Cancer et chimiothérapie : l’aide des médecines douces contre les effets secondaires

cancer_medecine_alternative

Cancer et médecines douces

Face au cancer, les médecines parallèles sont souvent évoquées comme une aide complémentaire pour supporter les traitements. De nombreux hôpitaux ont intégré des consultations de médecines douces aux services d’oncologie. Cela permet aux patients de bénéficier des apports des autres disciplines médicales ou para-médicales. Les applications de ces formes de soins différentes sont très étendues. Dans mon livre Mieux vivre le cancer : la bible, je consacre une grande partie à ce sujet important pour les patients avec les fiches-pratiques suivantes :

  • Fiche 141. Les médecines douces contre les effets secondaires des traitements contre le cancer, page 392
  • Fiche 142. La médecine chinoise, page 395
  • Fiche 143. L’acuponcture, page 396
  • Fiche 144. Le yoga, page 398
  • Fiche 145. L’auriculothérapie, page 400
  • Fiche 146. L’homéopathie, page 404
  • Fiche 147. La phytothérapie et les fleurs de Bach, page 406
  • Fiche 148. L’ostéopathie, page 408
  • Fiche 149. Les huiles essentielles et l’aromathérapie, page 409
  • Fiche 150. L’hypnose médicale, une aide durant les traitements contre le cancer ?, page 412
  • Fiche 151. La méditation en pleine conscience, page 414
  • Fiche 152. Un livre à lire : Pas besoin d’être Tibétain pour méditer du Docteur BAROIS, page 416
  • Fiche 153. La musicothérapie, page 418
  • Fiche 154. Les guérisseurs, page 420

Je vous propose la première en accès gratuit ci-après. La voici :

Extrait « médecine douce et cancer »

Pour atténuer les effets secondaires ou simplement mieux vivre le traitement, certains patients souhaitent avoir un accompagnement provenant des médecines douces.

Ces méthodes ne sont pas toujours prises en charge par l’Assurance maladie ou les complémentaires santé.

Les médecines douces en complément de l’allopathie dans les traitements du cancer : un sujet encore largement tabou

Les méthodes sont multiples et plus ou moins répandues :

  • acupuncture,
  • homéopathie,
  • massage,
  • auriculothérapie,
  • et beaucoup d’autres.

 

Ce n’est pas un sujet tabou. Échanger à ce propos avec le corps médical pourra vous permettre d’avoir des conseils, mais surtout avoir une information précise sur les contre-indications éventuelles dont il faut tenir compte.

D’ailleurs, se tourner vers les médecines complémentaires pour mieux supporter les traitements contre le cancer est loin d’être une attitude marginale car 60 % des malades y ont recours[1]. En revanche, 30% des patients interrogés n’ont pas averti leur équipe soignante de cet accompagnement en parallèle aux traitements classiques. Or, pour sécuriser le parcours de soins, il est fortement recommandé d’en parler à son médecin.

Cependant, les médecins ou infirmières réagissent avec beaucoup de méfiance voire par un rejet franc face à ces médecines complémentaires. Céline LIS le décrit très bien dans son livre témoignage L’impatiente.

Cette attitude n’aide pas du tout les personnes malades, voire les met en danger. D’une part, si une personne cherche à avoir des informations, elle les trouvera par tous les moyens. D’autre part, quand la médecine classique est limitée pour soulager certains troubles, il est dommage de ne pas essayer d’autres techniques avec des professionnels responsables.

Il est important d’accompagner ces demandes, tout simplement, en donnant des informations claires et les limites à connaître. C’est aussi cela prendre en charge la maladie et la personne malade.

Pour lutter contre le cancer : l’intégration de la pratique des médecines complémentaires aux traitements conventionnels

Aux États-Unis, l’hôpital de DUKE (Caroline du Nord) a créé un centre de médecine intégrative. Dans ce centre, la chimiothérapie et autres traitements contre le cancer, sont couplés avec des accompagnements comme des séances d’hypnose, de yoga, de l’acuponcture, de l’art-thérapie.

Malheureusement en France, si certains hôpitaux proposent des soins de supports aux malades, la démarche est loin d’être homogène et complète. De plus, l’information n’est pas toujours transmise aux patients car 34 % des patients connaissent l’existence de soins de support, alors que 80 % des établissements en proposent (même si l’offre est très variable d’un hôpital à l’autre)[2].

Ou avoir accès aux médecines douces ?

Pour savoir si votre établissement de soins propose des soins de support, vous pouvez :

  • Lire attentivement le livret d’accueil qui vous sera remis,
  • Visitez son site internet,
  • Interroger les soignants de votre équipe (oncologue, radiothérapeute, infirmière-cadre, infirmière).

A l’extérieur, il existe certains centres spécialisés dans ces disciplines :

  • L’hôpitalSaint Jacques[3] à Paris 15e (37 rue Volontaires 01 53 58 40 80).
  • Le centre HAHNEMANN[4] propose des consultations aux tarifs Sécurité Sociale.
  • Quelques centres de santé (municipaux, mutualistes,) peuvent proposer des consultations.

Pour aller plus loin

Dans le même esprit, Sciences et Avenir daté de février 2007 a dressé une liste des hôpitaux proposant des consultations de médecines douces, notamment dans la prévention et la lutte contre la douleur.

Le site de la Fondation AVEC[5] contient également beaucoup d’information sur ce sujet

Vous pouvez également vous rapprocher de l’Association francophone des soins oncologiques de support et de la Société homéopathique internationale de soins de support en oncologie.

[1] 2010, enquête de l’Association d’enseignement et de recherche interne en oncologie

[2] Baromètre Afsos, 2014

[3] http://www.hopital-stjacques.com/

[4] http://hahnemann.pagesperso-orange.fr/

[5] http://www.fondation-avec.org/

 

Vous voulez aller plus loin sur le sujet des médecines naturelles et du cancer ?

C’est un sujet important pour beaucoup de patients. Ce qui est dommage, c’est que les ressources que propose l’hôpital sont parfois inconnues ou découvertes par hasard. Dans mon livre,  je détaille les applications qu’en ont les hôpitaux pour chacune de ces médecines alternatives, ou plus exactement, complémentaires aux traitements du cancer « classiques ».

Mieux vivre le cancer : la bible est disponible en téléchargement immédiat sur ce site ou en format « papier » sur Amazon. 9 lecteurs sur 10 se disent très satisfaits ou satisfaits de mon guide pratique dont je veux faire un ouvrage de référence pour les malades du cancer et leurs proches.

crédit photo : (c) photo-libre.fr

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze + 12 =


Une newsletter faite pour vous !

Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

Bravo ! Votre inscription est prise en compte