Le cancer du col de l’utérus expliqué

cancer_col_uterus

Les tumeurs du col de l’utérus

 

Le cancer du col de l’utérus concerne plus de 3 000 nouvelles femmes tous les ans. L’âge moyen est de 51 ans pour l’établissement du diagnostic.

Le col de l’utérus fait partie des organes reproducteurs. Il est situé juste au-dessus du vagin, dans la partie la plus basse de l’utérus. Ce cancer est différent du cancer de l’utérus. La fonction principale du col de l’utérus est de sécréter la glaire cervicale. Cette dernière va favoriser le passage des spermatozoïdes  avant la de la fécondation. Par ailleurs, cette glaire a une fonction protectrice puisqu’elle protège l’organisme des germes en créant une sorte de barrière.

 

Les tumeurs du col de l’utérus

Avoir une tumeur ne veut pas dire avoir un cancer. Les tumeurs bénignes du col de l’utérus sont, par exemple, le polype ou le fibrome cervical.

La différence c’est que les tumeurs bénignes ne peuvent pas se propager à d’autres parties du corps, contrairement aux tumeurs malignes qui ont la capacité de former des métastases.

La grande majorité des cancers du col de l’utérus sont des carcinomes épidermoïdes (kératinisant, verruqueux, non-kératinisant), des adénocarcinomes (mucineux, épidermoïde, à cellules claires), et des tumeurs malignes plus rares comme des sarcomes, des lymphomes, etc.

 

Risques et causes du cancer du col de l’utérus

Le facteur de risque n°1 pour ce type de cancer est le papillomavirus humain (HPV). Ce virus se développe sur la muqueuse interne du col de l’utérus et provoque des lésions qui peuvent évoluer en cancer.

Parmi les autres causes du cancer de l’utérus, il y a le tabagisme, avoir été exposée au distilbène, certains contraceptifs oraux.

Pour votre suivi gynéco, si vous êtes à la recherche d’un médecin à l’écoute, Martin WINCKLER dans son livre paru en 2016 Les brutes en blanc (dont je conseille fortement la lecture), cite le site Gyn & Co qui propose une liste de médecin (généralistes et gynécologues) à l’écoute.

 

Symptômes du cancer col de l’utérus et signes

Le cancer avance de manière silencieuse. C’est vrai de tous les cancers et également celui du col.

Concernant les tumeurs malignes du col de l’utérus, les signes qui doivent vous alerter sont :

  • Des saignements inhabituels,
  • Une difficulté à uriner,
  • Des pertes vaginales, voire malodorantes,
  • Du sang dans les urines ou dans les selles,
  • Des douleurs dans le bas du ventre, du dos,

Il ne faut jamais hésiter à aller voir un médecin et à faire un frottis cervico-utérin.

Suite aux résultats de ce dernier, votre médecin pourra demander des examens complémentaires comme une prise de sang, une IRM, une biopsie notamment.

C’est l’étude des tissus prélevés qui va définir la nature de la tumeur et son grade.

 

Les stades du cancer du col de l’utérus

Le cancer se définit par son grade, l’agressivité de la tumeur, et son stade, les étapes de son développement.

cancer_col_stade_3

Les stades du cancer du col de l’utérus

Sur le schéma, la première représentation est un col de l’utérus sain, les suivantes illustrent les étapes de développement du cancer. Le stade 1 correspond à une tumeur localisée et de petite taille. Au stade 2, la taille est plus importante. Au stade 3, les cellules cancéreuses ont colonisé les tissus voisins. Le stade 4 du cancer du col de l’utérus désigne la présence de métastase.

 

Cancer du col de l’utérus : traitements

Les traitements « classiques » pour ce type de tumeur et les cancer du col de l’utérus sont :

  • La chirurgie du col de l’utérus seul (trachélectomie), l’utérus (hystérectomie),
  • La curiethérapie,
  • La radiothérapie externe,
  • La chimiothérapie (5fu, platine, ifex, etc…),
  • Les traitements ciblés, notamment avec de l’Avastin © (bévacizumab).

Les traitements peuvent être combinés en fonction de la situation médicale de la patiente.

C’est la réunion de concertation pluridisciplinaire qui décide des thérapies à proposer à la patiente. Sachez que vous avez le droit de demander un second avis. Nous avons la chance en France, d’avoir des structures totalement dédiées à la lutte contre le cancer nommés Centre de Référence contre le Cancer. Il y en a un peu plus de 20 en métropole. Si vous souhaitez avoir un second avis, reconstituez l’intégralité de votre dossier médical et contactez un de ces centres (Google est votre ami).

 

De plus, ces centres peuvent proposer des essais cliniques même s’il faut bien réfléchir avant de postuler pour intégrer ces derniers.

 

Avant et pendant les traitements du cancer du col, ce qu’il faut faire

Je fais partie de ces personnes qui considèrent que plus on est armé, plus on pourra faire « face » à une épreuve… et le cancer est une grande épreuve.

Avant les thérapies contre le cancer du col de l’utérus :

  • Reprenez tous vos antécédents médicaux et communiquez-les à votre oncologue,
  • Faîtes la même chose avec vos traitements en cours et vos habitudes en automédication,
  • Si vous avez un désir de grossesse post-traitement, parlez-en rapidement à votre oncologue,
  • Soyez sûre de votre méthode de contraception,
  • Demandez si vous toutes les dépenses seront prises en charge à 100 %, y-a-t-il des dépassements d’honoraires à prévoir ?
  • Devez-vous faire des examens avant le début des thérapies, comme un bilan dentaire ? Devez-vous éviter de consommer certains aliments (alcool, pamplemousse, …) ?

Pendant les traitements, il me semble que les précautions essentielles sont de garder le contact avec votre équipe soignante et de demander leurs avis aussi souvent que nécessaire, notamment pour les effets secondaires.

 

Les effets secondaires des traitements contre les tumeurs malignes du col de l’utérus

Tous les traitements ont des effets secondaires, et ceux des traitements contre le cancer peuvent réellement faire peur.

Cette réaction est tout-à-fait normale. Cela étant, il faut garder en mémoire qu’ils sont très variables en fonction des personnes et des thérapies utilisées. Votre ressenti sera le vôtre, n’écoutez que d’une oreille tous les témoignages que vous pourrez entendre.

À titre indicatif, voici les conséquences les plus classiques des thérapies du cancer du col de l’utérus :

  • Une très grande fatigue,
  • Des saignements,
  • Des troubles du transit notamment de la constipation,
  • Des douleurs dans le ventre,
  • Des nausées, des vomissements, une perte d’appétit,
  • Des problèmes d’incontinence,
  • Perte de cheveux,
  • Des aphtes,
  • etc…

Il peut y en avoir beaucoup d’autres. Le tout est de les suivre et de solliciter votre équipe soignante pour savoir comment les atténuer. Au sein de votre hôpital, il y a certainement des ressources pour vous soutenir.

En parallèle, vous trouverez dans mon e-book plus de 450 pages d’astuces pour alléger la pénibilité des conséquences des thérapies contre le cancer du col de l’utérus. C’est une véritable bible, sans équivalent en librairie et un succès avec un taux de satisfaction de plus de 96 %.

 

Crédit photo sur l’article ayant pour objet « cancer col uterus » : © Marzky Ragsac Jr. – Fotolia.com et sur stade des tumeurs du col : © Double Brain – Fotolia.com

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 − sept =


Une newsletter faite pour vous !

Une newsletter faite pour vous !

 

Rejoignez mes abonnés et recevez toutes les semaines mes trucs et astuces pour mieux vivre l'épreuve du cancer.

Pour vous remercier, vous recevrez en exclusivité les 5 erreurs à ne jamais commettre face au cancer directement dans votre boite mail.

Bravo ! Votre inscription est prise en compte