Cancer du rein : que faut-il savoir sur ces tumeurs ?

cancer_rein

les tumeurs rein

 

Le rein est un organe vital ayant la forme d’un haricot d’à peu près 12 centimètres de hauteur. Au-dessus de chaque rein se trouve une grande surrénale. Chaque personne a deux reins même s’il est possible de bien vivre avec un seul comme le fait 5% de la population. Les reins sont situés de façon symétrique au niveau des dernières côtes, proche du dos. Ils font partie du système urinaire et sont reliés à la vessie par deux canaux : les uretères. Leur fonction principale est de filtrer le sang pour le débarrasser de ses toxines qui seront évacuées dans les urines. Le rein est composé :

  • De son enveloppe externe la capsule,
  • Du parenchyme rénal qui filtre le sang et produit l’urine, il contient les néphrons,
  • Des calices et du bassinet qui collectent l’urine avant d’être évacuée par les uretères.

Ici seront traités les cancers du rein dits « primitifs » donc qui prennent naissance dans cet organe.

Tous les ans, plus de 11 000 nouveaux cas de cancer du rein sont diagnostiqué en France selon l’Invs. L’âge moyen du diagnostic est de 65 ans.

Avant de poursuivre cet article sur le cancer du rein, voici une vidéo sur le rôle des reins dans notre organisme. Ce dessin animé est très didactique et me semble plus efficace qu’un long discours :

 

Quels sont les différents cancers du rein et les causes ?

Le cancer du rein le plus fréquent (80 % des cas) est le adénocarcinome ou carcinome à cellules claires qui naît à partir d’une cellule du parenchyme rénal.

La tumeur de Grawitz est une des anciennes appellations du carcinome à cellules claires, tout comme l’hypernéphrome.

Il peut également y avoir des formes plus rares comme les :

Avoir une tumeur rénale ne veut pas forcément dire avoir un cancer. Parmi les tumeurs bénignes du rein, il y a notamment l’adénome rénal, angiomyolipomes, le kyste simple du rein, l’oncocytome.

C’est le prélèvement fait par la biopsie et sa lecture des tissus qui vont permettre d’identifier la tumeur et d’adapter le traitement en fonction de celle-ci.

 

Les causes du cancer du rein et les facteurs de risque des tumeurs malignes rénales

Les principales causes du cancer du rein qui ont été identifiées sont :

  • Le tabagisme,
  • L’obésité,
  • Et un traitement par dialyse depuis plus de trois ans,
  • Un facteur génétique (antécédents familiaux dans environ 2 % des cas de cancer du rein) avec notamment la maladie de Von Hippel Lindau / gène VHL,
  • Une pression artérielle élevée,
  • Possible exposition aux produits toxiques.

Ces causes augmentent les risques d’avoir un cancer du rein mais ne provoquent pas systématiquement l’apparition d’une tumeur.

En complément, voici les points clés à retenir sur le cancer du rein selon l‘Institut National du Cancer (INCa).

 

Le dépistage des tumeurs : signes et symptômes du cancer du rein

Le cancer se développe souvent de façon silencieuse, sans signe précis. Les troubles ressentis sont généralement perçus comme anodins. C’est toute la difficulté du diagnostic précoce.

Parmi les symptômes du cancer du rein, il peut y avoir :

  • Une fatigue inexpliquée,
  • Du sang dans les urines (il n’est pas toujours visible à l’œil nu),
  • Une perte de poids sans cause apparente,
  • De la fièvre,
  • Une douleur en haut de l’abdomen,

Seul un médecin peut diagnostiquer un cancer. C’est sur la base des informations données par son patient et par un examen clinique (celui-ci est difficile dans ce type de cancer) qu’il va demander des examens complémentaires qui vont permettre d’établir un diagnostic. Il est fondamental, en cas de doute, que la personne concernée liste l’ensemble des « troubles » constatés même ceux qui semblent totalement anecdotiques.

 

Diagnostic du cancer du rein et stades

Les examens qui permettent de diagnostiquer un cancer du rein sont :

  • Des analyses sanguines et d’urines,
  • Une échographie et/ou une I.R.M.
  • Scanner thoracique,
  • Une biopsie (prélèvement de tissus),
  • Scintigraphie osseuse,

Sur la base des résultats obtenus, une réunion de concertation pluridisciplinaire décidera du traitement à proposer à la personne malade. Elle est composée de différents spécialistes : oncologue, radiothérapeute, chirurgien, pharmacien, … Chaque traitement des tumeurs du rein est particulier, seule l’équipe médicale a la légitimité pour l’établir.

 

Stade du cancer des reins

Lors du diagnostic du cancer, l’agressivité de la tumeur est définie : c’est son grade. Le stade correspond aux étapes de développement de la tumeur. Il y en a 4.

Le stade 1 du cancer du rein veut dire que la tumeur est petite est bien localisée. Le stade 2 désigne une tumeur de taille plus importante comme dans la photo suivante :

stade_2_cancer_rein

Stade du cancer du rein

Le stade 3 signifie que les cellules cancéreuses ont envahi les tissus voisins. Le stade 4 correspond à la présence de métastase(s).

A mon sens, en tant que patient, même s’il faut connaître l’avancée de la maladie, il faut garder à distance tout ce qui relève des pronostics de survie. Evidemment, apprendre que l’on a un cancer n’est pas une bonne nouvelle. Cependant, il faut garder en mémoire que chaque parcours de soin est individuel. Votre parcours, ne sera pas celui de votre voisin. Autrement dit, de manière générale un cancer du rein de stade 4 est de moins bon pronostic qu’une tumeur de stade 1. Cela étant, un cancer de stade 4 peut très bien se soigner si la réponse aux traitements est bonne.

Par ailleurs, en cas d’échec thérapeutique, peut-être qu’un rapprochement avec les centres de référence de lutte contre le cancer pour connaître les essais cliniques en cours sur le cancer du rein, peut être bénéfique.

 

Que faire face à une tumeur maligne du rein ?

L’annonce d’un cancer est toujours un bouleversement pour soi et son entourage. La personne devient un malade et est plongé dans un univers qui lui est bien souvent étranger. Un fort sentiment de solitude apparaît. Pour faire face au diagnostic et affronter les effets secondaires des traitements contre le cancer des ressources existent. Mieux vivre le cancer : La Bible a été écrit pour permettre à chaque malade de s’approprier la maladie et les traitements. Mon livre vous propose :

1.           Les ressources pour affronter le diagnostic du cancer,

2.           Les solutions pour faire face aux effets secondaires,

3.          La personne malade, son entourage et ses médecins : une équipe pour combattre le cancer.

Mon livre est un ouvrage de référence. 9 lecteurs sur 10 se disent satisfaits ou très satisfait de Mieux vivre le cancer : La Bible  .

 



 

 

 

Crédits photo de l’article sur le cancer du rein : © Sebastian Kaulitzki – Fotolia.com et sur les stades : © Sebastian Kaulitzki – Fotolia.com

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici trois autres articles de trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :

1 Commentaire

  1. ferdj

    Bonjour j ai passer un uroscaner sans puis avec ijection pour hematurie microscopique es se qu une tumeur au reins aurrais était detecter ?

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Une newsletter faite pour vous !
Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer .

Bravo ! Votre inscription est prise en compte