Cancer de l’oesophage : Tout savoir sur ces tumeurs digestives

cancer-oesophage-symptomes

Cancer de l’oesophage définition

 

 

Le cancer de l’œsophage fait partie des cancers digestifs.

L’œsophage permet le passage des aliments. Les muscles, qui constituent ce tube, vont les pousser vers l’estomac. L’œsophage est situé devant la colonne vertébrale et derrière la trachée. Les tumeurs de l’oesophage ne font pas partie des cancers de la gorge.

Tous les ans, plus de 4 000 nouveaux cas de cancer de l’œsophage sont diagnostiqués. La majorité des malades sont des hommes de plus de 50 ans.

Quels sont les types de cancer de l’oesophage ?

Toutes les affections de l’œsophage ne sont pas cancéreuses. Il peut y avoir des kystes bénins ou des états précancéreux. Ce qui fait qu’une tumeur est maligne c’est qu’elle peut se propager dans d’autres parties du corps en formant des métastases.

Voici une illustration d’un cancer de l’œsophage :

L’oeosophage sain et malade

Il existe deux grands types de cancer de l’oesophage :

  • L’adénocarcinome de l’oesophage : les cellules cancéreuses prennent naissance dans la sous-couche de la muqueuse de l’œsophage appelé « cellules glandulaire » qui fabrique le mucus ;
  • Le carcinome épidermoïde de l’oesophage qui prend naissance dans les cellules minces et aplaties qui constituent la couche de revêtement qui tapit l’œsophage.

Il peut également y avoir des formes plus rares des tumeurs de l’oesophage, comme :

  • La tumeur carcinoïde,
  • Le carcinome à petites cellules.

 

Causes du cancer de l’oesophage, facteurs de risque et prévention

L’apparition d’un cancer est souvent considérée comme étant multifactorielle. Les liens traçables entre une cause précise et l’apparition de la maladie cancéreuse sont flous. Pour autant, il existe des éléments qui augmentent les risques d’avoir un cancer. Pour le cancer de l’oesophage, les causes possibles sont :

  • La consommation de tabac et d’alcool,
  • Un RGO persistant (reflux gastro-oesophagien) : une partie du contenu de l’estomac remonte par l’œsophage entrainant souvent des brûlures et douleurs,
  • Le tylose : c’est une maladie héréditaire rare induite par le gène TOC,
  • L’achalasie : c’est une maladie des nerfs,
  • Le syndrome de Plummer-Vinson qui provoque une diminution des muqueuses de la bouche et de l’appareil digestif haut,
  • Les antécédents familiaux du cancer de l’œsophage,
  • ….

Être concerné par un de ces risques, ne veut pas dire que le cancer va apparaître. Cela signifie simplement qu’il vaut mieux exercer une vigilance et, au moindre doute, en parler à son médecin.

 

En quoi consiste la prévention des tumeurs œsophagiennes ?

La précaution essentielle pour prévenir le cancer de l’oesophage est de réduire sa consommation d’alcool et de ne pas consommer de tabac (tabagisme passif et actif).

Il faut également :

  • Consommer tous les jours des fruits et légumes,
  • En cas de troubles digestifs chroniques, avoir un suivi médical régulier.

Si vous avez un risque plus élevé que la moyenne de développer un cancer de l’œsophage, il peut-être utile de faire un dépistage régulièrement si votre médecin vous le conseille. Les examens classiques pour le dépistage sont l’endoscopie et la biopsie.

 

Quels sont les symptômes du cancer de l’oesophage ? Comment se fait le diagnostic ?

La plupart des cancers avancent de manière silencieuse, les signes annonciateurs apparaissent comme tout à fait anodins ce qui rend le dépistage précoce difficile. Pour le cancer de l’oesophage, les symptômes les plus classiques sont :

  • Des difficultés à avaler,
  • Une perte de poids inexpliquée et / ou une perte d’appétit marquée,
  • Des douleurs (gorge, thorax, dos),
  • Des brûlures d’estomac et des troubles digestifs,
  • Des nausées, des vomissements, des régurgitations,
  • Une voix enrouée persistante, une toux,
  • Du sang dans les selles (selles très foncées ou noires).

Il n’existe pas de symptômes précoces et spécifiques de cette maladie cancéreuse. C’est toute la difficulté des dépistages du cancer. Les signes apparaissent, au début, comme tout à fait anodins, totalement en décorrélation avec la gravité de la maladie.

 

Dépistage et diagnostic des tumeurs digestives

Le dépistage du cancer de l’œsophage se fait de différentes manières souvent complémentaires.

Après un examen clinique et un échange pour être informé des symptômes, un médecin pourra demander des examens pour confirmer ou infirmer le diagnostic du cancer de l’oesophage :

  • Analyse de sang avec formule sanguine complète et dosage des enzymes :
    • lacticodéshydrogénase (LDH)
    • alanine aminotransférase (ALT)
    • aspartate transaminase (AST)
    • phosphatase alcaline (PA)
  • Évaluation du transit oeso-gastro-duodénal avec un liquide épais : le baryum,
  • Scanner thoracoabdominal ou tomodensiométrie qui permet d’évaluer la propagation du cancer de l’œsophage aux ganglions et tissus voisins,
  • I.R.M.,

En fonction des résultats obtenus, une biopsie pourra être effectuée. Pour le cancer de l’œsophage, elle se fait par une fibroscopie. Cet examen permet de prélever des tissus pour les étudier au microscope, déterminer leur nature (cancéreuse ou pas) et identifier précisément la nature de la tumeur. D’autres examens comme une radiographie des poumons, une échographie, un scanner, une scintigraphie osseuse peuvent être effectués pour faire le bilan de l’avancée du cancer avec la localisation d’éventuelles métastases.

Biopsie et stade du cancer

La biopsie et le bilan d’extension vont permettre de déterminer le type de tumeur, son stade 1, 2, 3, 4 (le stade 1 est une tumeur de petite taille, localisée, le stade 4 correspond à la propagation de la tumeur à d’autres organes avec la présence de métastases) et son gade (son agressivité).

A partir de ces éléments, une réunion de concertation pluridisicplinaire va se tenir pour déterminer le traitement du cancer de l’oesophage le plus adapté à la situation médicale de la personne malade.

 

Que faire face à un cancer de l’œsophage ?

Face au diagnostic du cancer et aux traitements, un fort sentiment de solitude et de désarroi est ressenti.

Pour tous les aspects médicaux, les médecins sont là pour répondre. Ce sont les seuls interlocuteurs légitimes pour le traitement, son suivi et l’analyse de l’évolution de la maladie. Ils sont souvent pressés, mais cela fait partie de leurs missions que de se rendre disponibles pour leurs patients, malgré leur emploi du temps souvent fortement chargé.

En revanche, pour les aspects extramédicaux, les informations sont difficiles à avoir, les conseils flous ou peu adaptés. C’est pour remédier à ce vide que j’ai écrit mon livre  Mieux vivre le cancer : La Bible. Cette ressource unique permet d’avoir :

  • Les moyens d’atténuer les effets secondaires des traitements contre le cancer,
  • Les ressources pour affronter le diagnostic du cancer et s’approprier le traitement,
  • Les techniques pour fédérer ses forces et celles de son entourage.

Redevenir acteur de sa vie est une clé pour mieux vivre le cancer et ses conséquences sur tous les aspects de sa vie. Mon livre Mieux vivre le cancer : La Bible. est disponible en téléchargement immédiat sur ce site ou en format papier sur Amazon.

 

Crédits photos de l’article de présentation sur le cancer de l’oesophage : © axel kock – Fotolia.com, photo cancer oesophage : © joshya – Fotolia.com

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

onze − 2 =


Une newsletter faite pour vous !

Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

Bravo ! Votre inscription est prise en compte