Combien de temps porter un PAC médical (une chambre implantable pour la chimiothérapie) ?

Les traitements contre le cancer peuvent prendre différentes formes. En cas de chimiothérapie par intraveineuse, une chambre implantable est posée souvent avant la première cure.

Le bénéfice principal du PAC/ chambre implantable est d’épargner les veines superficielles de la toxicité de la chimiothérapie. En effet, un boitier placé sous la peau  (la chambre implantable) est relié à un gros vaisseau, comme la veine cave. Le débit important de ce vaisseau permet de disperser dans le corps les médicaments de chimiothérapie.

Les piqûres dans la chambre implantable peuvent être faites fréquemment. En sachant que le patient doit surveiller l’aspect de la peau au niveau de la chambre implantable. Pour éviter les douleurs liées aux piqûres de la chambre, il faut bien mettre le patch ou crème anesthésiante. La pose de cette crème se fait une heure et demie avant la piqure.

temps-pac-chimio

Combien de temps doit-on porter le PAC de la chimiothérapie ?

Doit-on porter le pack durant toute la durée des traitements contre le cancer ?

Les traitements contre le cancer regroupent plusieurs thérapies complémentaires.

Ainsi, le PAC n’est pas utile pour les chimiothérapies par voie orale, pour l’hormonothérapie, pour la radiothérapie.

En revanche, il est souvent indispensable pour toutes les chimiothérapies par intraveineuse.

Ainsi, durant les traitements contre le cancer, la pose du PAC / CIP, autrement dit, de la chambre implantable se fait avant la première injection de chimiothérapie. C’est en tout cas le schéma classique.

Ce schéma n’est pas toujours appliqué. À titre d’exemple, dans la mesure où j’avais une tumeur très agressive, ma première de chimiothérapie s’est faite dans les veines du bras. Le PAC a été posé après, et a été utilisé sur toute la durée du protocole de chimiothérapie.

 

Une fois cela fait, le délai entre l’installation du PAC et la première chimiothérapie est variable et peut-être assez rapide. En effet, il n’est pas nécessaire d’attendre la cicatrisation de la plaie par laquelle la chambre implantable a été introduite sur l’épaule. L’important, c’est que le boitier soit connecté correctement au gros vaisseau (souvent la veine cave) qui va recevoir les médicaments de chimiothérapie.

 

Le pac va donc rester en place durant toute la durée de la chimiothérapie par intraveineuse et un peu après.

À titre indicatif, voici la présentation de l’intérêt de la chambre implantable dans les chimiothérapies par intraveineuse par l’Institut de Cancérologie de Montpellier :

 

Cancer : Quand faut-il changer le pac (CIP, chambre implantable) ?

En théorie, la chambre implantable / pac se garde durant toute la durée des traitements de la chimiothérapie par intraveineuse.

Et un peu après.

Personnellement, comme la pose du PAC a été relativement désagréable, voire douloureuse, je n’étais pas pressée de le faire retirer.  Ce qui n’était pas très malin, car un thrombus ou une infection sont toujours possibles avec un pac même si cela reste très rare.

 

En plein traitement, il est parfois impératif de changer le PAC. Cela peut-être le cas dans différentes situations comme une extravasation de la chimiothérapie (fuite des médicaments), en cas de fêlure du boitier de la chambre implantable ou du cathéter (tuyau), infections. Les complications de la chambre implantable sont rares, mais elles arrivent.

Cela relève souvent de toute la rigueur des soins infirmiers qui permet de réduire les risques. Par exemple, les rinçages après les injections de médicaments de chimiothérapie sont essentiels.

 

En cas de changement du PAC nécessaire, le nouveau PAC est posé sur l’autre épaule, selon les mêmes modalités que la première pose.

 

Quand retirer le PAC (chambre implantable) ?

C’est le chirurgien et l’oncologue qui vont décider du retrait de la chambre implantable.

Comme je le détaille dans mon livre Mieux vivre le cancer : La Bible, disponible sur Amazon et dans toutes les bonnes librairies, le retrait du PAC se fait quelques mois après la fin des traitements.

Le retrait du PAC se fait de manière plus légère que sa pose. L’ablation de la chambre implantable est une chirurgie du cancer (même si l’intervention ne se fait sur le cancer lui-même).

 

Selon moi, ce n’est pas une partie de plaisir, mais ce n’est pas non plus une épreuve terrible.

Le médecin fait une anesthésie locale avant de le retirer par chirurgie. Une crème anesthésiante à la lidocaïne est parfois prescrite pour anesthésier la peau.

 

Avec ces précautions, le retrait du PAC se fait très bien généralement.

 

Cela étant, aux médecins qui disent que les patients peuvent aller au travail après le retrait de la chambre implantable… c’est ce qu’a dit le mien… je réponds pour y être passé :

Concernant l’ablation du PAC, il ne faut tout de même pas exagérer.

Pour le patient, ce n’est pas un acte totalement anodin ni absolument indolore. L’ablation de la chambre implantable est un acte très chargé en émotions. Reprendre sa vie « normale », juste après avoir enlevé le PAC est tout de même assez ambitieux, même cela dépend bien sûr du vécu de chacun.

À mon sens, il faut prendre le temps de se recentrer sur soi après l’ablation.

 

Crédits photo de l’article sur la durée et le retrait du PAC chimio: pixabay. com/fr/users/Free-Photos-242387/ – fotolia – / OpenClipart-Vectors-30363/

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici des trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.