Sommaire de l’article sur les varices périnéales et pelviennes :

 

varices-pelviennes

Les varices du périnée et du pelvis

Les varices sont une déformation des veines liées à une stagnation du sang et à un mauvais retour veineux. Elles peuvent apparaître partout et sont très fréquentes sur les jambes.

On parle de varices pelviennes et périnéales quand les varices sont localisées au niveau :

  • Pour les femmes, de la vulve. Pour les hommes, ces varices sont situées sur les testicules. C’est la varicocèle,
  • du périnée. Le périnée est un muscle allongé qui soutient les organes digestifs et génitaux entre l’anus et la vulve. Chez les femmes, ce muscle est fortement mis à mal lors d’un accouchement,
  • de la zone inguinale (« bas ventre »).

Les varices pelviennes et périnéales sont souvent associées aux troubles de la circulation des membres inférieurs.

 

Quels sont les symptômes des varices périnéales, pelviennes et varicocèle ?

Les varices pelviennes passent souvent inaperçues.

Classiquement, les personnes, femmes ou hommes, qui en souffrent évoquent :

  • des tensions ou pesanteurs dans la région du bassin,
  • une position debout prolongée pénible,
  • des douleurs dans les seins,
  • parfois des maux de tête,
  • des rapports sexuels douloureux,
  • une constipation,
  • des hémorroïdes.

Pour les femmes, ces symptômes peuvent être amplifiés juste avant et pendant les règles.

 

Quels sont les examens pour les varices pelviennes et périnéales ?

Tout d’abord, un échange entre le médecin traitant ou spécialiste de l’insuffisance veineuse et la patiente est indispensable pour orienter un diagnostic. Celui-ci devra établir les antécédents personnels et familiaux de troubles veineux ou autres (chirurgie pelvienne, cancer, …), le nombre de grossesses, les médicaments pris (certaines pilules sont contre-indiquées en cas de mauvaise circulation), etc.

L’examen clinique est nécessaire pour vérifier la présence de varices pelviennes. Ensuite, un écho-doppler couleur abdominal et un écho-doppler couleur plexus intra-utérin sont fréquemment prescrits. Une échographie est également souvent demandée.

Ces examens pourront détecter la présence de varices pelviennes, mais aussi du syndrome de congestion pelvienne.

Parfois, en fonction des résultats obtenus, des examens complémentaires sont demandés :

  • un échodoppler. C’est un examen indolore et non-invasif. Grâce aux ultrasons, l’échodoppler va déterminer la présence de varices.

Voici en vidéo le déroulement d’un écho-doppler :

  • une angiographie,
  • IRM abdominale complète. Le déroulement d’une IRM abdominale se fait en respectant un protocole bien précis comme cela est expliqué dans cette vidéo du CHU de Rennes :

Comme vous le verrez dans la vidéo suivante, le déroulement de l’IRM pelvienne se fait selon les mêmes modalités. Les contre-indications sont globalement les mêmes :

La France a un déficit d’équipement en IRM. Ainsi, les délais d’obtention d’un rendez-vous pour cet examen sont parfois très longs.

 

  • un angioscanner ou coroscanner, comme cela est expliqué dans la vidéo suivante du Centre Cardiaque de Bruxelles :

 

Les causes des veines malades au niveau du pelvis ?

Les varices pelviennes peuvent être provoquées par un reflux lié à un mauvais retour veineux ou à une compression empêchant un bon retour veineux. Sur cette cause, les examens pourront établir les causes exactes de la compression et ainsi établir un traitement approprié.

 

Les traitements des varices pelviennes et périnéales

Les varices pelviennes et périnéales, passant souvent inaperçues, ne sont pas traitées. D’ailleurs, elles ne sont pas forcément pathologiques.

En cas de gêne mineure, les remèdes qui agissent contre les hémorroïdes, peuvent être repris et adaptés pour lutter contre les varices pelviennes.

En cas de gêne majeure, des traitements plus « lourds » pourront être proposés par vos médecins :

  • sclérothérapie,
  • chirurgie plus ou moins invasive.

Voici une méthode explicative sur le traitement des varices pelviennes par embolisation en vidéo (faite par le CHU de Limoges) :

 

Deux remèdes de grand-mère pour lutter contre les varices pelviennes

Les remèdes de grand-mères ne peuvent pas être considérés comme de la médecine. Aucune étude ne vient confirmer leurs bienfaits, mais les croyances populaires fortes tendent à leur donner une certaine légitimité.

Pour traiter les varices pelviennes, vous pouvez essayer :

  • les cataplasmes d’argile,
  • le port d’un marron d’Inde près de la zone concernée…

 

Selon certaines, il paraît que ça marche… personnellement, je ne saurai confirmer ou infirmer ces hypothèses.

Par ailleurs, les veinotoniques naturels et à base de plantes peuvent aussi apporter du soulagement pour traiter les varices.

 

Dans tous les cas, il me parait assez raisonnable de suivre périodiquement, l’évolution des varices pelviennes et périnéales par un médecin.

 

Crédits photo : © SENTELLO – Fotolia.com