Tumeur stromale : Une forme rare de cancer digestif

tumeur-stromale

Les tumeurs stromales (digst)

 

La tumeur stromale  prend naissance dans les cellules du système digestif et plus précisément dans les cellules interstitielles de Cajal, également connues sous l’acronyme CIC. Ces dernières sont notamment responsables de la motricité digestive.

Les tumeurs stromales peuvent se former dans l’estomac (plus de 50 % des cas), dans l’intestin grêle (25 % des cas), mais aussi dans le rectum, le gros intestin et dans l’œsophage.

Avoir une tumeur stromale ne veut pas forcément dire « avoir un cancer ». Les tumeurs stromales peuvent être bénignes, autrement dit, toutes les tumeurs stromales n’ont pas la capacité de faire de métastases.

Les tumeurs stromales sont également appelées GIST

Causes d’une tumeur stromale et symptômes

L’apparition d’un cancer est difficilement traçable, elle est souvent considérée comme étant multifactorielle. Pour la tumeur stromale, aujourd’hui, aucun facteur de risque n’a été clairement identifié si ce n’est, pour quelques cas, une mutation génétique.

 

Quels sont les symptômes de la tumeur stromale ?

La plupart des cancers avancent de manière silencieuse, les signes annonciateurs apparaissent comme tout à fait anodins ce qui rend le dépistage précoce difficile. Pour la tumeur stromale, les symptômes les plus classiques sont :

  • Présence d’une masse ferme et décelable lors d’un examen clinique (palpation),
  • Douleurs abdominales,
  • Sang dans les selles (selles noires notamment),
  • Difficulté à avaler,

Cependant, une tumeur stromale peut être découverte « par hasard » alors qu’aucun symptôme n’avait été ressenti.

 

Diagnostic de la tumeur stromale  et dépistage

Le dépistage de la tumeur stromale se fait de différentes manières souvent complémentaires.

Après un examen clinique (palpation pour chercher une masse), un échange très détaillé avec le médecin des « anomalies » constatées par le patient est nécessaire. C’est sur cette base, qu’un médecin pourra demander des examens pour confirmer ou infirmer le diagnostic de la tumeur stromale  :

  • Analyses sanguines,
  • Fibroscopie,
  • Coloscopie,
  • Échographie,
  • Parfois scanner ou tomodensitométrie thoracique, qui permet d’évaluer la propagation de la tumeur stromale aux ganglions et tissus voisins,
  • I.R.M.,

En fonction des résultats obtenus, une biopsie est souvent effectuée. La biopsie permet de prélever des tissus pour les étudier au microscope. Cette étude va déterminer la nature de la tumeur (cancéreuse ou pas) et identifier précisément son type. Elle est indispensable au diagnostic. Le prélèvement de tissus se fait souvent au moment des examens comme la fibroscopie ou la coloscopie.

 

Tumeur stromale et traitements

Le choix de l’hôpital est tout-à-fait crucial dans les traitements du cancer.

Où être soigné pour une tumeur stromale ?

En cas de tumeurs stromales et compte tenu de la rareté de cette pathologie cancéreuse, il est utile d’être suivi dans un centre de référence de lutte contre le cancer. Il en existe 20 en France.

Si vous n’êtes pas suivi dans un de ces centres, vous pouvez tout de même demander un second avis auprès d’un de leur spécialiste si vous le souhaitez.

Qui détermine les traitements contre une tumeur stromale ?

C’est une commission pluridisciplinaire (RCP) qui va établir le programme de soins du patient. Elle regroupe des spécialistes de domaines complémentaires : des oncologues, des radiologues, des radiothérapeutes, des chirurgiens, des pharmaciens hospitaliers.

 

Les traitements de la tumeur stromale

Il existe plusieurs types de traitements pour combattre la tumeur stromale   :

  • la chirurgie est le traitement le plus classique,
  • la radiothérapie externe et la chimiothérapie sont parfois utilisées, mais cela reste rare,
  • Les biochimiothérapies avec les médicaments comme le Sunitinib et le Glivec™

Ces thérapies contre la tumeur stromale sont déterminées en fonction de la nature de la tumeur, de sa localisation, ses caractéristiques (son grade, son stade) et de l’état général du patient.

Des essais cliniques et notamment des thérapies ciblées sont en cours d’élaboration pour combattre les tumeurs stromales malignes.

Se préparer aux effets secondaires des traitements contre les tumeurs stromales

Sachez que si les traitements contre le cancer ont des effets secondaires redoutés, il est possible de mettre en place des techniques pour les diminuer, tout en suivant scrupuleusement les indications de votre oncologue.

Les patients suivant un traitement contre le cancer sont des sujets à risque concernant la thrombose veineuse, et sa complication majeure : l’embolie pulmonaire. Si vous êtes concerné, parlez à votre médecin de vos possibilités pour réduire ce risque (prise d’anticoagulants type héparine, port de bas de contention, etc.).

 

Licence photo de cet article sur les tumeurs stromales : © ag visuell – Fotolia.com

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + dix-huit =


Une newsletter faite pour vous !

Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

Bravo ! Votre inscription est prise en compte