Cancer du pancréas : les clés pour faire face

pancreas-role

Les fonctions du pancréas

 

 

Le pancréas est une glande, qui fait à la fois partie du système digestif et du système endocrinien (il libère des hormones). 11 300 nouveaux cas de cancer du pancréas sont diagnostiqués tous les ans en France. Les séniors sont particulièrement touchés puisque 3 malades sur 4 ont plus de 65 ans.

Voici un topo sur ces pathologies cancéreuses. Cependant, cher lecteur, rappelez vous que les conseils, avis, éclairages de vos médecins restent incontournables. Prenez les informations qui suivent comme des bases pour faciliter un dialogue avec votre équipe médicale.

Les tumeurs du pancréas ne veulent pas dire cancers

Avoir une tumeur du pancréas, ne veut pas dire avoir un cancer. Certaines tumeurs sont bénignes, c’est-à-dire, qu’elles n’ont pas la possibilité de se propager. Autrement dit, elles ne peuvent pas faire de métastase. Les tumeurs bénignes du pancréas sont, par exemple, le pseudokyste ou le cystadénome séreux.

Parmi les tumeurs malignes, il y a :

  • L’adénocarcinome canalaire qui représente un cas de cancer du pancréas sur neuf. Il se développe à partir des cellules exocrines qui produisent le suc pancréatique, élément indispensable à la digestion,
  • Le carcinome adénosquameux,
  • Et le carcinome neuroendocrinien.

Ces deux dernières formes de cancer sont très rares.

Les facteurs qui augmentent les risques d’un cancer du pancréas

L’apparition d’un cancer est considérée comme « multifactorielle ». Pour autant, certains facteurs ou habitudes de vie peuvent augmenter sensiblement les risques d’avoir un cancer.

Pour les pathologies cancéreuses du pancréas, ce sont :

  • Le tabac,
  • L’obésité,
  • Le diabète,
  • Une mutation génétique, des antécédents familiaux,
  • L’exposition à des produits chimiques,

Les symptômes des tumeurs pancréatiques

Le dépistage précoce des cancers est difficile car cette maladie avance de manière silencieuse. Et cela est particulièrement vrai pour le cancer du pancréas.

Les signes et symptômes sont généralement :

  • Un amaigrissement inexpliqué,
  • Une perte d’appétit,
  • Des douleurs au dos, à l’estomac, qui lancent ou qui sont constantes et qui parfois, sont plus intense la nuit,
  • Des nausées, des vomissements, des troubles de la digestion
  • Une fatigue persistante,
  • Une coloration jaune de la peau / jaunisse,
  • Des urines plus foncées,

Il peut y en avoir beaucoup d’autres.

C’est toute la vigilance du médecin qui va permettre de s’orienter vers un diagnostic et écarter les autres. Il ne faut pas hésiter à lister toutes les « anomalies » que vous avez repérées et les exposer à votre médecin pour qu’il puisse avoir un tableau complet de ce que vous ressentez.

Pour éclairer un diagnostic, votre médecin pourra demander des examens complémentaires comme :

  • Une prise de sang avec NFS, bilirubine, phosphatase alcaline, LDH, ALT, AST, amylase et dosage des marqueurs tumoraux CA19-9 et ACE,
  • Un scanner,
  • Une échoendoscopie qui est un examen plus précis qu’une échographie abdominale,
  • Une IRM,
  • Une radiographie des canaux biliaires et du foie,

Il peut y en avoir d’autres.

La biopsie permet de prélever des cellules du pancréas pour les analyser. C’est l’anatopathologie qui va permettre d’identifier la nature cancéreuse des tissus étudiés au microscope.

Les traitements du cancer du pancréas

Votre oncologue vous exposera les traitements retenus pour votre cas spécifique, après la réunion d’une concertation pluri-disciplinaire. Vous avez le droit de demander un second avis. Cela permet d’avoir une confirmation sur les thérapies proposées ou un éclairage différent. Le second avis se fait généralement dans des centres de référence de lutte contre le cancer. Il y en a une vingtaine sur tout le territoire français.

Contre le cancer du pancréas, la chirurgie est le traitement de référence. Malheureusement, il n’est possible que dans moins de 20 % des cas. La chimiothérapie est parfois utilisée pour réduire la taille de la tumeur avant l’opération. Cela s’appelle la chimiothérapie adjuvante.

Les autres traitements possibles sont :

  • La chimiothérapie, classiquement avec du gemcitabine et du 5-fluoro-uracile
  • La radiochimiothérapie notamment le 5-fluoro-uracile va augmenter la sensibilité des cellules aux rayons, pour mieux les irradier ensuite.
  • La radiothérapie,
  • Les thérapies ciblées avec, par exemple, le médicament : erlotinib

Il peut y avoir d’autres traitements, d’autres médicaments, en fonction des avancées de la science. C’est tout l’enjeu d’avoir un accès au soin le plus optimum possible, et cela passe par le choix de l’établissement de soins par le patient.

Bien choisir son hôpital face au cancer

Je fais partie de ces personnes qui considèrent que tous les établissements de soins ne se valent pas… et tous les médecins n’ont plus. Ce n’est pas politiquement correct de dire cela, mais c’est la réalité ce serait absurde de dire le contraire.

S’il y a de bons et de mauvais boulangers, il y a forcément la même chose pour toutes les professions. Ce qui permet de lisser cet aléa, c’est d’être pris en charge dans une structure d’excellence. Et, nous avons la chance, en France, d’avoir accès à de « grands hôpitaux » publics (La Pitié Salpêtrière, Tenon, l’Hôpital Européen Georges Pompidou, etc.) ou associatifs (comme l’Institut Gustave Roussy, Curie, les Diaconnesses, …).

Seulement, il n’est pas simple de choisir. Il me semble que, pour faire son choix, il faut recueillir des informations de différentes sources comme :

  • L’avis de votre médecin traitant,
  • Les palmarès des hôpitaux publiés régulièrement dans la presse (Sciences et Avenir, Que Choisir, etc.),
  • Les retours d’expériences, avis, informations de votre entourage (famille, amis, réseau paramédical, associations de patients …).

Généralement, en compilant ces données, plusieurs noms apparaissent plusieurs fois. C’est un indicateur qui peut vous aider à faire votre choix.

Les effets secondaires des thérapies contre le cancer du pancréas

Tous les traitements ont des effets indésirables. Ces derniers varient en fonction :

  • Des thérapies mises en œuvre et des médicaments utilisés,
  • Et des individus.

Avant le début des traitements, il un temps d’échange est organisé avec une infirmière pour vous présenter les effets indésirables connus des traitements que vous allez recevoir.

Concernant la chimiothérapie et la radiothérapie contre le cancer du pancréas, très globalement, les effets secondaires sont :

  • Une fatigue intense,
  • Aplasie médullaire,
  • Une perte de l’appétit, des nausées, des vomissements,
  • Des troubles de la digestion,
  • Parfois chute des cheveux,
  • Des réactions cutanées,

Il me semble qu’il est important de les suivre, pour pouvoir échanger avec votre équipe soignante et connaître leurs recommandations pour alléger ces conséquences des traitements. Dans ce dialogue, vous pouvez vous aider de mon livre électronique Mieux vivre le cancer : La Bible. La partie sur les effets secondaires est la plus appréciée de mes lecteurs.

Crédits photo : © designua – Fotolia.com

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze + sept =


Une newsletter faite pour vous !

Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

Bravo ! Votre inscription est prise en compte