Tumeur carcinoïde : Une tumeur neuro-endocrine particulière

tumeur-carcinoide

Tumeurs carcinoïdes

 

La tumeur carcinoïde fait partie de la catégorie des tumeurs neuro-endocrines. Ce type de tumeurs peut apparaître à plusieurs endroits du corps et notamment au niveau du système digestif et des poumons. Elles surviennent parfois au niveau du pancréas ou des ovaires.

Suite à la demande d’un de mes lecteurs, j’ai rédigé cet article, sorte de « fiche-patient » sur la tumeur carcinoïde. Comme je ne suis pas médecin, mais je considère qu’avoir les bonnes informations est une clé essentielle pour pouvoir construire un dialogue avec son équipe soignante, je ne peux que vous engager à reprendre (si vous le souhaitez) les informations suivantes pour en discuter avec votre médecin et avoir, ainsi, des informations médicales les plus adaptées à votre situation.

 

Causes d’une tumeur carcinoïde et symptômes

Aujourd’hui, les causes de tumeurs carcinoïdes ne sont pas identifiées.

Au niveau des symptômes, les tumeurs carcinoïdes n’ont pas de manifestations très « parlantes », comme beaucoup de cancers. Il peut s’agir :

  • De douleurs en bas du ventre faisant penser à une crise de l’appendice,
  • De constipation,
  • De nausées et vomissements,
  • D’une légère fièvre,
  • Parfois d’une occlusion intestinale.

Fréquemment, les personnes adultes souffrant d’une tumeur carcinoïde souffrent également du syndrome carcinoïde qui se manifeste par :

  • Des bouffées de chaleur,
  • Un visage et le cou rouges,
  • Des douleurs abdominales,
  • Des diarrhées,
  • Une respiration difficile ou sifflante,
  • Une accélération du pouls.

 

Le syndrome carcinoïde est une conséquence de la production d’hormones de la tumeur.

 

Comment se fait le diagnostic de la tumeur carcinoïde ? Quel est le dépistage ?

Le dépistage de la tumeur carcinoïde se fait de différentes manières souvent complémentaires.

Après un examen clinique (palpation pour chercher une masse) et un échange pour être informé des symptômes, un médecin pourra demander des examens pour confirmer ou infirmer le diagnostic de tumeur carcinoïde :

  • Analyses de sang complètes avec dosage des hormones,
  • Analyses d’urine,
  • Scanner (tomodensitométrie),
  • Radiographie avec opacification de l’intestin grêle,
  • Échographie,
  • Parfois I.R.M.,

En fonction des résultats obtenus, une biopsie pourra être effectuée. La biopsie permet de prélever des tissus pour les étudier au microscope, déterminer leur nature (cancéreuse ou pas) et identifier précisément la nature de la tumeur. Elle est indispensable au diagnostic et va être une donnée importante dans le choix des traitement.

 

Les traitements de la tumeur carcinoïde

Il existe plusieurs types de traitements pour combattre la tumeur carcinoïde  :

  • la chirurgie est le traitement le plus classique,
  • une chimiothérapie peut venir compléter le traitement par chirurgie,

Ces thérapies contre la tumeur carcinoïde sont déterminées en fonction de la nature de la tumeur, de sa localisation, ses caractéristiques (son grade, son stade), de l’état général du patient.

Tous les traitements ont des effets secondaires et il existe des solutions efficaces pour les diminuer. Vous les retrouverez toutes dans mon livre Mieux vivre le cancer : La bible. Avec un taux de satisfaction de 96 %, c’est la ressource indispensable pour être mieux armé face aux cancers.

C’est une commission pluridisciplinaire (RCP) qui va établir le programme de soins du patient. Elle regroupe des spécialistes de domaines complémentaires : des oncologues, des radiologues, des radiothérapeutes, des chirurgiens, des pharmaciens hospitaliers. C’est cette commission pluridisciplinaire qui va proposer le traitement au patient.

Les patients suivant un traitement contre le cancer sont des sujets à risque concernant la thrombose veineuse, et sa complication majeure : l’embolie pulmonaire. Si vous êtes concernée, parlez à votre médecin de vos possibilités pour réduire ce risque (prise d’anticoagulants type héparine, port de bas de contention, etc.).

 

Licence photo de cet article sur les tumeurs carcinoides : © Artem Furman – Fotolia.com

3 Commentaires

  1. Stephane

    Bonjoue Laetitia
    J,ai retourné voir mon médecin de famille ,il ma prescrit du citalopram en se disant que j,était trop stressée et angoissé j,ai essayé son test et le tout a rempiré encore plus de diharée. Par la suite un paquet d,effet secondaire on apparue.j,ai regardé encore sur un site apoprié pour me renseigner. La ça me donnais 8/9 simptôme de serotinergie .même des plaques rouge m,apparaissait sur le corp.j,ai tout arrêter immediatement.plus de pillule et depuit quelque jour ça va mieux .ce (irsm) me donnait la diharée . LaSerotonine dans ce medicament et moi ne font pas bon ménage!j,avait un tumeur carcinoïde qui montait mon taux de serotonine.le temp repare parfoit certain probleme j,espere!!

  2. Stephane C

    J’ai les symtôme après colectomie côté droit et on ne me traite pas on m,ignore et me dit que je lit trop. Sentiment de jalousie au niveau de leur competence???? Je ne sait plus quoi dire et faire ? Mais je ne peu pas avoir la diharée chronique 3 a5 fois par jour comme ça! Reponse aprécié.4

    • Laetitia LORNIAC

      Bonjour,

      Si vous avez des symptômes persistants, il me semble que vous ne perdriez pas grand chose à demander un autre avis en décrivant ce que vous ressentez, constatez, depuis combien de temps et en reprenant les examens que vous avez déjà faits.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept + dix =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Une newsletter faite pour vous !
Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer .

Bravo ! Votre inscription est prise en compte