tabac tueur

 

Les mesures de lutte contre le tabac se multiplient depuis plusieurs années : hausse du prix des paquets de cigarettes, interdiction de fumer dans tous les lieux publics, remboursement des traitements de substitution à la nicotine… Pourtant, de nouveaux fumeurs apparaissent tous les ans et avec eux, les potentiels risques d’être touché par le cancer s’accroissent.

 

« Fumer tue » beaucoup plus que l’on ne le croit

« Fumer tue », ce n’est pas nouveau. Ce message choc apparaît sur l’ensemble des paquets de cigarettes vendus en France. Le tabac est responsable directement de 44 000 morts par an, sur les 148 000 morts annuelles par tumeurs malignes. Les poumons ne sont pas les seuls organes touchés par les conséquences cancéreuses du tabac. Seize localisations tumorales sont identifiées comme suite potentielle de la consommation du tabac (cancer de la vessie, sphère ORL, voies digestives, …). La totalité des morts dues au tabac (pathologies cancéreuses ou pas) s’élève à 73 000 décès par an.

Les taxes liées à la vente du tabac représentent environ 13 milliards d’euros annuels de recettes à l’Etat. Mais, c’est sans compter le coût humain et financier des malades de la consommation des cigarettes et autres cigares.

 

Les ambitions du Plan Cancer sur la réduction du tabagisme

Le Plan Cancer 2009-2013 devait réduire drastiquement la proportion des fumeurs dans la population française en passant de 30% à 20%. Cet objectif n’a pas été atteint. Le nombre de fumeurs a même légèrement augmenté depuis 2005.

Le Plan Cancer lancé en 2014 a la volonté de poursuivre le précédent objectif en appliquant 4 mesures principales :

  1. L’élaboration et la mise en œuvre d’un programme national de réduction du tabagisme. Ce programme devra être présenté par Marisol Tourraine avant l’été 2014 ;
  2. Poursuivre une politique de hausse des prix ;
  3. Renforcer le soutien aux solutions pour arrêter la consommation de tabac : l’autorisation des prescriptions aux médicaments de substitution nicotinique devrait être étendue aux sages-femmes, infirmières scolaires et médecin du travail ;
  4. Augmenter les freins à l’accès au tabac pour les non-fumeurs.

Il reste encore beaucoup à faire pour supprimer cette cause évitable de maladies comme le cancer du poumon et de mort.

L’usage de la vaporette (cigarette électronique) est souvent présentée comme moins nocif pour la santé. Elle peut être proposée comme transition vers un sevrage total, mais pas du tout comme panacée.