La pollution atmosphérique officiellement déclarée cancérogène

cancer-toxique

Pollution et cancer

La pollution atmosphérique officiellement déclarée comme cancérogène

Depuis 2013, c’est officiel, le doute n’est plus permis, l’Organisation Mondiale de la santé (OMS) et le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) ont officiellement déclaré que la pollution atmosphérique était directement responsable de la survenue des cancers. Les particules fines et le diesel ne sont plus les seuls éléments à être considérés comme cancérogènes. Élément vital, l’homme inhale tous les jours plus de 10 000 litres d’air.

Quelles sont les principales sources de pollution atmosphérique ?

La pollution atmosphérique est provoquée essentiellement par :

  • Les gaz d’échappement,
  • La production d’énergie comme le chauffage,
  • Les activités industrielles et agricoles.

Les polluants très nocifs sont :

  • Le monoxyde de carbone : provoquant vertiges, maux de tête, nausées,
  • Les métaux lourds : provoquant une toxicité pour le système nerveux, les poumons et d’autres organes vitaux,
  • Les composés organiques volatils,
  • L’ozone : irritation des muqueuses,
  • Les oxydes d’azote : irritation des bronches,
  • Dioxyde de souffre : irritation des voies respiratoires

La pollution atmosphérique favoriserait l’apparition de quels cancers ?

Selon les conclusions du CIRC et sans surprise l’exposition à la pollution atmosphérique favoriserait l’apparition des cancers des poumons mais aussi des tumeurs de la vessie. Elle est aussi à l’origine de maladies respiratoires chroniques comme l’asthme ou les maladies cardio-vasculaires.

En 2010, 223 000 personnes seraient décédées d’un cancer du poumon provoqué par la pollution atmosphérique. En comparaison, le tabac serait responsable d’une véritable hécatombe avec 826 000 décès par cancer du poumon dans le monde.

Le coût lié à la prise en charge des maladies provoquées par la pollution oscille, chaque année, entre 825 millions et 1.6 milliard d’euros.

Quels sont les parties du monde les plus touchées par la pollution atmosphérique ?

La nature de la pollution atmosphérique est très variable en fonction des territoires. Les pays émergents, faute de réglementation adaptée, sont particulièrement exposés. Au Brésil, dans la région de São Paulo, la pollution de l’air est responsable de plus de décès que le nombre de morts sur la route. En Chine, la ville de Pékin est plongée dans un brouillard permanent de pollution provoquant l’inquiétude et le mécontentement de la population.

L’Europe face à la pollution atmosphérique :

La situation relative à la pollution de l’air est différente en Europe mais reste inquiétante. Vingt-deux pays, dont la France, ne respectent pas les normes relatives à la qualité de l’air. Pour l’Agence Européenne de l’environnement, 90 % des populations urbaines sont exposés à des niveaux d’azote et de particules fines dangereuses pour la santé. Les personnes fragiles (malades, personnes âgées, femme enceinte, …) sont particulièrement exposées. Le sérieux magazine The Lancet a publié une étude démontrant qu’une faible exposition aux particules fines chez la femme enceinte pouvait entrainer la naissance d’enfant de faible poids avec des problèmes respiratoires.

Une vigilance sur la qualité de l’air, un enjeu dès aujourd’hui

Ce point est encore peu intégré aux préoccupations publiques des acteurs de l’environnement. A titre d’exemple, la pollution atmosphérique ne figurait même pas à l’ordre du jour de la conférence environnementale de 2013. En France, le parc de véhicules diesel est le plus important au monde.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

13 + quatre =