Erlotinib : un médicament des thérapies ciblées contre le cancer

erlotinib

Le point sur l’erlotinib

 

L’erlotinib est aussi vendu sous le nom de Tarceva ©. Ce médicament contre le cancer se présente sous forme de comprimés. En fonction des traitements, il peut avoir des formes et des dosages différents. Les cancers qui peuvent être combattus par l’erlotinib sont certaines tumeurs gynécologiques, des cancers des poumons ou des tumeurs de la tête et du cou.

Ce médicament est pris à jeun, le matin, tous les jours à la même heure,  une heure avant le repas ou deux heures après. Il doit être conservé dans son emballage, dans un endroit sec, frais et hors de portée des enfants.

Voici les  informations essentielles sur l’erlotinib. Rappelez-vous que je ne suis pas médecin mais une simple bloggeuse passée (malheureusement) par la case cancer. Ainsi, cet article (comme tous ce que vous pourrez lire sur internet) ne peut se substituer à l’avis de votre oncologue. Servez-vous en comme d’une base de dialogue.

Par ailleurs, si vous avez un conseil, un témoignage à apporter dans votre traitement avec le Tarceva © ou une information à donner, n’hésitez pas à laisser un message à la fin de cet article.

 

Avant le début des traitements par Tarceva ©, ce que vous devez faire

Les traitements contre le cancer sont des thérapies puissantes. Avant le début de la prise des médicaments, il est prudent de demander à votre médecin :

  • La liste des contrôles médicaux que vous devez faire, notamment des bilans dentaires,
  • Les avantages / risques d’un tel traitement,
  • Compte-tenu de votre pathologie existe-t-il des alternatives?
  • Devez-vous vous attendre à des dépassements d’honoraires? Si oui, demandez un devis,
  • Tous les soins se dérouleront-ils au même endroit? En cas de cancer, il n’est pas rare de devoir aller dans 2 ou 3 endroits différents pour recevoir les différents soins,
  • En cas d’urgence, qui appeler ? Où aller ?
  • Il est souvent dit que la consommation de pamplemousses, d’oranges de Séville et autres agrumes sont totalement déconseillées avec ce type de traitement. Demandez une information claire sur ce sujet à votre médecin, et profitez-en pour lui demander si vous devez intégrer d’autres restrictions alimentaires (alcool notamment).

De la même façon, il est important de communiquer à votre oncologue :

  • Tous vos antécédents médicaux et notamment si vous avez déjà eu des cancers, un AVC, une crise cardiaque, des problèmes aux reins, au foie, aux yeux, des allergies, des thromboses veineuses,
  • Si vous avez des traitements en cours ou des habitudes en termes d’automédication (médicament accessible sans ordonnance, compléments alimentaires, plantes médicinales),
  • Si vous attendez un enfant, si vous allaitez ou si vous avez un désir d’enfant après les traitements contre le cancer.

Les effets secondaires de l’erlotinib

Tous les médicaments ont des effets secondaires, ceux contre les pathologies cancéreuses sont souvent redoutés.

A mon sens, mieux vaut être bien informé pour être mieux armé… en tout cas, vous pourrez anticiper « au mieux » les effets indésirables possibles des traitements par Tarceva ® ou autres. N’hésitez pas à demander des précisions sur « ce à quoi vous devez vous attendre » à votre oncologue ou solliciter un échange avec l’infirmière-cadre pour que l’on vous expose les effets secondaires connus et vos possibilités pour les atténuer.

Il n’y a pas de remèdes miracles pour les annuler, mais si vous pouvez les alléger, ce sera toujours bon à prendre. En complément de ce que vous diront vos soignants, vous trouverez dans mon livre numérique plus de 400 pages d’astuces pour vous accompagner concrètement dans cette épreuve.

Voici les effets secondaires les plus connus de l’erlotinib :

  • Sécheresse cutanée, éruptions, démangeaisons : durant tout le traitement, fuyez le soleil. Essayez de vous hydrater avec une cold-cream (Avène, La Roche Posay, Vichy, …), du Dexeryl ou du Cérat de Galien (attention si vous avez de la radiothérapie, il peut y avoir des contre-indications),
  • Des troubles du transit avec de la diarrhée (mangez du riz, des carottes, des bananes…) ou des périodes de constipation (vive les pruneaux, les kiwis le matin, … pensez à avoir une position ergonomique aux toilettes),
  • N’avoir plus envie de manger, un effacement du goût, des nausées, des vomissements : le risque de dénutrition est réel pendant les traitements contre le cancer. Evitez les aliments trop lourds ou avec une odeur prononcée. Même si c’est très difficile parfois, essayez de penser à des aliments que vous aimez particulièrement, qui vous rappellent des moments heureux (les pêches au sirop de votre grand-mère). Personnellement, pour me redonner de l’appétit, je regardais les émissions culinaires type « un dîner presque parfait ». Vous pouvez aussi demander un accompagnement par un médecin nutritionniste ; certains hôpitaux en proposent,
  • Des lésions de la bouche, des aphtes, des mucites : quand cela survient, ça n’arrange pas la situation pour se nourrir correctement. Pour éviter des lésions de la bouche, essayez d’avoir une hygiène buccale impeccable : brossage des dents très doux + bains de bouche avec la solution prescrite par votre médecin (ne surtout pas utiliser les bains de bouche du commerce),
  • Une modification des ongles,
  • Des problèmes oculaires,

Dans ces effets secondaires, il peut y avoir des nuances dans le ressenti allant du simple « inconfort » à l’urgence médicale. C’est pour cela qu’il est important d’échanger avec votre médecin pour savoir quels sont vos points d’alerte. Si vous pouvez être accompagné lors des échanges avec votre médecin, c’est mieux. A deux, on ne retient pas les mêmes choses.

En parallèle, certains effets indésirables de l’erlotinib doivent immédiatement vous alerter pour obtenir un avis médical : un jaunissement des yeux, des modifications de la couleur de vos urines, un gonflement de vos jambes, une toux, des difficultés respiratoires, des crachements de sang, du sang dans les urines, dans les vomissements (ou la présence de points noirs), une douleur violente et intense dans le ventre ou ailleurs, des problèmes pour uriner.

Il peut y en avoir d’autres. N’hésitez pas à avoir un avis médical en cas de doute.

 

Crédits photo : © Argus – Fotolia.com

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six + quatre =


Inscrivez-vous à ma newsletter !

Inscrivez-vous à ma newsletter !

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines les trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest