Qu’est-ce que cancer du poumon ?

poumon-cancer

Cancer et tumeurs du poumon

 

Le cancer du poumon, appelé également cancer bronchique, est un des cancers les plus répandus. Plus de 80 % des cancers des poumons sont liés au tabac (consommation active ou passive). L’enjeu de la lutte contre le tabac pour les services publics et les populations est donc considérable pour la santé publique. Tous les ans, 40 000 nouveaux cas de cancer du poumon apparaissent en France. C’est le quatrième cancer le plus fréquent.

L’être humain a deux poumons situés de chaque côté du cœur. Chaque poumon est constitué de plusieurs lobes. On parle de cancer primitif quand le poumon est le premier organe touché par le cancer. En revanche, si le cancer prend naissance dans une autre partie du corps puis se développe sur un poumon, il s’agira d’une métastase pulmonaire.

Cher lecteur, vous qui lisez ces lignes, prenez les informations qui suivent pour en discuter avec vos médecins. J’ai construit ce site et écrit mon livre Mieux vivre le cancer : La bible pour :

  • d’une part transmettre des informations qui me semblent essentielles et faciliter la vie des patients ainsi que le dialogue avec les soignants,
  • d’autre part, pour répertorier toutes les aides et ressources dont peuvent se saisir les personnes malades et leurs proches.

N’hésitez pas à laisser un commentaire en fin d’article.

 

Les causes du cancer du poumon

Les causes du cancer sont mal déterminées aujourd’hui. Les professionnels parlent de causes « multifactorielles ». Ainsi, pour le cancer du poumon, les causes sont :

  • Le tabac,
  • L’amiante,
  • Les substances radioactives,
  • Le radon (gaz),
  • Le chrome,
  • Le cobalt,
  • Le nickel,
  • Le cannabis,
  • Eaux consommées polluées,
  • Pollution de l’air extérieur,
  • Fumées dues à la combustion intérieure de bois ou de charbon,
  • ….

Beaucoup de contact avec ces substances cancérogènes ont lieu dans le cadre du travail.

 

Cancer du poumon et non-fumeur / fumeur

Le tabac est la première cause du cancer bronchique, ce qui en fait un cancer « évitable ». Ce qui n’empêche pas des personnes d’être malades d’un cancer du poumon sans n’avoir jamais fumé de toute leur vie. Cependant, fumer augmente par dix les risques d’être malade d’un cancer des poumons.

 

Age et cancer du poumon

Près des 2/3 des cancers des poumons sont diagnostiqués chez des personnes de plus de 50 ans. L’âge moyen de diagnostic est de 65 ans.

Cependant, le cancer des poumons peut toucher des individus jeunes, de moins de 40 ans même si cela reste rare.

 

Symptômes des tumeurs malignes pulmonaires

Pour tous les cancers, c’est le même paradoxe et la même difficulté : malgré la gravité de la maladie, les signes et symptômes sont le plus souvent totalement anodins.

Concernant les cancers du poumon, les symptômes qui peuvent alerter sont :

  • Une toux persistante,
  • Une respiration plus difficile, sifflante,
  • Une grande fatigue,
  • Un essoufflement inhabituel,
  • Des douleurs thoraciques,
  • Des infections pulmonaires à répétition,
  • Des crachats de sang,
  • Une perte de poids inexpliquée,
  • Une modification de la voix.

Avoir un de ces symptômes n’est pas synonyme de maladie cancéreuse. Mais face à un ou plusieurs de ces signes, mieux vaut avoir un échange avec son médecin pour éliminer les doutes.

Face à ces symptômes, le médecin demandera des examens complémentaire pour éclairer son diagnostic.

Toux et cancer du poumon

Avoir une toux ne signifie pas forcément la présence d’un cancer. En revanche, une toux persistante doit inciter à voir un médecin. Ce dernier, en fonction de son examen clinique et des informations recueillies pourra demander des explorations pour en déterminer la cause.

 

Quels examens pour le cancer du poumon ?

Le plus souvent, en cas de doute, le médecin demandera d’abord une prise de sang et une radiographie du thorax. Des examens complémentaires peuvent être demandés : scanner, endoscopie (pour faire une biopsie), une fibroscopie, une médiastinoscopie, une scintigraphie osseuse et autres.

 

Types de cancer du poumon et stade des tumeurs bronchiques

Il existe deux grandes catégories du cancer bronchique :

  • les cancers bronchiques à « petites cellules » (CPPC) qui représentent 20 % des cancers pulmonaires,
  • et les cancers bronchiques « non à petites cellules » (CPNPC) qui représentent 80 % des cancers du poumon.

En fonction du l’identification du cancer du poumon, un traitement spécifique sera déterminé pour anéantir la totalité des cellules cancéreuses ou de ralentir l’évolution de la tumeur.

Face au cancer du poumon et aux traitements le livre numérique Mieux vivre le cancer : La Bible  peut vous aider

Le livre Mieux vivre le cancer : La Bible permet d’avoir toutes les informations et conseils indispensables pour faire face au cancer et à ses traitements.

Sous forme de fiches pratiques, faciles à lire, il donne toutes les ressources aux personnes malades et à leur entourage pour :

  • s’approprier les traitements contre le cancer,
  • faire face aux effets secondaires,
  • fédérer ses forces et être mieux armé face au cancer et ses traitements.

Ce sont plus de 500 pages de conseils pour mieux vivre les conséquences du cancer et des traitements.

Mon guide est devenu, au fil des ans, un ouvrage de référence pour toutes les personnes touchées par le cancer : malades, proches et aidants.

Il est disponible au format livre papier sur  Amazon   

 

 

 

Et en téléchargement immédiat pour le format numérique :

 

 

Quel stade du cancer du poumon ?

Les examens qui permettent de diagnostiquer un cancer des poumons vont définir l’agressivité de la tumeur (son grade) et son stade. Il y a 4 stades du cancer.

Un cancer du poumon de stade 1 désigne un tumeur localisée et de petite taille. Une tumeur bronchique de stade 2 est de taille plus importante comme dans l’illustration suivante :

cancer_poumon_tumeur_photo

Illustration d’un cancer des poumons stade 2

Le stade 3 signifie que les cellules cancéreuses ont colonisé les tissus voisins comme une atteinte des ganglions. S’il y a des métastases, le cancer est de stade 4. Ce stade indique que le cancer du poumon se généralise. Dans le schéma suivant, on voit bien comment les cellules cancéreuses du poumon peuvent migrer vers un autre organe, ici le foie.

metastase_foie_poumon_photo

Développement du cancer du poumon: stade 4, métastase au foie

 

Cancer du poumon, survie et pourcentage de guérison

A mon sens, en tant que patiente, même s’il est important de bien connaître son dossier médical, il est aussi salvateur de se détacher des pronostics. Chaque situation médicale est personnelle et les parcours ne sont pas superposables entre les patients. Autrement dit, un cancer du poumon avancé peut aussi être très réceptif aux traitements et se soigner. Si ce n’est pas le cas, peut-être que la personne malade pourrait se rapprocher d’un centre de référence de lutte contre le cancer pour connaître les nouveaux traitements mis en oeuvre, voire se renseigner sur les essais thérapeutiques en cours du cancer des poumons.

 

Qui décide du traitement du cancer des poumons ?

C’est lors d’une réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP) que sont discutées les modalités thérapeutiques pour combattre les tumeurs malignes des poumons. Cette instance réunit plusieurs spécialistes comme :

  • Des oncologues,
  • Des radiologues,
  • Des radiothérapeutes,
  • Des pharmaciens hospitaliers
  • Et même, parfois, des informaticiens, spécialité de plus en plus impliquée dans le décodage de l’ADN des cellules cancéreuses.

C’est en se fondant sur plusieurs éléments (résultats des examens, agressivité de la tumeur, son étendu, âge du patient, …) qu’un protocole de soin va être présenté à la personne malade.

Il est toujours possible pour la personne atteinte d’une pathologie cancéreuse des poumons de demander un second avis, dans un centre de référence de lutte contre le cancer notamment. Il faut cependant faire attention à ne pas différer le début du traitement. Dans le cas d’une tumeur agressive, commencer le traitement le plus tôt possible peut être très important. Le patient aura toujours la possibilité de demander un second avis en cours de thérapie. Si vous souhaitez le faire, vous pouvez vous appuyer sur les fiches de mon livre.

 

Quelles sont les thérapies contre le cancer bronchique ?

Les traitements pour lutter contre les cancers des poumons sont pluriels. L’équipe soignante peut les proposer seuls ou de manière combinée.

Classiquement, il y a :

  • La chirurgie,
  • La chimiothérapie,
  • La radiothérapie,
  • Et une nouvelle arme thérapeutique : les thérapies ciblées.

Pour plus de détails sur ces traitements, vous pouvez consulter l’article : Les traitements du cancer des poumons.

Les traitements contre le cancer des poumons ont considérablement évolué depuis ces dernières années. Et, en France, les personnes malades ont la chance :

  • d’avoir accès à ces thérapies sans difficulté,
  • de pouvoir être suivies par des médecins et infirmiers compétents, et cela quel que soit leur niveau socio-économique.

Même si à l’hôpital, rien n’est parfait, il faut reconnaître que c’est beaucoup mieux que ce qui existe dans le reste du monde. La France est un cas à part à ce niveau-là.

Espérons que ça le soit en encore longtemps.

Pour autant, à titre individuel, le combat contre les pathologies cancéreuses bronchiques induit des effets secondaires importants. Sachez que même si les solutions miracles n’existent pas, il y a tout de même des moyens pour les alléger. Je les détaille précisément dans mon livre.

 

 

Crédits photo  sur l’article « cancer du poumon cause symptome  » : © Maksim Samasiuk – Fotolia.com et sur le cancer poumon stade 4 : © designua – Fotolia.com, cancer poumons stade 2 : © RFBSIP – Fotolia.com

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − dix =