Comment soigner un cancer du rein avec la cryothérapie ?

Le cancer du rein touche plus de 10 000 personnes tous les ans en France, 1 500 en Belgique et 950 en Suisse. Les tumeurs malignes rénales représentent 3 % de tous les cancers. Le diagnostic se fait – en moyenne – après 65 ans.

Au niveau de sa fonction dans l’organisme, le rein fait partie du système urinaire.  C’est un organe vital. Le rein filtre et élimine les déchets de l’organisme, notamment l’urée, la créatinine et l’acide urique. Ces derniers sont évacués vers la vessie.

 

Dans les traitements du cancer du rein, plusieurs options sont possibles. À l’hôpital, c’est une instance spécifique appelée Réunion de concertation pluridisciplinaire (ou RCP) qui va choisir les « meilleures » thérapies possible pour soigner la tumeur rénale. Pour cela, les professionnels de santé de la RCP vont étudier tous les examens du patient.

À mon sens, si cela est possible, il ne faut pas hésiter à demander un second avis dans un CHU ou un centre de référence contre le cancer. Cela permet d’avoir un autre éclairage sur les traitements possibles. Comme vous le verrez à la fin de cet article avec la vidéo témoignage de Didier, demander un second avis peut être réellement bénéfique.

 

La cryothérapie s’installe en France depuis plus de 10 ans. Aux États-Unis, elle est pratiquée depuis le début des années 2000.

cryoablation-rein

La cryochirurgie du cancer du rein

La cryothérapie rénale à l’hôpital

Quand on doit suivre un traitement contre un cancer du rein (comme dans n’importe qu’elle maladie grave), il s’agit de sauver sa peau. C’est une expression légèrement triviale, mais réelle.

Ainsi, jeter un œil aux palmarès des hôpitaux qui sortent régulièrement dans la presse ne peut pas faire de mal. Les palmarès des magazines sont sujets à discussion, certes. Cependant, il donne tout de même une vision sur un classement des établissements de soins. C’est leur force. C’est aussi un outil pour le patient pour choisir son établissement de soins.

À titre d’exemple, dans  l’hebdomadaire Le Point en 2018, les trois premiers hôpitaux sur les cancers du rein sont le CHU de Bordeaux/ l’hôpital Pellegrin, l’hôpital Georges Pompidou à Paris et l’hôpital Foch à Suresnes.

Dans les critères retenus, il y a celui de l’activité thermoablative qui permet une ablation partielle du rein.

Sur les 30 hôpitaux du palmarès, l’hôpital Georges Pompidou est celui qui pratique le plus cette cryochirurgie. 125 patients en ont bénéficié sur les 168 patients suivis pour un cancer du rein dans cet hôpital. C’est une proportion considérable.

 

Thermoablation et cryochirurgie

La cryothérapie fait partie des thermothérapies. La cryothérapie utilise le froid. Sa technique inverse est la radiofréquence qui utilise la chaleur pour détruire les tumeurs. Ces deux procédés mini-invasifs sont utilisés dans les traitements du cancer du rein.

Ce traitement est une alternative à la chirurgie classique. En oncologie, on utilise le terme cryothérapie ou cryochirurgie ou encore cryoablation rénale.

Dans le cas des cancers, la chirurgie est souvent le premier traitement mis en œuvre. Concernant les petites tumeurs du rein, l’ablation partielle est devenue le traitement de référence. Il existe plusieurs techniques pour les retirer. La cryothérapie en fait partie.

Consultez cet article pour en savoir plus sur les tailles des tumeurs et les stades du cancer du rein.

 

Les critères de la cryothérapie du cancer du rein

À ce jour, la cryoablation du rein est possible pour un nombre restreint de patients. Cela dépend de plusieurs critères.

Il y a d’abord les personnes ayant un rein unique. Il est important de le préserver pour éviter la dialyse.

Ensuite, il y a les patients qui ont des antécédents médicaux importants  (problème de diabète,  cardiovasculaire …) ou un âge avancé. Pour ces personnes malades, l’ablation totale du rein peut entraîner des complications importantes.

Enfin, la cryothérapie s’adresse aux personnes malades ayant un cancer de taille modéré et bien localisé. La cryothérapie peut détruire des tumeurs qui font jusqu’à 6 centimètres.

 

Le coût de la cryochirurgie du rein

Quand on observe le taux d’utilisation de la cryochirurgie du rein, on peut constater des écarts flagrants entre les établissements de soin. Ces écarts peuvent s’expliquer (même si ce n’est sans doute pas la seule raison), par le coût de la cryochirurgie qui est plus important que l’opération par cœlioscopie comme vous pourrez le constater dans cette étude sur la cryothérapie du rein.

L’ablation d’une tumeur rénale par cryothérapie coûte en moyenne 4 000 €. En effet, le coût d’une cryochirurgie est directement lié au nombre de cryodes ou cryosondes (autrement dit, les aiguilles creuses) utilisées dans l’intervention. Une aiguille coûte environ 1 000 €. À titre d’exemple, pour détruire une tumeur rénale de 3 centimètres, il faut 2 à 3 cryodes.

 

Mode d’action de la cryochirurgie et procédure

cryochirurgie-rein

la cryochirurgie du rein

Ce mode opératoire se fait à l’aide du scanner.

Pour détruire une tumeur par cryochirurgie, des aiguilles sont insérées directement dans la tumeur par le chirurgien. La bonne position des aiguilles est vérifiée grâce à l’imagerie donnée par le scanner.

Ces aiguilles creuses vont injecter un gaz extrêmement froid. Ce gaz – de l’argon – est inséré dans la tumeur à très haute pression. Une sorte de boule de glace va se former à une température de – 40°C. Cette dernière va détruire la masse tumorale du rein à traiter. Le cancer est « congelé », les cellules tumorales sont détruites.

L’anesthésie est générale ou locale.  L’intervention dure moins de deux heures.

Cette méthode d’ablation d’un cancer rénal est beaucoup plus légère que la chirurgie classique. Après l’intervention de cryothérapie rénale, certains patients ne ressentent même pas de douleur.

Sans complication, le patient peut s’alimenter dans les trois heures qui suivent la cryochirurgie. Il peut rentrer chez lui le lendemain de l’opération.

Un suivi sera régulièrement effectué pour vérifier la destruction complète de la tumeur.

 

Témoignage sur le cancer du rein traité par cryothérapie

À titre d’exemple, voici une vidéo du magazine Allo Docteur. Ce documentaire relate le témoignage de Didier, atteint d’un cancer rénal, qui a pu sauver son rein grâce à la cryothérapie. Cette ablation a été réalisée à l’hôpital Saint Louis de Paris. Le premier chirurgien vu par ce patient lui avait proposé une ablation totale du rein. Didier a cherché d’autres techniques moins invasives pour se tourner vers la cryochirurgie rénale.

D’où l’importance de demander un second avis.

 

 

Crédit photo de l’article sur la présentation de la cryothérapie du rein : © HANK – Fotolia.com

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici des trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.