Tumeur phyllode : Une forme rare de cancer du sein

tumeur-phyllode

tumeur phyllode

La tumeur phyllode prend naissance dans les cellules du sein. Cette tumeur  est la plupart du temps bénigne. Elle est maligne dans 5 % des cas.

La différence entre une tumeur bénigne et une tumeur maligne, c’est que cette dernière a la capacité de former des métastases et donc de se propager à distance de l’organe initialement touché.

Une tumeur bénigne, si elle n’a pas la capacité de former des métastases, peut malgré tout être agressive. C’est par exemple le cas avec la tumeur desmoïde.

Quels sont les facteurs de risque d’une tumeur phyllode ?

L’apparition d’un cancer est difficilement traçable, elle est souvent considérée comme étant multifactorielle. Pour la tumeur phyllode, aujourd’hui, aucun facteur de risque n’a été clairement identifié.

Quels sont les symptômes de la tumeur phyllode ?

La plupart des cancers avancent de manière silencieuse, les signes annonciateurs apparaissent comme tout à fait anodins ce qui rend le dépistage précoce difficile. Pour la tumeur phyllode, les symptômes les plus classiques sont :

  • Présence d’une masse ferme, mobile, bien ronde dans le sein,
  • Parfois accompagné de douleurs à la palpation.

Comment se fait le diagnostic de la tumeur phyllode ? Quel est le dépistage ?

Le dépistage de la tumeur phyllode se fait de différentes manières souvent complémentaires.

Après un examen clinique (palpation du sein pour chercher une masse) et un échange pour être informé des symptômes, un médecin pourra demander des examens pour confirmer ou infirmer le diagnostic de la tumeur phyllode :

  • mammographie,
  • Échographie,
  • Parfois scanner ou tomodensitométrie thoracique, qui permet d’évaluer la propagation de la tumeur phyllode aux ganglions et tissus voisins,
  • R.M.,

En fonction des résultats obtenus, une biopsie pourra être effectuée. La biopsie permet de prélever des tissus pour les étudier au microscope, déterminer leur nature (cancéreuse ou pas) et identifier précisément la nature de la tumeur. Elle est indispensable au diagnostic. Pour une tumeur du sein, trois techniques de biopsie sont possibles : par forage, par forage sous guidage stéréotaxique, à l’aiguille fine.

Que faire face à une tumeur du sein ?

Affronter le diagnostic d’une maladie tumorale est très déstabilisant.

Pour ce qui relève de la maladie pure, seuls les médecins peuvent vous répondre.

En revanche, pour toutes les conséquences que la maladie va avoir sur votre vie, mieux vaut être bien préparé à affronter la tempête.

C’est pour aider toutes les personnes malades et leurs proches dans cette épreuve de la vie, que le guide numérique Mieux vivre le cancer : La Bible vous retrouverez  toutes les solutions aux effets secondaires des traitements contre le cancer a été écrit. Les effets secondaires aux traitements contre les tumeurs sont perçus comme une fatalité. Pourtant, il existe des solutions faciles à mettre en place pour diminuer ces effets indésirables. Le guide numérique, accompagné de ses bonus, donne :

  • Les moyens de diminuer les effets secondaires des traitements contre les tumeurs, avec, notamment un point détaillé sur ce que peuvent vous apporter 7 médecines complémentaires,
  • Les ressources pour affronter le diagnostic des tumeurs et s’approprier le traitement,
  • Les techniques pour fédérer ses forces et celles de son entourage.

Redevenir acteur de sa vie en cherchant des solutions aux difficultés rencontrées, est une clé pour mieux vivre la maladie et ses conséquences sur tous les aspects de sa vie. Mon guide numérique est disponible en téléchargement immédiat sur ce site.

Les traitements de la tumeur phyllode

Il existe plusieurs types de traitements pour combattre la tumeur phyllode  :

  • la chirurgie est le traitement le plus classique pour les tumeurs bénignes phyllodes ou malignes,
  • la radiothérapie externe en cas de tumeurs malignes,

Ces thérapies contre la tumeur phyllode sont déterminées en fonction de la nature de la tumeur, de sa localisation, ses caractéristiques (son grade, son stade), de l’état général du patient.

C’est une commission pluridisciplinaire (RCP) qui va établir le programme de soins du patient. Elle regroupe des spécialistes de domaines complémentaires : des oncologues, des radiologues, des radiothérapeutes, des chirurgiens, des pharmaciens hospitaliers. C’est cette commission pluridisciplinaire qui va proposer le traitement au patient.

Les patients suivant un traitement contre le cancer sont des sujets à risque concernant la thrombose veineuse, et sa complication majeure : l’embolie pulmonaire. Si vous êtes concernée, parlez à votre médecin de vos possibilités pour réduire ce risque (prise d’anticoagulants type héparine, port de bas de contention, etc.).

Licence photo de cet article sur les tumeurs phyllodes : © Artem Furman – Fotolia.com

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × 3 =


Inscrivez-vous à ma newsletter !

Inscrivez-vous à ma newsletter !

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines les trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest