Cancer primitif : Que faut-il savoir ?

cancer_primitif

Tout savoir des cancers primitifs

Un cancer se définit comme la prolifération de cellules anormales dans l’organisme. Ces cellules tumorales malignes ont quatre particularités qui les distinguent des cellules saines :

  1. Elles sont immatures, c’est-à-dire, qu’elles ne se spécialisent pas sur un organe particulier,
  2. Elles ne cessent jamais de se diviser,
  3. Elles peuvent se propager, car elles n’adhèrent pas bien entre elles,
  4. Elles ne meurent pas.

Ces quatre spécificités font des cellules cancéreuses un danger redoutable pour l’organisme. Et cela d’autant plus, qu’elles ne répondent pas aux signaux du système immunitaire. Comme le dit David Khayat dans un de ses livres, ce sont des « super cellules », malheureusement pour nous. Heureusement pour nous, les progrès de la médecine et l’accès aux soins permettent d’avoir des outils pour les combattre.

Qu’est-ce qu’une tumeur primitive ? Définition

Une tumeur maligne va naître sur un organe bien précis (ovaires, côlon, intestin grêle, estomac, ganglions, …). Le cancer sera d’abord défini par l’organe où il a pris naissance, par exemple :

« avoir un cancer du foie ».

Même si le cancer se propage et que des métastases sont présentes, ce sera le siège initial du cancer qui le caractérisera, par exemple :

« avoir un cancer du foie avec une métastase aux poumons ».

Le siège du cancer primitif et l’identification de la tumeur

Si le cancer va être déterminé en fonction de l’organe où il a pris naissance, la tumeur sera identifiée grâce à des analyses complémentaires. En effet, une patiente ayant un cancer des ovaires peut avoir un adénocarcinome et une autre patiente, elle-même malade d’un cancer des ovaires, pourra souffrir d’une tumeur vitelline. Pour un même organe touché, la tumeur à traiter sera différente.

C’est le prélèvement des cellules tumorales, généralement par une biopsie, et leurs études par un anatomopathologiste qui vont permettre d’identifier précisément la tumeur. Ce diagnostic est fondé sur un examen macroscopique et microscopique.

Cette identification de la tumeur maligne qui va être un des éléments fondamentaux pour pouvoir proposer aux patients le traitement le plus adapté.

Tumeur maligne primitive et cartographie génétique

Aujourd’hui, en plus des examens anatomopathologiques, des cartographies génétiques des tumeurs se développent. Elles permettent d’étudier l’A.D.N. des cellules cancéreuses pour pouvoir mieux les combattre grâce à des traitements ciblés.

Ces avancées représentent un espoir fort pour soigner les cancers.

Le cancer primitif inconnu

Le cancer primitif inconnu concerne moins de 5 % des patients.

Cela désigne une tumeur présente dans différents organes du corps (métastases) sans que les examens de radiologie puissent déterminer celui où il a pris naissance.

Crédits photo : © ra2 studio – Fotolia.com

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 2 =


Inscrivez-vous à ma newsletter !

Inscrivez-vous à ma newsletter !

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines les trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest