Qu’est-ce que l’érysipèle ? Et comment réagir ?

Parmi les affections de la peau, l’érysipèle est relativement méconnu et peut prendre des formes différentes.

Pour des raisons que nous allons voir dans la suite de cet article, l’érysipèle (ou érésipèle) doit toujours être pris en charge médicalement, voire, dans certains cas, dans une structure hospitalière.

Toute inflammation de la peau doit être suivie médicalement. En cas de diagnostic d’un érysipèle, le suivi médical devra se poursuivre jusqu’à la disparition totale des symptômes.

La plupart du temps, l’érysipèle est provoqué par une bactérie de la famille des streptocoques.

Concrètement, les facteurs qui augmentent les risques d’avoir un érysipèle sont l’obésité, le fait d’avoir des varices et des problèmes de circulation veineuse, d’avoir un système immunitaire affaibli et de souffrir d’un lymphœdème chronique.

erysipele-presentation

Qu’est-ce que l’érysipèle ?

Sommaire de l’article : Qu’est-ce que l’érysipèle et quels sont ses traitements ?

L’érysipèle, c’est quoi ? Les symptômes

Quelle est l’évolution de l’érysipèle ?

Est-ce que l’érysipèle est contagieux ?

L’érysipèle est-il mortel ?

Comment traiter un érysipèle ?

 

 

Comment se manifeste l’érysipèle ? Point sur les symptômes sur la peau

L’érysipèle est caractérisé par une inflammation soudaine de la peau qui devient rouge, voire granuleuse. La peau est chaude.

Une fièvre est présente chez les malades, mais ce n’est pas systématique.

La plupart du temps, l’érysipèle apparaît sur les jambes et le visage. Dans certains cas, plus rares, l’érysipèle peut être présent sur les bras.

En cas d’érysipèle et de lymphœdème du bras (gros bras), il faudra avoir un avis médical spécifique sur les traitements pris pour contenir le lymphœdème du bras (comme le manchon de contention).

L’érysipèle survient généralement chez des sujets de plus de 60 ans.

 

Voici les explications du docteur Kierzek pour répondre à la question : qu’est-ce que l’érysipèle ?

 

Toutes les inflammations de la peau et rougeurs ne sont pas synonymes d’érysipèle. Ce constat clinique peut également avoir une cause très différente comme une phlébite (caillot sanguin qui empêche la bonne circulation du sang)

 

Comment suivre l’évolution d’un érysipèle ?

L’érysipèle se caractérise par une infection de la peau, qui va provoquer des rougeurs, des douleurs et des inflammations.

Ainsi, pour suivre l’évolution de l’érysipèle, il y a une astuce très simple. Elle consiste à entourer au stylo ou au feutre les contours de la zone touchée et noter la date. Cette précaution très simple permettra de vérifier rapidement si les traitements de l’érysipèle mis en place sont efficaces ou pas.

Par ailleurs, en cas de lymphœdème chronique, il est vraiment essentiel de traiter et prévenir toutes les petites plaies, mycoses, irritations. L’érysipèle fait partie des complications de la peau classique du lymphœdème.

 

L’érysipèle est-il contagieux ?

L’érysipèle est contagieux pour l’entourage du patient, mais aussi pour le patient lui-même puisque le risque de récidive existe.

C’est pourquoi, il est très important d’évoquer avec votre équipe médicale, les moyens de prévention de la contamination de l’érysipèle pour l’entourage du malade.

À titre d’exemple, vous aurez plusieurs moyens de prévention de l’érysipèle à mettre en œuvre. Les axes de prévention sont donnés dans les vidéos de cet article.

En effet, il est tout-à-fait fondamental de connaître les moyens de réduire les risques de récidive de l’érysipèle.

 

Pourquoi l’érysipèle est-il mortel parfois ?

S’il n’est pas soigné efficacement, la bactérie responsable de l’érysipèle se propage sans entrave. Elle prolifère dans l’organisme. Cette prolifération de la bactérie peut se généraliser pour dégénérer en septicémie pouvant provoquer la mort.

 

C’est pourquoi il est très important de suivre l’évolution de l’érysipèle. Si les traitements sont inefficaces, il faut avoir une prise en charge hospitalière.

 

Quel est le traitement pour soigner un érysipèle ?

Le traitement de l’érysipèle le plus classique repose sur l’utilisation de la pénicilline comme l’amoxicilline. Il a pour objectif de réduire les risques de mortalité et de morbidité liés à la bactérie responsable de l’infection. Le traitement contre l’érysipèle se prend par voie orale et dure 10 jours. Des études (qui doivent être confirmées) tendent à prouver qu’un traitement de 5 jours serait aussi efficace.

Il faut, de toute façon, se conformer à l’avis donné par son médecin.

 

En cas d’hospitalisation, les antibiotiques sont (parfois) donnés en intraveineuse.

 

Les examens pour un érysipèle

Pour vérifier l’état de propagation de la bactérie responsable de l’érysipèle, une prise de sang pourra être demandée avec un dosage de la CRP et la recherche d’un syndrome inflammatoire.

Pour information, si vous souhaitez réduire les douleurs de la prise de sang, il existe quelques astuces à connaître.

 

Érysipèle : que faire en cas d’allergie à la pénicilline ?

En cas d’allergie à la pénicilline, des traitements avec de la spiramycine pourront être proposés par l’équipe soignante.

 

Pourquoi les traitements de l’érysipèle n’agissent pas ? sont sans effet ?

Si ces traitements antibiotiques avec de la pénicilline ou de la spiramycine sont sans effets rapides, il faut revoir avec l’équipe soignante qui vous suit.

Peut-être que l’érysipèle est provoqué par une bactérie devenue résistante à la pénicilline. C’est notamment le cas quand l’érysipèle est provoqué par un staphylocoque doré.

Sur le staphylocoque doré, voici les explications du Pr Didier Pittet, médecin-chef du service Prévention et contrôle de l’infection aux Hôpitaux universitaires de Genève :

 

Il est donc fondamental pour le malade d’être suivi de manière étroite par une équipe médicale durant toute la durée du traitement de l’érysipèle.

 

Dans tous les cas, en cas d’absence d’amélioration après 3 jours de traitement, il faut demander à être hospitalisé.

 

Érysipèle : Comment faire en cas de bactérie résistante ?

Le combat contre les bactéries est un des grands enjeux de la médecine d’aujourd’hui et de demain, comme l’a affirmé l’Organisation mondiale de la Santé, il y a quelques années.

 

La découverte de nouveaux traitements est fondamentale pour lutter contre les bactéries devenues résistantes.

Voici les pistes pour lutter contre les bactéries résistantes :

 

Comme je le détaille dans mon livre Mieux vivre le cancer : La Bible, il y a également la phagothérapie. Cette forme de traitement consiste à utiliser des virus « mangeurs de bactérie ». Elle est surtout utilisée dans les pays de l’ancien bloc de l’Est et notamment en Géorgie, à l’Institut George Eliava.

 

Crédits photo de l’article de présentation : qu’est-ce que l’érysipèle ? : Pixabay

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici des trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.