Ces esprits dérangés du cancer…

 

faux_cancer_mensonge

La blogueuse qui s’invente un cancer pour la gloire

Cette histoire aurait pu être un conte de fées… Sauf que les contes de fées n’existent pas sur notre planète. Voici une histoire qui en dit long sur l’emballement médiatique et le pouvoir qu’ont certains esprits dérangés…

Belle Gibson, la bien-nommée, est belle, blonde. Elle a 23 ans. Elle est l’heureuse maman d’un petit garçon et vit en Australie. Elle va, pendant deux ans, expliquer sur son blog comment elle a vaincu un cancer du cerveau en phase terminale, loin de la médecine traditionnelle.

Internet, l’art du mensonge et le cancer

Son blog est un succès. La jeune femme fait tous les plateaux de télévision, elle écrit un livre de recettes diffusé en Australie, aux États-Unis et en Angleterre puisque l’alimentation l’a sauvée. Elle commercialise même une application Apple The whole pantry qui aura un succès faramineux.

Elle promet de reverser 300 000 dollars issus de ses droits d’auteur à des associations de lutte contre le cancer et c’est là que la belle machine va se mettre à dérayer.

Sortir du discours des promesses de guérisons miraculeuses du cancer et regarder les faits

Ces 300 000 dollars, aucune association ne les verra jamais.

L’élément étonnant est que si Belle Gibson avait reversé cette somme, le délire collectif aurait continué peut-être longtemps.

Dans tous les cas, à partir de là, des questions sur le cancer qu’elle aurait soi-disant vaincu, commencent à être plus précises sans jamais trouver de réponse. Jusqu’à ce jour où l’étau de la se resserre et Belle Gibson publie un article dans Women’s Weekly intitulé Ma longue vérité. La demoiselle y explique que ce cancer et cette guérison par des méthodes alternatives ont été inventés, que rien n’est vrai et qu’elle est simplement « humaine ». Il faut la comprendre, elle a eu une enfance malheureuse. La pauvre.

Mensonge et cancer : Belle Gibson, un cas de divagation sur les guérisons naturelles qui n’est pas du tout isolé

Ce « cas » où se mélangent internet, blog, cancer et guérison n’est pas forcément isolé. D’autres situations et délires similaires peuvent être croisés ici ou là.

Il y a quelques années, je participais régulièrement à un forum de « bons plans ». Une des abonnées de longue date, Mademoiselle L, a posté un jour un message du type :

« Putain, j’ai un cancer. Mon grain de beauté est un mélanome ».

Et là, le forum qui était très léger et bon enfant initialement, s’enflamme. Tous les participants essaient d’aider Mademoiselle L. Et cette dernière raconte en long, en large en travers sa maladie, les traitements, les méchants médecins, son coma, son réveil, la crise avec son mari, la tristesse de son fils, etc.

Sauf qu’au fil de son récit plusieurs participantes relèvent des incohérences. Pour finalement, s’apercevoir que ses dires étaient totalement faux. C’était un funeste canular.

Ce type de situations fallacieuses, tout le monde peut y être confronté.

Les affirmations criminelles de guérisons miraculeuses

Dire que l’on peut guérir du cancer par des méthodes alternatives, si cela conduit à influencer des personnes malades en les écartant des thérapies classiques, c’est criminel.

Aujourd’hui, aucune étude ne peut affirmer qu’un cancer peut se combattre exclusivement par des méthodes alternatives, en buvant des jus de fruits bio, en marchant dans le désert et autres.

Anne Ancelin, psychothérapeute, dit souvent dans son livre Vouloir guérir :

Il faut prendre ce que la médecine a à offrir de meilleur.

Et elle a raison, même si les traitements peuvent être, parfois, très difficiles à vivre. En France, les personnes malades en général et ceux souffrant d’un cancer en particulier ont la chance d’avoir accès aux traitements sans trop de difficultés. Cette forme de solidarité nationale est un véritable trésor, il ne faut pas hésiter à le dire.

Anne Ancelin rajoute également qu’en parallèle, si les personnes malades le souhaitent, elles peuvent se rapprocher de méthodes complémentaires pour alléger la pénibilité des traitements. Et en tant qu’ancienne patiente, je me dis simplement :

Pourquoi pas, si cela ne porte pas préjudice à l’efficacité des traitements.

Certains hôpitaux, comme la Salpêtrière, ont même intégré à leur service d’oncologie certaines médecines dites douces qui aident, manifestement, à suivre les chimiothérapies et les autres traitements contre le cancer.

Quels enseignements tirés de ces mensonges sur guérison du cancer ?

La première des choses, c’est de garder un esprit très critique sur toutes les affirmations que l’on entend ici ou là sur « les moyens de guérir le cancer » et les récits des malades.

Il ne s’agit pas de dire que tout le monde ment, mais de toujours conserver une certaine distance.

Face au cancer, l’individu qui est malade est fragilisé. Il est plongé dans un contexte difficile et peut être plus réceptif aux affirmations délirantes entendues par des personnes malveillantes ou dérangées.

Ainsi, la meilleure des parades en cas de doute est de s’adresser aux plus grands connaisseurs pour lutter contre le cancer : les médecins.

 

La seconde des choses pour se protéger de ces affirmations criminelles de promesses de guérisons miraculeuses est de ne pas rester isolé. Maintenir le lien avec ses proches, sa famille, ses amis, participer à des groupes de paroles peuvent véritablement aider à ne pas se laisser influencer par des mensonges diffusés sur le net et ailleurs.

 

Crédits photo de l’article « mensonge et cancer » : © BillionPhotos.com

1 Commentaire

  1. Eliane

    Excellent ton article, je suis entièrement d’accord avec toi. Je cherche depuis non pas le début de mon cancer, mais depuis ma récidive des solutions. Je cherche à rencontrer des personnes qui ont véritablement guéri du cancer. Mais je n’en trouve pas. Moi aussi, je rêve de croire qu’une solution miracle existe parce que la médecine conventionnelle ne guérit pas les personnes atteintes d’un cancer métastasé. Je suis dans le palliatif. J’étais été une excellente élève : double mastectomie, chimiothérapie à en pleurer, à en souffrir, à en garder des effets secondaires, radiothérapie avec là aussi souffrance à la clé, et maintenant hormonothérapie. Pour l’instant, je n’ai pas avancé d’un iota, j’ai plutôt reculé. Alors j’ai changé mon alimentation, je bois des jus, j’ai une activité physique. Et j’attends tous les 3 mois les résultats de mon scanner de contrôle. Oui heureusement qu »en France, on est relativement bien soutenu. Cordialement,

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 − un =


Une newsletter faite pour vous !

Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

Bravo ! Votre inscription est prise en compte