Photo immunothérapie anticancéreuse

Immunothérapie et cancer

 

Le système immunitaire protège l’organisme des maladies et infections. Les cellules immunitaires sont produites par la moelle osseuse. Ces cellules sont en capacité d’identifier un « agent » nuisible et de le détruire.

Seulement, face à une cellule tumorale, le système immunitaire est parfois leurré. Ce dernier ne la reconnait pas systématiquement. Ce qui n’était initialement qu’une cellule pourra donc se développer pour former une masse tumorale et grossir, voire pourra former plusieurs sites à distances du cancer primitif : les métastases.

Pour faire le point sur ce nouveau traitement du cancer et surtout sur les espoirs qu’il suscite, je vous propose une synthèse sur l’immunothérapie.

 

 

Immunothérapie et cancer : définition

Les recherches autour de l’immunothérapie ont débuté dans les années 70.

L’immunothérapie contre le cancer a pour objectif de renforcer cette défaillance du système immunitaire, en renforçant ses capacités pour cibler spécifiquement le cancer en formation.

Voici ce qu’en dit l’hôpital Curie :

Les cancers traités par immunothérapie

Aujourd’hui, l’immunothérapie est aujourd’hui utilisée contre le cancer de la vessie, par des injections locales de BCG.

 

Elle est également utilisée sur tout le corps, notamment avec :

  • La stimulation des cytokines par :
    • l’interféron dans les traitements du cancer du rein, certains cancers du sang, des cancers de la moelle osseuse, leucémie ou mélanome. L’interféron est utilisé sous forme sous-cutanée,
    • l’interleukine dans certains cancers chimiorésistants comme le mélanome métastatique et certains cancers du rein,
  • les anticorps monoclonaux, notamment pour les cancers du sein porteurs du gène HER-2 avec le trastuzumab.

 

L’immunothérapie anticancéreuse

L’immunothérapie, notamment par les traitements ciblés, ouvre de nouvelles perspectives dans les traitements du cancer. L’Institut Curie est un centre de référence de lutte contre le cancer et le premier centre, en France, d’immunothérapie.

En 2018, plus de 900 essais cliniques sont en cours à travers le monde pour comprendre les mécanismes des cellules cancéreuses et ainsi, les déjouer par de nouveaux traitements comme l’immunothérapie. La France est en bonne place puisque 80 d’entre eux ont lieu à l’Institut Gustave Roussy de Villejuif et 25 à l’hôpital Curie.

 

Un des objectifs de ces travaux est aussi d’étudier les freins de ces traitements particuliers comme l’usage des antibiotiques en cours de traitement pour traiter une infection (cf. l’étude publiée dans le magazine Science en 2017[1]). En effet, il semble que la bonne santé du macrobiote intestinal soit décisive pour permettre l’efficacité optimale des traitements.

 

Le prix de l’immunothérapie, une ombre au milieu des espoirs

Le coût annuel minimum moyen d’un traitement par immunothérapie est de 80 000 € par patient[2]. A titre de comparaison, une chimiothérapie classique coûte annuellement entre 5 000 € et 31 200 € par patient.

Dans la lutte contre le cancer, en plus de la recherche, la réduction du coût des traitements et l’accès de ces derniers à tous les malades est un axe fondamental.

 

Les références de l’article sur immunothérapie et cancer :

[1] Science  02 Nov 201, eaan3706, DOI: 10.1126/science.aan3706

[2] Observatoire cancer Institut Curie, Viavoice, 2017

 

 

 

Pour conclure, voici une deuxième vidéo de l’Institut Curie qui explique le fonctionnement de l’immunothérapie contre le cancer :

 

Crédit photo de l’article sur l’immunothérapie : © ankabala – Fotolia.com