les tumeurs testiculaires : un cancer masculin peu fréquent

cancer-testicule

Les tumeurs du testicule

 

Le cancer du testicule est rare et représente moins de 2 % des tumeurs malignes chez l’homme. Chaque année, environ 2 300 hommes sont touchés. Si ce cancer masculin est peu fréquent, il est cependant en augmentation constante dans les pays industrialisés.

Concernant l’âge des patients, les hommes malades d’un cancer des testicules sont généralement jeunes, et sont parfois des enfants. De manière générale, ils ont moins de 45 ans.

Ces tumeurs malignes ont la particularité de très bien répondre aux traitements disponibles (chimiothérapie, radiothérapie, chirurgie) même à un stade avancé. Le taux de guérison est supérieur à 95 %.

Tout d’abord, posons ensemble le contexte avant le dévloppement sur le « cancer des testicule » qui arrive ensuite :

À quoi servent les testicules ?

Les testicules font partie de l’appareil reproducteur des hommes. Ces deux organes sont situés sous le pénis, dans le scrotum. Les testicules produisent une hormone sexuelle appelée testostérone et le sperme.

Quels sont les différents types de tumeurs testiculaires ?

Plus de 90 % des tumeurs testiculaires sont bénignes et touchent majoritairement des garçons n’ayant pas encore l’âge de la puberté. Ce sont par exemple des tératomes matures, des kystes épidermoïdes ou des tumeurs bénignes du stroma gonadique.

Si elles sont malignes, autrement dit, si elles ont la capacité de faire des métastases, ce sont :

  • Des tumeurs germinales dans plus 9 cancers des testicules sur 10,
  • Des tumeurs du stroma des cordons sexuels aussi appelées tumeurs du stroma gonadique ;
  • Des lymphomes qui touchent généralement les hommes de plus de 50 ans ;
  • Les adéno-carcinomes du rete testis;
  • Les rhabdomyosarcomes paratesticulaires;

Les causes du cancer des testicules : attention aux facteurs de risque

Les causes du cancer restent aujourd’hui bien mystérieuses. Pourtant, il existe des facteurs de risque qui augmentent la probabilité d’avoir une tumeur maligne testiculaire. Il ne s’agit en aucun cas d’un déterminisme médical mais d’une augmentation des probabilités.

Les facteurs qui augmentent les risques d’avoir ce type de cancers sont :

  • La cryptorchidie: le fait pour les testicules de n’être pas descendues dans les bourses spontanément,
  • Avoir des antécédents personnels ou familiaux de cancers testiculaires,
  • Une affection génétique nommée syndrome de Klinefelter

Les causes de l’apparition du cancer des testicules n’ont rien à voir avec la vie sexuelle de la personne malade.

Le diagnostic du cancer du testicule et le dépistage

Le dépistage de la tumeur maligne testiculaire se fait de différentes manières souvent complémentaires. Dans ce processus, le médecin jour un rôle central.

Le ressenti du patient et symptômes du cancer 

Les patients ressentent souvent :

  • Une gêne, une masse dans le testicule,
  • Parfois une douleur violente et brève au niveau du ventre
  • Une augmentation du volume d’un testicule,
  • Des ganglions palpables au niveau du ventre et parfois du cou,
  • Un mal au dos,
  • Un gonflement ou sensibilité nouvelle au niveau des seins,
  • ….

Ces éléments les poussent à avoir un avis médical.

Tumeur et cancer du testicule : symptôme et auto-examen (palpation)

Voici en image, une vidéo autorisée au moins de 16 ans sur la palpation des bourses pour détecter une éventuelle masse :

Cette vidéo décalée, mais efficace sur la sensibilisation pour un « auto-examen » pour les hommes, a été réalisée par Cancer Testiculaire Canada.

Dans le « même genre », en 2015, il se dit qu’un patient américain nommé Byron a détecté son cancer en faisant un test de grossesse. Une sorte de blague, qui lui a sauvé la vie. Le test a détecté une hormone le HCG, sécrété par le placenta pendant la grossesse et par certaines tumeurs malignes se développant dans les testicules. Il était donc positif. Byron a posté cette expérience sur un site Reddit où un commentaire lui disait « si ce que tu dis est vrai, tu devrais te faire dépister pour un cancer des testicules ». Et c’était vrai… manifestement.

Pour diagnostiquer un cancer des testicules, un avis médical s’impose

Pour tout type de maladie, consulter un médecin est un impératif et c’est encore plus vrai pour le cancer. Après un examen clinique (palpation pour chercher une masse) et un échange pour être informé des symptômes, un médecin pourra demander des examens pour confirmer ou infirmer le diagnostic de tumeur du testicule :

Prise de sang et cancer du testicule

Les analyses de sang font partie des premières explorations dans la recherche d’un diagnostic. Pour le cancer du testicule, la prise de sang doit pouvoir être complète, en incluant notamment le dosage des marqueurs tumoraux comme l’alphafoeto-protéine, LDH, HCG, …,etc.

Les autres examens pour dépister une tumeur maligne testiculaire

Les examens qui doivent permettre d’établir un cancer des testicules sont les suivants :

  • Scanner (tomodensitométrie),
  • Échographie,
  • I.R.M.,
  • Scintigraphie osseuse (très rarement),
  • Radiographie pulmonaire,

En fonction des résultats obtenus, une biopsie pourra être effectuée. La biopsie permet de prélever des tissus pour les étudier au microscope, déterminer leur nature (cancéreuse ou pas) et identifier précisément la nature de la tumeur. Elle est indispensable au diagnostic.

Au moment du diagnostic, renseignez-vous sur les mesures à prendre pour préserver votre fécondité si vous êtes concerné.

Les traitements du cancer du testicule et des tumeurs

Il existe plusieurs types de thérapies pour combattre ces cancers :

  • la chirurgie est le traitement le plus classique. L’acte chirurgical est souvent « conservateur », c’est-à-dire, que les organes reproducteurs non touchés sont préservés,
  • la chimiothérapie avec notamment des médicaments dérivés du platine (Cisplatine, oxaliplatine, etc.) et parfois application du protocole B.E.P : Bléomicyne, Etoposide, sels de platine qui a été mis en place dans les années 90,
  • Quelques fois de la radiothérapie ou de la greffe de cellules souches,

Chacune de ces armes thérapeutiques peut être utilisée seule ou de manière combinée.

Ces thérapies contre les tumeurs testiculaires sont déterminées en fonction de la nature de la tumeur, de sa localisation, ses caractéristiques (son grade, son stade), de l’état général du patient.

Tous les traitements ont des effets secondaires et ceux des traitements contre le cancer peuvent être particulièrement lourds. Sachez pourtant qu’ils ne sont pas une fatalité. Il existe des solutions efficaces pour les diminuer.

Qui décide du traitement contre le cancer des testicules et d’une tumeur testiculaire ?

C’est une commission pluridisciplinaire (RCP) qui va établir le programme de soins du patient. Elle regroupe des spécialistes de domaines complémentaires :

  • des oncologues,
  • des radiologues,
  • des radiothérapeutes,
  • des chirurgiens,
  • des pharmaciens hospitaliers,
  • et parfois des informaticiens (décodage du génome des tumeurs).

C’est cette commission pluridisciplinaire qui va proposer le traitement au patient.

Cancer et traitement : attention au risque de thrombose veineuse

Les patients suivant un traitement contre le cancer sont des sujets à risque concernant la thrombose veineuse, et sa complication majeure : l’embolie pulmonaire. Si vous êtes concernée, parlez à votre médecin de vos possibilités pour réduire ce risque (prise d’anticoagulants type héparine, port de bas de contention (oui, même les hommes en portent), etc.).

 Des témoignages sur ce cancer masculin

Un livre témoignage sur le cancer des testicules

Christophe MANGELLE est un jeune homme qui va être confronté à une tumeur germinale testiculaire à 21 ans. De cette expérience, il a écrit un livre Tellement peur !  (Oh Éditions) qui est aussi un témoignage remarquable sur le cancer et ses répercussions. Cet écrit est à la fois drôle et intense. C’est sans aucun doute une ressource pour tous les hommes confrontés à cette maladie.

Quand j’étais traitée pour une tumeur vitelline, ce livre m’avait vraiment touchée.

Le parcours d’un joueur de foot international

En avril 2014, l’international de foot Jonas GUTIERREZ de nationalité argentine apprend qu’il souffre d’un cancer des testicules.  En août 2014, il est opéré de cette tumeur maligne. Il a 31 ans.

Le 21 décembre 2014, celui qui est surnommé le magpie, est revenu sur le stade en tant que capitaine de l’équipe de Newcastle et a remporté le match face à West Ham.

 

Crédits photo sur le cancer testicule: © kantver – Fotolia.com

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze − 2 =


Une newsletter faite pour vous !

Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

Bravo ! Votre inscription est prise en compte