Comment se déroule une chimiothérapie intrapéritonéale ?

Quand la santé n’est plus là, nous avons la chance, en France, d’avoir accès (parfois) des une médecine de pointe.

La chimiothérapie est un des traitements de référence pour lutter contre le cancer et stopper son évolution chez les patients. Elle peut être administrée de plusieurs manières différentes.

chimiotherapie-intra-peritoine

La chimiothérapie Intra Péritonéale est un mode d’administration des médicaments anti-cancéreux directement dans le péritoine et la cavité abdominale. Ce traitement est complémentaire avec l’action de la chirurgie.

Tout d’abord, posons ensemble le contexte avec la question :

Qu’est-ce que le péritoine ?

La réponse est assez simple :

Le péritoine est une membrane composé de deux feuillets. Le premier recouvre la paroi interne de la cavité abdominale. Le second contient tous les organes de cette même cavité comme le foie, le pancréas, l’intestin.

Cher lecteur, je vous propose en détail, le mode d’action de la chimio intrapéritonnéale chez les patients. Comme vous le verrez, ce nouveau traitement des cancers est porteur de beaucoup d’espoir notamment pour détruire la tumeur nommée carcinose du péritoine  et d’autres formes de maladie cancéreuse.

Indications de la chimiothérapie Intra Péritonéale pour la santé des patients

Il existe de nombreuses formes de traitement par chimiothérapie.

Seule la commission pluri-disciplinaire peut décider de l’opportunité d’avoir recours à ce type de chimiothérapie. Cette commission réunit plusieurs spécialistes : oncologue, chirurgien, radiothérapeute, pharmacien.

intraperitoneale_chimiotherapie

chimiothérapie administrée dans l’abdomen

La chimiothérapie intrapéritonéale peut être indiquée en cas :

  • de cancers digestifs et notamment la carcinose péritonéale,
  • mésothéliome péritonéal,
  • de cancer de l’ovaire de stade III,
  • certaines métastases,
  • ….

Comment se déroule une chimiothérapie intra péritonéale pour le patient ?

Pour pouvoir administrer la chimiothérapie par voie intrapéritonéale, il faut procéder à la pose d’un cathéter par chirurgie. La pose intervient généralement après l’ablation de la tumeur par le chirurgien. Elle complète la résection chirurgicale chez le patient.

Le cathéter est posé au niveau du ventre pour sa bonne administration.

La chimiothérapie intrapéritonéale est souvent indiquée en complément du traitement de chimiothérapie par intraveineuse. Ce traitement est destiné à augmenter le taux de survie des patients, tout en limitant les effets indésirables qui sont parfois très pénibles et difficile à vivre pour les patients.

Même s’il existe des moyens d’alléger ces difficultés, comme je le détaille dans mon livre Mieux vivre le cancer : La Bible, s’il est possible de réduire les effets indésirables tout en augmentant le taux de survie … c’est une avancée formidable pour les patients.

La chimiothérapie intrapéritonéale se déroule en six cycles.

Les médicaments de chimiothérapie sont injectés, grâce au cathéter, directement dans la cavité abdominale. Les médicaments généralement utilisés sont des dérivés du platine.

La chimiothérapie Intra Péritonéale a elle-même plusieurs déclinaisons la CHIP et la technique dite « pipac ». Ce traitement chimiothérapeutique consiste à vaporiser par aérosol les médicaments. Elle est aussi appelée CHIV.

Voici une vidéo de qui présente la technique de la CHIP par les CHU de Marseille (France) :

Un des précurseurs de la technique de la CHIV en France est le Centre Georges-François Leclerc de Dijon (France) et le responsable du département de chirurgie oncologique le Docteur David Orry.

Quels sont les effets secondaires de la chimiothérapie dont l’administration se fait dans l’abdomen ?

La chimiothérapie intra péritonéale, du fait de son mode d’administration, a des effets secondaires différents de la chimiothérapie « classique » pour les patients.

Ils sont variables en fonction des personnes.

Concrètement, les effets secondaires de cette forme de chimiothérapie sont souvent :

  • des douleurs abdominales provoquées par les médicaments et/ou par les adhérences qui se forment au niveau du cathéter,
  • Une envie plus fréquente d’uriner,
  • des difficultés respiratoires,
  • des troubles de l’alimentation,
  • une inflammation du péritoine.

Il est important de bien suivre l’apparition des effets secondaires et leurs évolutions après la chirurgie.

Ce suivi permet d’avoir des éléments factuels à communiquer à ses médecins pour mieux les comprendre et mieux les combattre. Pour cela, des tableaux de suivi sont disponibles ce guide. Vous pouvez les reprendre ou les adapter en fonction de vos besoins.

En cas de frissons ou de fièvre, il faut contacter son équipe soignante immédiatement.

Crédits photos de l’article  : © visivasnc – Fotolia.com

Envie de poursuivre votre lecture ? Rien que pour vous, voici des trucs et astuces pour mieux vivre le cancer, ses traitements et ses effets secondaires :
Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.