Après le diagnostic du cancer, garder le moral malgré les traitements

Garder le moral, face au cancer

La déprime voire la dépression sont régulièrement associées au contrecoup de l’annonce du cancer et/ou à la violence des traitements. C’est souvent le cas, mais sans être une fatalité.

Voici quelques pistes qui peuvent vous aider à sortir la tête de l’eau :

Cet article est un extrait gratuit du livre numérique Mieux vivre le cancer : La Bible qui rassemble plus de 500 pages de conseils pour mieux vivre le cancer et les traitements pour la personne malade et ses proches.

Face au cancer, ne retenir que l’essentiel

  • Allégez vos contraintes et ne retenez que ce qui est vraiment nécessaire : vous avez l’habitude de vous promener avec une voisine tous les soirs, de faire du bénévolat, de garder vos petits-enfants, … cela vous fait plaisir. C’est très bien, continuez si vous le pouvez mais si vous êtes trop fatigué, faîtes le tri, il faut vous reposer ;
  • Ayez des projets personnels qui vous plaisent : broderie, loisirs créatifs, album de familles, généalogie, site internet, jardinage, animation d’un club de lecture, … faîtes des choses compatibles avec votre rythme actuel et qui vous plaisent vraiment ;
  • Essayez de chasser les idées noires : quand vous les sentez arriver, pensez rapidement à des choses positives pour les évacuer (moments familiaux heureux, vacances, découvertes plaisantes, …). Vous forcez ainsi votre esprit à ne pas se laisser envahir ;
  • Ne soyez pas déstabilisé par des réactions de votre entourage qui peuvent vous paraître inadaptées, voire agressives. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, c’est un classique. Le malade d’un cancer doit non seulement faire face à un quotidien totalement bouleversé mais aussi gérer des comportements difficiles de personnes très  proches. Si vraiment cela devient trop compliqué, il faut vous protéger pour garder des forces. Essayez de vous rapprocher de groupes de paroles et de psychologues qui peuvent vous donner des techniques pour désamorcer les conflits ;
  • Sachez réagir de manière adaptée : si un soignant vous paraît avoir une attitude déshumanisée (piqure dans une veine déjà très douloureuse, déformation des propos, malveillance, …), rapportez les faits à sa hiérarchie calmement (sans faire de scandale) mais fermement.

Pour faire face au cancer et au traitement de chimiothérapie, concentrez-vous sur ce qui vous fait du bien

  • Sachez vous entourer, limitez les fréquentations avec des personnes chroniquement déprimées. Ce n’est pas le moment qu’elles vous contaminent. En revanche, reprenez contact avec des personnes sereines, attentives et positives ;
  • Rapprochez-vous de personnes apaisantes : c’est souvent le cas des religieux. Que vous soyez croyants ou non, il peut être bénéfique d’avoir une lecture spirituelle des évènements que vous vivez… en choisissant bien sa « chapelle » ;
  • Adoptez la « ronron-thérapie », à savoir, adopter un animal (chien/chat) en accord avec votre entourage qui devra prendre en charge une partie de la responsabilité que cela comporte. Que choisir Santé a édité un article en 2012 indiquant que les vibrations émises par le chat avec son ronronnement avait un effet apaisant sur l’organisme. Si vous êtes plutôt « chien » mais que vous ne souhaitez pas vous épuiser à éduquer un jeune chiot, pensez à adopter un chien « guide d’aveugle » réformé. Cela peut-être soit un chien qui était en fonction, mais qui ne peut plus exercer ou un chien qui a été formé mais qui ne correspond pas tout à fait aux exigences demandées pour être « chien guide ». Vous pouvez vous renseigner auprès de la Fédération des chiens guides d’aveugle et contacter des antennes locales. Il y a aussi, les refuges SPA et autres qui regorgent de chiens adultes et éduqués qui ne demandent qu’à être adoptés ;
  • Notez vos pensées du jour, ce que vous ressentez (bien ou mal) dans un petit cahier qui vous suivra partout. Cela créé une mise à distance bénéfique ;
  • Prenez soin de vous : sports adaptés, maquillage, diététique, petits plaisirs du quotidien vous aideront à ne pas être enfermé dans la maladie ;
  • Essayez de pratiquer une activité physique adaptée (cf . mon guide Mieux vivre le cancer : La Bible ) ;
  • Soyez tolérant avec vous-même, c’est normal d’avoir la sensation de perdre pied, de se sentir mal parfois. Vous n’êtes pas seul. Le personnel de l’hôpital, des associations de malades du cancer ou vos proches peuvent vous soutenir.

Rétroliens/Pings

  1. Quels sports pratiqués en chimiothérapie ? » chimio-pratique.com - [...] La qualité du sommeil est améliorée, les endorphines libérées permettent de garder le moral plus [...]
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze − 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Une newsletter faite pour vous !
Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer .

Bravo ! Votre inscription est prise en compte