Quelle alimentation quand on a un cancer ?

« Ton alimentation sera ta première médecine »

Disait Hippocrate.

Delà à penser que le régime, les fruits et les légumes sont des médicaments naturels pour la santé… il n’y a qu’un pas. Que je ne franchirai pas.

En matière de maladies cancéreuses et de nutrition, il y a souvent deux façons d’aborder ce sujet.

aliment-cancer

D’abord, en prévention, consommer une alimentation anti-cancer, c’est se donner les moyens de mettre de la prévention contre le cancer dans son assiette.

Puis, pour les malades du cancer, il s’agit de savoir comment les aliments peuvent aider lors des traitements contre les tumeurs malignes.

Je vais régulièrement sur les réseaux sociaux pour animer le groupe Facebook de chimio-pratique.com et vais aussi, sur quelques groupes. Dans ces derniers, il y a régulièrement des personnes qui demandent des avis sur ces deux thématiques : l’alimentation contre le cancer et les aliments qui aident lors d’une chimiothérapie et autres soins médicaux.

Force est de constater que, souvent, des réponses sont balancées sans aucune précaution sur leur effet potentiel sur la santé. Ainsi, il m’apparaît important de faire un point sur ce duo : cancer et alimentation.

Alimentation et prévention du cancer

La survenue du cancer dans le corps est aujourd’hui présentée comme multifactorielle. Autrement dit, pour la plupart des tumeurs, aucune cause unique n’a été parfaitement identifiée. Ainsi, la cause du cancer reste très floue. Ce que l’on sait, en revanche, comme l’affirme l’OMS sur son site, c’est que :

Le nombre de nouveaux cas de cancers devrait augmenter de 70% environ au cours des deux prochaines décennies

Bien évidemment, c’est énorme. Face à situation catastrophique en termes de santé publique, beaucoup se penchent sur les moyens de limiter le risque de cancers par l’alimentation.

La nutrition contre le cancer : les aliments à éviter et l’alimentation conseillée

ail-anticancer

Alimentation anticancer

David Servan-Schreiber, les docteurs Belliveau et Gingras ont tous trois écrit plusieurs livres sur les moyens de prévenir (ou de mieux lutter) contre les cellules cancéreuses par l’alimentation. Bien-sûr, je conseille la lecture de leurs livres, que j’ai toujours trouvée intéressante.
Ces livres ont l’avantage de compiler de nombreuses études et des avancées de la recherche médicale sur le sujet de la nutrition et le régime alimentaire qui agissent contre les cancers.

En résumé, il faudrait privilégier au moment des repas :

  • Les aliments non-transformés : au-revoir nourriture industrielle qui pue, a mauvais goût et est tout sauf saine. En revanche, sont bienvenus, les légumes, les fruits (qui ont l’avantage de ne demander que peu de cuisine),
  • Une limitation des viandes et charcuterie : notre organisme n’est pas conçu pour assimiler autant de viande. La viande rouge est particulièrement considérée comme étant mauvaise car pro-inflammatoire, même si elle est riche en protéines. Schématiquement, selon les études présentées dans ces livres, l’apparition des cancers est favorisée par l’inflammation. La consommation de viande rouge est donc à limiter,
  • Certains aliments anti-cancer semblent meilleurs que d’autres : les légumes comme les choux, ail, oignons, échalotes, les légumineuses, ou les fruits rouges, les baies sont très bons pour notre santé… Voici un extrait gratuit de mon livre qui reprend en fait le synthèse Aliments anti-cancer : la liste

Cancer : l’alimentation bio est-elle conseillée pour notre corps ?

cancer-prevention-repas

Cancer et aliments bio

A priori, il est assez difficile d’obtenir un avis catégorique sur cette question. Les experts se chamaillent entre-eux, alors, je vais explorer ici d’autres chemins, notamment celui du bon sens.

Les pesticides et autres produits « protecteurs des plantes » ont pour fonction de tuer des petites bêtes. Ce sont donc des poisons pour ces minuscules animaux. A toutes petites doses, peut-être, mais poisons quand même. Il serait fort surprenant que ces poisons, multipliés par le nombre de traitements, multipliés par le nombre de produits alimentaires que nous mangeons, multipliés par le nombre de repas soient totalement… mais alors… totalement de chez totalement… inoffensifs pour le gros mammifère qu’est l’Homme.

Comme je m’intéresse au sujet, j’ai eu l’occasion de voir deux très bons documentaires / émissions sur ce sujet (je vous les recommande fortement) :

  • Nos enfants nous accuseront de Jean-Paul JAUD,
  • Et le Cash Investigation du 2 février 2016 sur France 2 nommé Produits chimiques : nos enfants en danger. L’excellente équipe d’Élise Lucet a, encore une fois, fait un travail formidable.

Avant de poursuivre cet article, je vous propose de visionner cette émission ici :

Ainsi, pour préserver sa santé (et accessoirement celle de la Planète) se tourner vers l’alimentation biologique ne peut qu’avoir une certaine cohérence… après chacun fait comme il veut.

Quant au coût de cette même nourriture au label AB, il est vrai de dire que cela ne coûte pas plus cher de manger bio à condition :

cancer_aliment_a_eviter

Cancer : l’alimentation conseillée et les aliments interdits… un vaste débat

  • De se remettre aux fourneaux (adieu plats « tout préparés »),
  • De planifier ses repas pour éviter de mettre ces beaux produits alimentaires, qui ont à moitié moisi dans le réfrigérateur, directement à la poubelle,
  • De privilégier le vrac en en profitant pour utiliser des sacs réutilisables comme ceux de la marque Ah table ! ou d’autres (là aussi ce petit détail aidera à préserver l’environnement, en limitant les emballages… et tendre vers une politique du 0 déchet chère à Béa Johnson… je dis ça, je ne dis rien…).

Traitement du cancer et alimentation, quelle aide pour les patients ?

Quand une personne doit faire face à une maladie telle que le cancer, elle cherche des solutions. C’est tout-à-fait normal. Et cette même personne ne doit pas oublier le fait qu’elle traverse une épreuve particulière où le besoin d’un avis médical n’est jamais bien loin.

Les recommandations ou l’avis d’un médecin est indispensable pour adapter ses repas, certains aliments sont interdits dans des protocoles.

Lors de la chimiothérapie notamment, des aliments anodins peuvent être médicalement déconseillés. C’est le cas, parfois, de fruits comme les agrumes et le jus de pamplemousse ou de l’épice « curcuma ».

Ainsi, mieux vaut demander clairement à son médecin si compte tenu de votre traitement contre le cancer et de votre dossier médical, certains aliments sont à proscrire. Il faut éviter de jouer les apprentis sorciers en ces circonstances et toujours interroger votre médecin sur ce que vous voulez mettre en place.

Les aliments qui luttent contre les effets secondaires de la chimiothérapie

Les effets indésirables de la chimio et des traitements contre le cancer sont nombreux. Tous les malades ne les ressentent pas et leur intensité est également variable. D’ailleurs, en cas de problématiques particulières liées aux cancers de l’estomac, du foie, du côlon, de l’intestin, il faut redoubler de vigilance.
Voici un condensé des astuces qui peuvent vous aider à les atténuer (si vous avez l’accord de votre médecin) :

  • Les nausées et la chimio: Les eaux fortement chargées en bicarbonate peuvent vous aider : St Yorre, Vichy Célestin, etc… ces eaux semblent aussi aider à prévenir l’apparition des aphtes. Attention il semble que cela soit contre-indiqué pour les personnes ayant de l’hypertension. Adapter son régime alimentaire permet aussi de trouver des solutions  contre le dégoût des fruits, légumes et autres plats préparés même faits « maison »,
  • La constipation effet provoqué par des médicaments contre le cancer: essayez de manger un kiwi tous les matins, des pruneaux, bien mâcher des graines de lin (riches en oméga 3 qui ont des propriétés laxatives tout comme les graines de courge).
    En cas de constipation, il est bien utile d’adopter la bonne position aux cabinets de toilette (pieds sur un marche-pied, genoux écartés, buste en avant).
    Intégrer la consommation de l’eau d’Hépar à son régime est également utile,
  • Les diarrhées : mangez du riz, des carottes et tous les fruits et légumes riches en fibres.
    Demandez à votre médecin si vous pouvez recourir au charbon végétal, c’est un complément nutritionnel (attention, il peut y avoir des contre-indications). Pensez à boire beaucoup,
  • L’aplasie : attention, période à risque pour les infections ! Pensez à tout nettoyer (ou demandez à un proche / un emploi d’aide à la personne de le faire) et à avoir une hygiène personnelle et alimentaire impeccable,
    Demandez à votre médecin ce qu’il pense de la consommation de l’huile de foie de morue, connue pour son effet positif sur les défenses immunitaires de l’organisme.

Il y a beaucoup d’astuces et pistes à explorer. Je les développe dans mon livre Mieux vivre le cancer : La Bible. Cette partie est la plus appréciée de mes lecteurs.

Le cas des aliments miracles pour combattre le cancer

Sur les réseaux sociaux, il y a régulièrement des personnes qui assurent que des fruits anti-cancer existent comme le corossol ou le citron. Il peut y avoir beaucoup d’autres affirmations qui désignent des aliments miracles contre le cancer. Alors attention, deux précautions s’imposent :

  1. Sur internet (et parfois dans la vie) : vous ne connaissez pas les personnes qui affirment de telles choses. Elles ne sont pas médecins, vous ne connaissez pas leurs histoires et leurs motivations (les affirmations tournent souvent autour du citron-anticancer),
  2. Les produits miracles – même alimentaires – n’existent pas.
    C’est triste, mais c’est comme cela. Si un produit est actif, il peut avoir des effets positifs ET négatifs. C’est pour cela que les bons médecins sont toujours prudents lors de l’introduction d’une nouvelle molécule pour combattre une maladie.
    Aujourd’hui, malheureusement, il n’y a pas de fruits ou légumes  miracles pour combattre les cellules cancéreuses. La bonne nouvelle, c’est qu’il y a des traitements qui ont des effets secondaires, sont parfois très difficiles à vivre et à suivre mais qui ont sauvé des vies. Il faut espérer – et surtout mettre les moyens – pour que de nouvelles thérapies plus efficaces, plus légers soient trouvées rapidement et accessibles à tous.

Le jeûne, une autre manière de voir son alimentation face au cancer

Personnellement, quand j’étais en traitement, je n’ai pas jeûné. D’ailleurs, j’ai eu la chance de n’avoir quasiment pas de nausées (sauf face aux plats horribles de l’hôpital) et durant mes hospitalisations je rêvais de riz au fromage et d’une bonne côte de bœuf… Maintenant, je tente de devenir végétarienne. Bref. Il me semble que mon cas est assez atypique car nombre de patients souffrent de nausées terribles.

J’entends régulièrement parler du jeûne pour mieux supporter la chimio. J’en ai discuté un jour avec mon oncologue, qui m’a simplement (et très gentiment répondu) :

Lors des traitements contre le cancer, certains patients disent effectivement avoir été soulagés par un jeûne court, mais le risque majeur et réel d’une telle pratique est celui de la dénutrition

Moi, je ne suis qu’une simple patiente, alors, si le jeûne vous intéresse renseignez-vous bien avant de vous lancer. Vous pouvez d’ailleurs lire le développement que je consacre à cette pratique dans mon livre Mieux vivre le cancer : la bible.  Si vous voulez jeûner, faîtes vous suivre spécifiquement sur ce point par votre équipe soignante, cela limitera les risques.
Car des risques, il y en a : dénutrition, problème cardiaque.
Le jeûne n’est pas un « régime » alimentaire qui est sans effet pour la santé du patient. Il faut donc être prudent dans nos tentatives (parfois hasardeuses) pour trouver des solutions et améliorer notre vie.

Pour conclure sur cet article et les liens entre alimentation / cancer, je n’ai qu’une chose à dire :

Prenez soin de vous !

Crédits photo de l’article sur le cancer et les aliments à éviter et l’alimentation conseillée : © marilyn barbone – Fotolia.com

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici des trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :

3 Commentaires

  1. Lelorrain

    La théorie du régime cetogene est également une piste. Je l ai pratiqué lors de mon traitement avec soit des changements d habitudes alimentaires mais sans trop de contraintes. Il reste à mesurer l efficacité de ce régime….mais en tout cas la théorie tient la route. Pour en savoir plus : « le régime cetogene contre le cancer » écrit par des chercheurs allemands il me semble.
    Bon courage à ceux et celles qui sont en traitement.

  2. JC

    De très bonnes propositions pour éviter un cancer et pour lutter contre cette maladie!

    • Laetitia LORNIAC

      Merci 🙂

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.