Cancer des ganglions et maladie du sang : qu’est-ce qu’un lymphome ?

lymphome_ganglions

lymphomes

 

Le système lymphatique est un circuit parallèle, accolé au réseau sanguin et présent dans l’ensemble des organes du corps humain. Il permet aux lymphocytes de circuler dans l’organisme pour qu’ils puissent assurer l’immunité de la personne la protégeant des agressions extérieures (virus, bactéries…) et intérieures (cellules anormales). Le système lymphatique est jalonné de plus de 600 ganglions où se concentrent les lymphocytes.

Les lymphomes touchent plus de 10 000 personnes tous les ans.

Chers lecteurs, vous qui lisez ces lignes aujourd’hui, rappelez vous que les éléments développés dans cet article (comme sur tout le site chimio-pratique.com) ne remplacent jamais les indications données par les médecins ou une consultation médicale. L’équipe de soignants doit être le premier interlocuteur du patient comme cela est expliqué dans mon guide  Mieux vivre le cancer : La Bible.

Je suis une ancienne patiente et en aucun cas médecin. En revanche, je suis persuadée qu’une des clés pour mieux vivre les traitements, notamment du lymphome, c’est d’avoir la bonne information, au bon moment. C’est ce qui m’a manqué quand j’étais en traitement et c’est pour palier ce vide que j’ai fait ce site et écrit mon livre.

Vous trouverez dans cet article une présentation complète des lymphomes.

 

Qu’est-ce qu’un lymphome ?

Le lymphome est une hémopathie autrement dit une maladie du sang et de la lymphe. Ce type de cancers est en augmentation. Comme toutes les pathologies cancéreuses, les causes sont considérées comme multifactorielles.

Malgré tout, deux éléments ont été identifiés comme des causes probables de l’augmentation du nombre de cancers lymphatiques dans la population :

  • le vieillissement (l’allongement de la durée de la vie)
  • et l’exposition aux substances toxiques (pollution, pesticides, substances chimiques, etc.).

Une baisse de la barrière immunitaire, comme en cas de greffe d’organe, ou consécutive à une maladie, peut faire partie des facteurs favorisant les risques d’apparition d’un lymphome.

Il existe plusieurs types de lymphomes qui sont répartis entre les lymphomes non-hodgkiniens (connus sous l’acronyme LNH) et les lymphomes hodgkiniens.

Qu’est-ce qu’un cancer lymphatique non hodgkinien ?

Les lymphomes non hodgkiniens représentent 80 % de l’ensemble des lymphomes. Ils se répartissent en deux catégories : les indolents et les agressifs avec un cas particulier pour le lymphome à cellule du manteau.

Les lymphomes non-hodgkiniens indolents

Ce sont des cancers lymphatiques dont l’évolution est lente. Ils sont relativement résistants à la chimiothérapie et aux traitements contre le cancer. Les patients apprennent généralement à vivre avec cette pathologie.

Exemple de LNH indolent : le lymphome folliculaire

C’est le lymphome non-hodgkinien indolent le plus fréquent avec une proportion d’un peu moins de 30 % des LNH. Son diagnostic intervient généralement assez tard dans l’évolution de la maladie.

Les lymphomes non-hodgkiniens agressifs

L’évolution des lymphomes non-hodgkiniens agressifs est très rapide. Leur réponse à la chimiothérapie est généralement bonne à condition qu’ils soient identifiés et traités à temps.

Exemples de lymphome non hodgkinien : Le lymphome à grandes cellules

C’est le lymphome le plus commun parmi les lymphomes non-hodgkiniens agressifs avec une proportion d’un peu moins de 40 % des LNH. Ce lymphome touche principalement les adultes vers l’âge de 60 ans.

Exemple de lymphome non hodgkinien : le lymphome de Burkitt

Le lymphome de Burkitt a une évolution extrêmement rapide ce qui en fait un cancer redoutable. En revanche, il est très sensible à la chimiothérapie.

Le lymphome du manteau peut être indolent ou agressif

Le lymphome du manteau est un LNH. Il prend naissance sur le bord externe du ganglion lymphatique, appelé zone du « manteau ». La majorité des malades de ce cancer a plus de 60 ans. Il est souvent diagnostiqué à un stade avancé de la maladie (stade 3 ou 4).

Compte tenu de la nature particulière de ce lymphome, il me semble très important de prendre le temps de demander un second avis auprès d’un centre de référence de lutte contre le cancer qui connait bien cette maladie comme l’Institut Gustave Roussy. C’est notamment le récit de Jason qui a eu un lymphome du manteau et qui partage son histoire dans la rubrique témoignage cancer.

Concernant les traitements possibles du lymphome à cellule du manteau, il y a la chimiothérapie (protocole CHOP / CVP / CVAD), les traitements ciblés (avec du rituximab, ibrutinib, bortézomib), la radiothérapie ou la greffe de cellules souches.

 

Qu’est-ce qu’un lymphome hodgkinien ?

Selon la règle relevée par Martin Winckler dans la Maladie de Sachs (formidable livre et formidable écrivain), Le Docteur Hodgkin est le « découvreur » du premier lymphome. Ce cancer a été identifié pour la première fois par le Docteur Hodgkin en 1832. La maladie de Hodgkin est diagnostiquée lors de la présence d’une cellule de Reed-Sternberg dans les tissus prélevés lors de la biopsie.

Les personnes généralement touchées par les lymphomes hodgkiniens ont entre 20 et 30 ans.

Il concerne environ 11 % des lymphomes.

 

Les causes du lymphome et symptômes

Les facteurs de risque et cause du lymphome ne sont pas établis clairement. Parmi les facteurs qui augmentent les risques, il y a :

  • Les traitements immuno-dépresseurs, donnés après une greffe d’organe,
  • être malade du VIH ou du sida qui provoquent un affaiblissement du système immunitaire,
  • avoir un trouble de l’immunodéficience,
  • avoir une maladie auto-immune,
  • avoir certaines infections comme l’hépatite C, certains virus (Epstein-Barr notamment).

Et potentiellement l’exposition aux pesticides, aux produits toxiques (notamment dans le cadre du travail), etc.

Quels sont les signes ou symptômes d’un cancer des ganglions lymphatiques ?

Le plus souvent, le lymphome se manifeste par l’augmentation de la taille d’un ou plusieurs ganglions. Ce qui ne veut pas dire que toute augmentation de la taille d’un ganglion soit synonyme de lymphome. En cas de cancer lymphatique, les ganglions apparaissent classiquement (mais non systématiquement) au niveau de l’aine, du cou, des aisselles, comme dans l’exemple suivant :

lymphome

L’atteinte des ganglions lymphatiques par un lymphome

 

 

Le gonflement d’un ou plusieurs ganglions est généralement indolore.

Cependant, il arrive que certains lymphomes n’affectent pas les ganglions.

Comme pour d’autres cancers, des signes et symptômes a priori bénins, peuvent étayer un diagnostic notamment :

  • fatigue persistante et inhabituelle,
  • perte de poids inexpliquée,
  • fièvre sans cause apparente,
  • sueurs nocturnes,
  • démangeaisons.

 

Comment se fait le diagnostic du lymphome ?

Seuls un médecin ou une équipe de médecins peuvent établir le diagnostic. L’examen clinique du patient va amener le médecin traitant ou spécialiste à demander plusieurs examens complémentaires :

  • analyses sanguines (avec LDH et B2M)
  • et imagerie médicale comme, par exemple, une IRM, un scanner, une échographie, une radiographie du thorax.

 

Une biopsie sera nécessaire pour déterminer si les cellules prélevées sont cancéreuses ou pas.

Grâce à la lecture des lames, le type de cancer lymphatique est également identifié ce qui va permettre de déterminer le traitement le plus efficace pour combattre la pathologie cancéreuse.

Il existe quatre stades d’évolution de la maladie. Tous les stades de la maladie peuvent être traités (voir l’article sur les traitements du lymphome).

Le diagnostic du cancer est toujours un choc. C’est une épreuve imposée par la vie et personne ne peut dire que cela est facile. En revanche, pour dépasser le choc du diagnostic et affronter les traitements, il existe des ressources. Mon livre numérique et notamment la partie Toutes les solutions pour faire face aux effets secondaires des traitements contre le cancer  sont là pour vous aider à traverser cette épreuve. Plus de 9 lecteurs sur 10 considèrent que mon livre les a vraiment aidé à mieux vivre les conséquences du cancer.

 

Quel est le rôle de la RCP dans le choix des traitements du lymphome ?

Une fois les résultats des examens médicaux connus et transmis, plusieurs spécialistes du domaine de l’oncologie échangent sur les traitements possibles pour combattre ce cancer du sang. Cette organisation se nomme réunion de concertation pluridisciplinaire ou RCP. Elle met souvent en présence :

  • Des hématologues,
  • Des oncologues,
  • Des radiologues,
  • Des radiothérapeutes,
  • Des généticiens,
  • Des pharmaciens hospitaliers,
  • Des chirurgiens,
  • et d’autres spécialistes en fonction de la thématique de la RCP…

L’objectif est de confronter les points de vue pour déterminer le meilleur traitement à proposer à la personne malade. Cette réunion est une sécurité pour le patient car il éloigne les risques des décisions prises arbitrairement par un seul médecin et permet une mise à jour constante des informations liées aux différentes disciplines.

 

Les traitements des cancers lymphatiques

Le principal traitement contre le lymphome est la chimiothérapie. Le protocole choisi va dépendre du type de cancer lymphatique. Deux patients atteints de lymphomes pourront tout-à-fait suivre deux protocoles de chimiothérapie différents.

Un patient, une fois informé de la chimiothérapie proposé, a le droit de demander un second avis auprès d’une autre équipe de spécialistes. Pour autant, il faudra prendre garde à ne pas différer le début des traitements. Le second avis médical peut également être demandé en cours de thérapie.

Sachez qu’il existe des centres de référence de traitement contre le cancer. Ce sont des structures entièrement consacrées à la lutte contre le cancer. Leurs actions sont scindées avec une partie recherche et une partie administration des traitements. Il en existe une vingtaine en France.

Pour connaître les détails des thérapies contre le cancer des ganglions lymphatiques, consultez l’article Les traitements du lymphome.

 

Un témoignage sur le lymphome de Hodgkin

En 2015, une jeune fille nommée Dayna Christison a été repérée par une agence de mannequinat international.  Seulement, Danya, va être diagnostiquée comme étant atteinte d’un lymphome hodgkinien nodulaire. La jeune fille ne va renoncer à rien, faire son book avec les conséquences visibles du traitement (chimiothérapie et greffes de cellule souche) et défiler sans perruque. Une belle preuve de courage et de volonté dans un monde où la beauté superficielle est reine.

Cet article de présentation du lymphome vous a été utile ?

Vous l’avez aimé ? Partagez-le sur les réseaux sociaux. Il aidera d’autres personnes en recherche d’information sur les cancers des ganglions lymphatiques.

 

Crédits photo de l’article de présentation des lymphomes : © martanfoto – Fotolia.com – photo lymphome : © Artemida-psy – Fotolia.com

1 Commentaire

  1. luci2

    Excellent.
    Clair,Juste,aisé pour Tous

    Réponse

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 2 =


Une newsletter faite pour vous !

Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

Bravo ! Votre inscription est prise en compte