depistage_cancer_sein

Cancer du sein et dépistage

En 2012, le dépistage systématique du cancer du sein a fait débat. Dépistage systématique cela veut dire que toutes les femmes de plus de 40 ans étaient invitées à faire une mammographie dans le but de détecter un cancer précoce. En toute logique la détection des cancers précoces permet de réduire le nombre de cancers avancés.

Or une étude (« Effect of three decades of screening mammography on breast-cancer incidence« , publiée dans The New England Journal of Medecine, 22/11/12) menée le Docteur Gilbert WELCH, aux États Unis, a établi que malgré la détection de cancer du sein précoce, le nombre de cancers du sein à un stade avancé n’avait pas diminué. Le résultat du dépistage systématique étant, en conséquence, insatisfaisant voire inefficace. Le bénéfice de la baisse de la mortalité liée au cancer du sein étant attribué à l’amélioration des traitements.

Tout cela est très bien, mais pour le patient, ce n’est pas très clair.

D’une part, a priori cette étude raisonne « toute chose égale par ailleurs », autrement dit « à nombre de cancers constants », or rien ne permet de dire que depuis 30 ans le nombre de personnes atteintes d’un cancer n’a pas fortement augmenté. Dans cette hypothèse, il n’est donc pas illogique d’avoir un nombre de cancers précoces important, sans diminution du nombre de cancers à un stade avancé.

D’autre part, il n’est pas fait mention de l’évolution potentielle des cancers. Tous les cancers détectés à un stade précoce évoluent-ils forcément ? Peut-il y avoir des stagnations de l’évolution qui remettraient en question le dépistage systématique ?

Les éléments fournis dans la presse française sont donc trop partiels pour que les patients puissent véritablement se faire leur opinion. C’est bien dommage, vu les enjeux.