigle RCP.

Cette RCP met en présence :

  • Des médecins-oncologues,
  • Des radiologistes,
  • Des radiothérapeutes,
  • Des pharmaciens hospitaliers,
  • Et parfois des informaticiens intervenant dans le décodage des cellules tumorales.

Cette pluridisciplinarité permet de bénéficier de différents regards de spécialiste et de garantir la définition d’un protocole de soin le plus adapté à la personne malade.

Quels sont les critères pour choisir le bon traitement ?

Les traitements seront adaptés en fonction :

  • De l’âge du patient,
  • De type de tumeur diagnostiqué, de son étendue, de son agressivité,
  • Des antécédents médicaux personnels et familiaux de la personne malade,

Un cancer de la peau, chez deux personnes différentes, aura sans doute des protocoles de soins différents.

Parmi les thérapies les plus courantes pour lutter contre les cancers cutanés, il y a :

  • La chirurgie,
  • La chimiothérapie,
  • La radiothérapie,
  • Et parfois des thérapies ciblées, nouvelles armes thérapeutiques contre les cellules tumorales.

Consultez l’article Tout savoir des traitements des cancers de la peau pour connaître les détails de ces thérapies.

 

Crédits photo de l’article sur le sujet « cancer peau » : © Piotr Marcinski – Fotolia.com, sur les différentes tumeurs de la peau : © logo3in1 – Fotolia.com, photo cancer peau mélanome : © bilaaa – Fotolia.com

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × un =


Une newsletter faite pour vous !

Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

Bravo ! Votre inscription est prise en compte