Les phrases débiles que tous les patients entendent ou risquent d’entendre…

Les phrases débiles…

Quand on a un cancer, les personnes de l’entourage ou du corps médical peuvent parfois avoir des phrases malheureuses. Tout le monde y est confronté… malgré tout, mieux vaut savoir que des maladresses peuvent avoir lieu souvent, pour ne pas recevoir ces petites phrases de manière violente.

Dans ces situations, il peut être utile de se rappeler qu’il vaut mieux en rire qu’en pleurer…

Petit florilège….

Pour information, au cas où il y aurait un doute, toutes ces phrases sont véridiques.

Dans une conversation concernant le lieu des traitements contre le cancer :

–        « Et vous allez être enterrée où ?

–        Hum… avec ma grand-mère, mais dans un premier temps je serai soignée à Paris.

–        Ah oui (gêne de la dame), c’est ce que je voulais dire… »

Dans une conversation, à l’annonce du cancer à un ami :

–         «Tu as un cancer ?

–        oui, mais je me soigne (tentant de faire de l’humour),

–        Ma mère aussi et elle est morte. »

Concernant les raisons de la survenue du cancer, venant de champions du monde en épidémiologie :

–         « Tu ne faisais pas assez de sport ! Tu ne t’es pas entretenue ! »

Avec forcément le côté opposé en version raisonnable (prononcée par la même personne mais à des moments différents) :

–         « Tu faisais trop de sports, tu t’es fatiguée ».

Un cancer ? Oui et alors ? Chacun sait qu’il n’y a rien de grave :

–        « Oh arrête de te plaindre, ta sœur a un rhume. »

–        « Tu as un cancer de l’ovaire ? Bon, pas la peine d’en faire des montagnes, tout le monde va avoir un cancer. » Accessoirement, tout le monde va mourir aussi…

–        « Tu as de la chimiothérapie ? Oui ? Mais tu vas continuer à travailler quand même. Non ? Ah, mais tu sais, le travail c’est la santé ! » On en reparlera quand je retravaillerai…

–        « Tes traitements sont arrêtés depuis un mois pourquoi tu es toujours arrêtée ? Tu ressens de la fatigue ? Oh, faut pas exagérer entre le sentiment de fatigue et la fatigue réelle, ce n’est pas la même chose… ». Hum… c’est intéressant comme concept, je vais méditer là-dessus.

–         « Vous avez un cancer ? Ah, mais c’est comme moi, mon mari vient de me quitter… je n’en peux plus… » De la part d’une aide-soignante qui n’a pas pu s’empêcher de se mettre à pleurer devant autant de malheurs. La malade, bonne âme, en pleine cure de chimiothérapie, a réconforté cette dame très triste et très déprimée.

–         « Tu as vu le film de Jaoui « Le dernier jour du reste de ta vie » ? Non ? Tu as tort, c’est très beau. Quoi ? Et alors le héros meurt d’un cancer ! C’est quand même un très beau film ! » Sans doute, mais en pleine chimiothérapie, ça ne met pas vraiment de baume au cœur.

–         « Quoi un cancer des ovaires ? Ce n’est quand même pas un organe vital ! ».  Non, c’est juste une maladie mortelle.

–         « Tu vas te faire opérer ? Oh, depuis le temps, tu devrais avoir l’habitude ! » Oui, c’est sûr, il y a une « habitude » à prendre en la matière.

Quand les amis ne le sont plus vraiment :

–        « Je suis allé en boite hier soir, c’était GÉNIAL ! Et toi t’as fait quoi ? » Pareil… quoique… entre les perfusions, la perruque, l’aplasie, les nausées, finalement, j’ai préféré rester dans mon lit à l’hôpital. C’était plus judicieux.

–        « J’ai pas le temps de venir te voir, je vais voir les cerfs-volants à Berck-sur-Mer » Oui, on se voyait toutes les semaines, et, depuis que je suis en traitement on ne s’est pas vus depuis… 6 mois… mais c’est vrai que les cerfs-volants c’est très beaux, surtout à Berck.

–        « Tu habites trop loin de chez moi. Oui, il y a juste le périphérique à traverser, mais là c’est trop loin. Avant je le faisais mais là c’est trop loin. Oh et puis, chacun sa croix ! »  

 

Et là, pour rester dans le même registre, il faudrait sans doute conclure par « Pardonnez-leurs, ils ne savent pas ce qu’ils font… ».

 

Ces « petites phrases », dites « l’air de rien » peuvent être une souffrance véritable pour la personne malade du cancer. Elles rajoutent de la violence, de l’incompréhension et de la solitude.

Le bonus du guide numérique Le cancer et l’entourage : savoir fédérer ses forces et celles de ses proches vous donnera des techniques pour désamorcer les conflits et vous protéger.

Crédits photo : photo-libre.fr

14 Commentaires

  1. Martine R

    j’ai moi moi aussi une phrase sympa.Je t’es apportée des fleurs,je préfére te les donner que de les mettre au cimetiére.J’ai envie de dire moi aussi.

    Réponse
  2. Muriel B

    Et celle-ci était aussi très réconfortante :
    – Ah et bien tu as eu le même traitement que Mme XXX. Elle aussi a eu une mammectomie, de la chimio et des rayons.
    – Et comment va-t-elle maintenant ?
    – Elle est morte…

    Réponse
  3. Nadine B

    Une infirmière qui venait me faire une prise de sang avant ma chimio me dit:
     » cette année j’ai perdu pas mal de patient à cause du cancer »
    Heu oui merci c’est réconfortant……

    Ou bien une femme dans un organisme m’a dit:
    « Vous plaignez pas ce n’est qu’une petite pathologie »
    Merci Madame ……

    Réponse
  4. Nelly P.

    Lors d’une « dernière » visite parmi mes collègues, avant chimio etc. j’ai eu  » profitez bien de votre temps libre … » de la part d’une supérieure se targuant d’un titre de psychologue !

    Réponse
  5. Mumuex

    Oct 2013:Annonce cancer de l intestin
    Nov 2013: Ablation de la dernière portion du grêle et de presque tt le colon
    Dec 2013: Fistule post opératoire
    De dec 2013 à août 2014: Alimentation parentérale (~260 jours). Toute tentative d alimentation=38º de fièvre, hospi, antibio. L un d eux m a rendue partiellement mais définitivement sourde.
    Aout 2014: 2eme laparotomie. Fistule fermée. Ouf!
    Sept 2014: Inflamation et infection de la vésicule biliaire. Hospi. Antibio. Découverte de métastases au foie. Chimio et opération annoncées.
    Refllexion de ma mère: Nous étions justement à un enterrement ce matin (!) on y a vu Monique (83 ans, j en ai 48), qui a eu un cancer du foie mais maintenant ça va. Elle marche un peu de travers.
    Réflexion de mon père: « Reveille toi! Ressaisis toi! Bats toi! » C est vrai que depuis 10 mois je roupille, je me dessaisis et je me laisse aller! Ah, j oubliais, mes parents ne sont pas venus me voir 1 seule fois en 10 mois, mais ils sont partis 5x en vacances dont 3 avec mon frère qui « souffre beaucoup, tu comprends, parce que sa compagne l a quitté il y a 2 ans »
    Comme je suis déjà sourde, je me dis qu il vaut mieux en rire!

    Réponse
  6. Fred

    Lol, très bon tout ça (si je puis dire…)
    Moi j’ai eu droit à :
    « tu sais, rien n’arrive jamais par hasard, on doit tous régler l’addition un jour ou l’autre… »
    ou encore :
    « T’as un cancer ? Il te reste combien ? »

    Réponse
  7. Chantal

    Après mes premiers traitements en 94 , deux cancers d’affilée sein et thymome , traitement pour les 2 , j’ose enfin sortir et me montrer. Je tombe sur un nenette que je connais ( bien dodue) qui me dit après m’avoir bien dévisagée ,  » oh la la t’as maigri  » , je lui ai répondu  » eh oui, pourquoi , tu veux l’adresse ?  » . J’en ris encore . Elle pouvait pas me dire  » je suis contente te de te revoir !!!  » mon mari m’a trouvée rosse …

    Réponse
  8. Chantak

    Sinon à la petite conne de radiologue qui m’a fait une mammo un jour et à qui je disais que j’avais des douleurs violentes dans le sein , qui s’est permis de me dire  » mais non tout va bien , vous n’avez rien , pas de rechute, vous ne pouvez pas avoir mal, vous devriez consulter un psy  » , j’ai dit  » ah bon ?? Ét vous c’est quand la dernier fois qu’on vous a taillé un bout du nichon ? Vous en savez quoi de mes douleurs ?  » Elle s’est plainte á mon oncologue que j’avais été vilaine , il était mort de rire quand je lui ai dit que si elle était con c’était normal qu’elle ait ce genre de réaction .

    Réponse
  9. remi

    À la suite d’une visite chez un urologue :
    «profitez en bien, tant que vous êtes encore valide ….»
    Ou encore, une amie qui demandait à son oncologue les résultats de ses marqueurs :
    «pourquoi, qu’ est ce que vous y connaissez ?»

    Réponse
  10. remi

    Suite à mon denier message du 22/12, et malgré le peu d enthousiasme de mon médecin, 5 ans apres je suis toujours debout

    Réponse
  11. remi

    Actuellement en chimiothérapie sous taxotere une amie me dit
    « Tu vas mieux depuis que tu fais tes séances de chimio? »
    Je n’ai pas pu m’empêcher de lui répondre « tu sais ce que ç’est que d’avoir un cancer »

    Réponse
  12. Pierre D.

    Des « amies » de ma compagne pacsée en apprenant mon cancer :
    « Tu as fait ce qu’il faut pour garder la maison ? »

    Ma mutuelle, en apprenant mon ALD, s’est empressée de m’envoyer une convention obsèques !

    Réponse
    • Isabelle

      Ces deux commentaires sur votre maladie sont d’une telle inhumanité que je ne sais que dire
      Nous restons sur le carreaux devant si peu de respect pour la personne malade
      J’espère surtout que vous allez mieux et que vous gardez le moral
      Votre mental est important soyez confiant
      Avancez pas a pas en gardant confiance
      Beaucoup de gens guérissent vous serez de ceux la j’en suis sûre
      Bien à vous de tout mon cœur pour continuer le plus sereinement possible vous n’êtes pas seul
      On pense a vous
      Isabelle

      Réponse
    • Beatrice

      Mon mari dont je suis à présent séparé, m’a dit pendant la chimiothérapie alors que j’évoquais ma peur de mourir, tu veux quoi pour tes obsèques?

      Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix − sept =


Inscrivez-vous à ma newsletter !

Inscrivez-vous à ma newsletter !

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines les trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest